ZinfosBlog

L'impact du plastique dans nos océans

[Le ZinflosBlog de Morgane Andry]


Tu as peut-être vu récemment une vidéo qui circulait sur les réseaux sociaux qui montrait une tortue en détresse à cause d’un objet coincé dans ses narines.
 
La pollution des océans ne cesse de croître. Le figaro a même envisagé qu’en 2050, ils compteront plus de plastique que d’animaux marins. Déjà en 2014, Le Monde écrivait que 269 000 tonnes de déchets plastiques flottaient sur nos océans. Les problèmes dus au plastique ne concernent pas uniquement les poissons. En effet, les oiseaux, mammifères et tortues sont également concernés par les empoisonnements, blessures et suffocations liés à la consommation humaine irréfléchie.

L’achat d’une simple bouteille d’eau peut paraître sans conséquence, et pourtant ce n’est pas le cas. Les abandons de produits plastiques dans la nature sont courants. La plupart des individus ne réalisent pas que ce petit geste peut coûter des vies, de l’argent et demeure un danger pour l’environnement notamment avec la création de continent de plastique. Même si la presse en parle de plus en plus et que la population est sensibilisée par ce phénomène, les mesures entreprises restent très légères quant à la diminution du plastique. Il faut savoir qu’en achetant des produits plastiques, de l’argent doit encore être déboursé pour l’enlèvement des déchets sur les plages (jusqu’à 25 000 dollars par tonnes de déchets) ainsi que des versements (1.3 milliards de dollars) pour dédommager les pêcheurs et les navires.

Je me souviens, lorsque j’étais enfant, on revenait des courses avec des tonnes de sachets dont on ignorait leur fin. Aujourd’hui, un petit pas a été fait les concernant. Mais soyons d’accord, l’État ne peut pas tout gérer concernant l’écologie. Il est nécessaire désormais que chacun prenne ses responsabilités en consommant de manière plus consciente.

C’est la raison pour laquelle je te parle très régulièrement de recyclage, de sélection lors des achats, de consomm’action, de bannir l’achat des produits jetables

Il est clair que le véganisme réduit considérablement notre impact écologique sur la planète mais je pense sincèrement qu’ensemble, nous pouvons aller plus loin. Chaque geste du quotidien est important. N’oublie jamais que tu n’es pas seul en te disant que tes actions ne compteront pas, ce n’est pas le cas. Comme le dit un activiste que j’apprécie beaucoup : On est ensemble !
Jeudi 27 Avril 2017 - 11:58
Morgane Andry
Lu 2533 fois




1.Posté par Zarin le 29/04/2017 09:55

L'impact du contenu de nos assiettes sur notre santé... et celle de la Planète ?

Qu’est-ce qu’un aliment ?
Toute substance susceptible d'être digérée, de servir à la nutrition d'un être vivant.
L’alimentation désigne le fait et la manière de se nourrir : une bonne alimentation, une alimentation
équilibrée, une alimentation saine, une mauvaise alimentation…

Le rôle des aliments
Le rôle essentiel de l'alimentation et des aliments est de fournir les éléments indispensables à la
croissance, à la restauration, à la réparation, aux besoins énergétiques ainsi qu'aux réserves de notre
organisme. Ils sont à la base de notre vie.

BON COURAGE !!!

2.Posté par Nono le 29/04/2017 10:42

Il est clair que le véganisme réduit considérablement notre impact écologique sur la planète

Complètement faux. Quand je vois des steaks de tofu 'bio' dans leur joli emballage vendus à prix d'or en supermarché car ayant fait le tour de planète, je me dit qu'il y'a des coups de jambon peï qui se perdent.

Ce qui réduit considérablement notre impact écologique sur la planète, c'est la consommation locale avant tout, si possible et je l'accorde bien volontiers sans emballages ni sacs plastiques. Plus de marché, moins de supermarché.

Quand les végans purs et durs demandent la disparition de l'élevage (que ce soit traditionnel ou industriel, aucune différence), ils n'en mesurent absolument pas les conséquences. Pareil pour l'apiculture (et oui, pour les végans, l'apiculture c'est l'exploitation des abeilles, voir vegan-pratique.fr/faq/le-miel/ ). Le véganisme sous-tend des logiques complètement irrationnelles, que ce soit au niveau économique, philosophique ou social. C'est même dans les cas les plus extrêmes une religion de substitution qui aide à supporter le fait que l'on soit un urbain ultra connecté aux réseaux sociaux mais complètement déconnecté d'une nature idéalisée.

www.jfdumas.fr/Stop-au-bourrage-de-crane-Le-mode-de-vie-vegan-n-est-ni-ecologique-ni-ethique-_a389.html?com

3.Posté par jean claude payet le 29/04/2017 11:15

c'est les touristes qui deteriorent l'ile et force nos enfants a se droguer, nou le clean nou le propre nou le kapab nou le toute..mais nou le dans le merde quand meme.....

4.Posté par Plastiques: linfection des océans a atteint un stade de non retour? le 29/04/2017 15:16

Pour ceux celles qui l'oublieraient aussi, les plastiques passent via la chaîne alimentaire dans nos cors ensuite... Car tous les animaux sont atteints (les plastiques dans l'océan allant des gros objets au microbilles et particules minuscules en quantité phénoménales....).


2.Posté par Nono le 29/04/2017 10:42

Mëme si le Nono nous ressort son couplet habituel pro viande à la c..n, je suis toutefois d'accord avec lui sur un point: je ne vois pas le rapport entre véganisme et la réduction des déchets plastique et suis d'accord sur ce point (seulement) sur les produits bio avec emballages plastiques et venus par avion.

Mais niet au jambon même local! Pouah! Et bonjour les produits vétérinaires et chimiques dans la viande de cochon...

Il faudrait en réalité sensibiliser les gens à l'utilisation de produits non plastiques: sacs en produits naturels (tressés, toile...), contenants en verre, meubles et objets divers en bois, fer, mais pas en plastique, etc

Arrêter aussi vraiment les sachets plastiques dans les commerces et les remplacer par des sachets papiers ou des cartons ou cagettes, sacs naturels, etc

Politiques locales de ramassage des déchets plastiques sur les côtes et les bords de mer dont les fonds marins, les ravines, décharges sauvages, etc: tout est-il bien fait partout à ce niveau?

Législation limitant de façon drastique l'utilisation des produits plastiques: quand cela sera mis en place?

Politique de recherche pour remplacer le pétrole et ses dérivés plastiques: idem?

Etc

5.Posté par L'Ardéchoise le 29/04/2017 16:20

Zarin, on ne parle pas ici des aliments, mais de leur emballage...

6.Posté par LOD le 02/05/2017 06:40

Nono :D alors Einstein, Gandhi..., la revue scientifique Nature, l'ONU, l'Association Américaine de Diététique... sont dans l'irrationnel :D Allez, vas vite manger un mort sacrifié sur l'hôtel de ta rationalité ;)

7.Posté par Nono le 02/05/2017 09:13

@4 La qualité de votre argumentation est sidérante. Pro viande non, mais pour la viande de qualité (donc chère), mais produite localement et respectueusement, une fois par semaine.

Par contre ,que vous ajoutiez 'à la c.n' démontre parfaitement ce que je disais, à savoir l'intolérance des végans qui essayent par tous les moyens (images chocs, insultes, lobbying plus ou moins téléguidé) de porter des jugements de valeurs ou culpabiliser des choix alimentaires différents du leur.

8.Posté par Nono le 02/05/2017 21:42

@6 Je peux vous citer une foultitude de génies ou de personnes hautement admirables qui ne sont pas végans, et je ne fais pas pour autant l'apologie du régime omnivore. Si c'est ça votre niveau de réflexion....

9.Posté par LOD le 03/05/2017 06:48

Homo-sapiens est omnivore végétarien OU zoophage ; qui mange de tous les végétaux ou de tous les animaux et/ou un mix des 2, ça ne signifie aucunement la nécessité de manger des cadavres, ça précise qu'on peut en manger sans tomber très malade, pour peu que ce soit cuisiné ; et d'ajouter que les rares peuples à ne manger que des cadavres (Inuits) comptent parmi les plus malades : https://www.youtube.com/watch?v=2r5CQ_hmcxE

En fait, omnivore c'est pour faire la distinction avec herbivore et frugivore qui n'a qu'un type de nourriture (herbe ou fruits) ; d'ailleurs, le groupement d'intérêt des éleveurs de Porcs (omnivore) le rappelle sur son site-Internet :
Dans les élevages français, l’alimentation des porcs n’est constituée que de produits végétaux sélectionnés pour leurs grandes qualités nutritives.

http://www.la-viande.fr/animal-elevage/porc/alimentation-porcins

Donc tu concèdes que c'est choquant de montrer les coulisses du carnisme, mais que ce sont les véganes les méchants parce qu'ils te montrent l'horreur de tes pratiques ^^ genre "oui c'est cruel ce que je fais, mais c'est dégueulasse de me condamner et me culpabiliser pour ça !" ben voyons ^^

Tu trouveras plus de génies dans l'histoire qui sont véganes que l'inverse ;) idem pour les stars de cinéma, les sportifs... que tu apprécies ;)

10.Posté par Zarin le 03/05/2017 10:25

« Défendre son bifteck » plutôt que « gagner son pain »...

11.Posté par Zarin le 03/05/2017 12:30

Une petite histoire :

Un imam et un curé se trouvent à partager la compartiment d'un train.
Au bout d'un moment, le curé ferme sa bible et demande à l'imam :
"-Dites-moi, votre religion vous interdit de manger du porc.
Mais vous est-il arrivé d'en goûter ?"
L'imam referme le coran et répond :
"-Je dois vous dire la vérité : oui, à de rares occasions ...
Mais à mon tour, je vous pose une question : votre religion vous impose le célibat..."
Le curé l'interrompt et dit :
"-Je sais ce que vous allez me demander, est-ce que j'ai goûté au fruit défendu ?
Eh bien, comme je me dois aussi de dire la vérité : oui, une fois ou deux, j'ai goûté."
Ils reprirent tous deux leurs lectures, puis l'imam baisse à nouveau son coran, regarde
le curé, et lui dit avec un clin d'oeil :
"-C'est meilleur que le cochon, hein ?"

12.Posté par Nono le 03/05/2017 22:24

@9 Houlala.

1°) Je ne considère pas choquant de montrer les coulisses du "carnisme" quand les conditions d'abatage sont révoltantes, par contre, je n'ai aucun souci à tuer mon coq la kour le dimanche pour le massalé familial.

2°) Les véganes ne sont pas "méchants", ils sont juste complètement à coté de la plaque et veulent absolument nous en faire profiter.

3°) A coté de la plaque comme quand tu comptes tes people végans du genre Pamela Anderson. "Vendre" le véganisme par l'intermédiaire de people ou de star, ça rappelle curieusement la scientologie au passage. Non, si on veut parler de véritables génies, les grands physiciens ou mathématiciens supposés végans (Einstein, Newton, De Vinci ou Pythagore) se comptent sur les doigts des deux mains quand l'histoire des sciences en compte des milliers....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter