ZinfosBlog

L'homme en chute libre

Selon la mythologie grecque, Cassandre avait un don : prédire avec précision. Et une malédiction : personne ne la croyait. On pourrait résumer ainsi les appels de phare de La Mauricienne sur le blog de zinfo974. Ce n'est pas faute de l'annoncer. Ce gouvernement Lepep a la poisse et va droit dans le mur.


Il a beau s'envoyer en l'air en tyrolienne, la chute semble vertigineuse. Le petit Pravin, accessoirement Premier ministre, a fermé le Parlement jusqu'à octobre histoire d'éviter les emmerdes. C'est mal connaître la loi de Murphy. Ça pleut des emmerdes comme une pluie tropicale. Malgré des vacances forcées pour cause de "burning out"  à l'hôtel Maradiva en compagnie de son épouse, puis un séjour improvisé en catastrophe à Rodrigues en famille, rien n'y fait. Rien ne se passe pas comme son clan et lui l’avaient prévu. On a l'impression de visionner "video gag" et le best of des chutes spectaculaires. C'est à coup sûr la dégringolade la plus violente de l'histoire politique du pays.

Vingt-deux ans après son entrée en politique, le leader du MSM reste une personnalité effacée et gauche avec un charisme aussi mou qu'un kalamindas. Tout semble lui échapper depuis qu’il a été installé au poste de Premier ministre par un formidable tour de passe-passe à l'africaine. 

Il doit faire face à ses propres ennuis judiciaires au Privy Council avec un ultime rendez-vous dans l’affaire Medpoint et son nom vient d’être balancé par un caïd de la drogue déposant devant la commission d’enquête qui affirme que le Premier ministre finance l’achat d’importantes quantités de drogue et bénéficie de dons politiques des trafiquants.

Face à ces allégations fracassantes, notre gymnaste national continue les acrobaties. Il a déclaré que ce sont des "faussetés", "mensonges", "mauvaises blagues". Et dans l'esprit de Coubertin, qu'on doit lui reconnaitre désormais : "l'important n'est pas de gagner mais de participer", il accuse l'ancien gouvernement d'avoir toléré la mafia et le trafic des stupéfiants, d'avoir contribué à la prolifération de drogue et il dit détenir des preuves. Et pour couronner le tout selon lui, certains journalistes "donnent un coup de main" à la mafia. C'est dit. 

Le présumé coupable devenu victime. Un grand classique. La Mauricienne va lui frictionner les oreilles et lui rafraichir la mémoire. Durant des décennies et selon les régimes en cours, son père était Président de la République ou Premier ministre au choix. A moins d'être comme le nuage de Tchernobyl au dessus de la France, le trafic de drogue est de tous les gouvernements. Pour preuve, notre PM a fait alliance avec le PTr en 2010, il était même ministre de ce gouvernement. Il a fait alliance avec le PMSD en 2014. 

Incapable de faire le ménage dans son entourage, il ne se passe pas une semaine sans que son gouvernement et sa garde rapprochée ne soient mêlés à un nouveau scandale. Mais si ce n’était que ça, on aurait peut-être adopté l’adage selon lequel c’est dans l’adversité que l’on découvre le vrai chef. Il n'en est rien. Il a beau faire les choses, il est devenu la risée des réseaux sociaux, entre des petits sobriquets comme "l’imposte", le "Son Trust", "Pinocchio". Ce n'est pourtant pas faute de payer grassement des conseillers et supers conseillers. 

Et comme un malheur ne vient jamais seul, tous les dossiers jugés, à l’origine, suffisamment graves pour qu’il faille interpeller, arrêter, cautionner, parfois garder en prison ou en résidence surveillée avec obligation pour la personne interpellée de se pointer au bureau de police trois fois par semaine sans quitter le territoire national, finissent en "Case dismissed!" "No case to answer!" ou "Insufficient evidence!" ou encore "Provisional charge has dragged along for too long!". L'opinion publique s'inquiète à juste titre de voir ce gaspillage de temps et d’argent. 

Il y en a un qui profite pour surfer sur cette vague d'impopularité concernant le gouvernement Lepep. Sur les 11 accusations qui pesaient sur l'ancien Premier ministre Navin Ramgoolam, la dixième charge a été rayée. Il ne reste ainsi que l'accusation de complot dans le sillage du cambriolage survenu dans son bungalow à Roches-Noires le 2011 (lire sur le blog de La Mauricienne "l'affaire Roches-Noires" du 18/03/17). On serait tenter de croire que le vieux Lion a jeté un sort au clan adverse ou semble avoir de son côté la baraka. 


Suivez le ZinfosBlog de La Mauricienne.
Lundi 4 Septembre 2017 - 08:31
La Mauricienne
Lu 2559 fois




1.Posté par klod le 04/09/2017 17:53

Béranger partout ............... lol .

2.Posté par Quel est le 1er qui a énervé l'autre ? (autre sujet) le 04/09/2017 22:39 (depuis mobile)

C'est pour donner plus de force á l'idée cette image ? Franchement, ça sert à rien. Et si vous avez raison sur le fonds, éventualité toujours possible, la forme n'est pas convaincante. Car source de complication. Et compliquer, n'est pas régler.

3.Posté par A mon avis le 10/09/2017 20:31

qt["Sur les 11 accusations qui pesaient sur l'ancien Premier ministre Navin Ramgoolam, la dixième charge a été rayée. [....] On serait tenter de croire que le vieux Lion a jeté un sort au clan adverse ou semble avoir de son côté la baraka."]qt

Baraka ! Est-ce comme cela que se nomme la justice mauricienne ?

4.Posté par kersauson de (P.) le 11/09/2017 22:20

la "moricienne"
tu nous saoules avec tes dires

on se demande ce q tu cherches !!
tes phrases et formules sont insipides
(...)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter