Social

L'enseignement privé se rebiffe !

L'enseignement privé est-il menacé? A en croire la mobilisation commune et inédite des trois syndicats, oui. Le SPELC, le SNEC-CFTC et la FEP-CFDT ont exposé, ce matin à l'occasion d'une conférence de presse, les raisons de la création de la première intersyndicale de l'enseignement privé, laquelle a décidé de participer activement à la grève et aux manifestations du 27 septembre.


L'enseignement privé se rebiffe !
 
L'enseignement privé est-il concerné par les restrictions budgétaires de l’Éducation nationale? Sans nul doute, insistent les représentants syndicaux. Ce matin, le SPELC, le SNEC-CFTC et la FEP-CFDT ont présenté à la presse les menaces qui pèsent sur leur profession. Pourquoi? L'enseignement est associé avec l’État par un contrat. L’État embauche, rémunère et mute les enseignants du privé aussi.

Or, 1.350 emplois devraient être supprimés dans l'enseignement privé à la rentrée 2012, on estime que le chiffre est de 13 pour la Réunion. Évidemment, les syndicats prédisent des conséquences désastreuses avec une offre de formation réduite (fermeture de classes et d'établissements) et des conditions de travail dégradées.

L'enseignement catholique préconise des mesures

A cela, s'ajoute la crainte des syndicats de voir le Secrétariat Général de l'Enseignement Catholique (SGEC) préconiser une série de mesures, dites alternatives, mais insuffisamment encadrées pour atteindre les objectifs souhaités, à savoir éviter de toucher au "tissu des établissements et aux offres de formations", indique l'intersyndicale dans son tract.

Le SGEC propose d'expérimenter, pêle-mêle, une mesure de réduction du volume horaire d'enseignement des élèves, une diminution des options proposées dans le second degré, un regroupement des matières enseignées notamment dans les lycées technologiques et professionnels, un développement de l'enseignement à distance, une nouvelle gestion de la dotation glossaire horaire des établissements… "Nous ne sommes pas contre ces expérimentations, mais il faut les encadrer pour en éviter les dérives", souligne Jean-Pierre Marchau, l'un des porte-parole de l'intersyndicale.

Pour la première fois de leur histoire, les principales organisations syndicales de l’enseignement privé, en métropole et à la Réunion, ont décidé, face aux menaces qui pèsent sur la profession des maîtres, d'appeler, ensemble, à venir manifester en masse le 27 septembre 2011.
Mercredi 21 Septembre 2011 - 11:59
Lu 1820 fois




1.Posté par asssisté le 21/09/2011 14:31
les subventions!
les subventions!
les subventions!

il faut lancer un appel à la generosité sur freedom car le privé sait gerer.

2.Posté par asssisté le 21/09/2011 14:33
marchaud qui defend l'enseignement privé et catho... Le masque tombe

3.Posté par noe le 21/09/2011 14:50
Notre beau pays , la France n'a plus les moyens d'embaucher en surnuméraire , les profs du public ou de privé ...

L"EN doit êtrecapable de faire mieux avec les moyens qu'elle a , avec les profs bien formés , qui raisonnent en "professionnels" , qui instruisent le mieux possible les élèves
Les sacrifices des uns et des autres permettront de meix affronterles difficultés du moment ....

Longue vie aux Profs !

4.Posté par "z" le 21/09/2011 15:13
3 ce n'est pas le discours que les syndicats tiennent , hélas ! ils restent dans une logique 100% soviet !

5.Posté par Le Pacifique le 21/09/2011 15:17
Il fallait y penser

- Il semble que l'on a trouvé la solution miracle pour résoudre le problème de l'emploi : Licencier tous les salariés du public et privé et les inscrire au RSA ( Revenu de Solidarité Active ).
- Comme il n'y a plus de travail, il va falloir qu'ils travaillent un certain nombre d'heures pour bénéficier du RSA.
- ET PENDANT CE TEMPS
- Nos riches industriels iront exploiter les pauvres des pays pauvres.
- C'est-y pas ingénieux ça.Il fallait y penser.

6.Posté par Fabiho le 21/09/2011 15:43
Manque d'ambition
L'enseignement privé a tort de s'en faire : vu le naufrage de l'éducation nationale, il a de beaux jours devant lui ! Même en payant une partie de ses profs et en multipliant par 5 ses frais d'écolage, gageons qu'il capterait toujours une clientèle fortunée, qui y inscrirait ses gamins. L'enseignement privé a de l'avenir, l'école à deux vitesses est déjà une réalité, surtout dans le supérieur...

7.Posté par Laïc le 21/09/2011 15:46
Les cathos ont qu'a se demerder entre eux. S'ils ont besoin de fric ils ont qu'a s'associer avec les medersa pour faire des economies d'echelle.

8.Posté par Lolo le 21/09/2011 20:45 (depuis mobile)
A laïc : rien de pire que l extrémisme, même le fait d' être de faire de la laïcité une religion montre la faiblesse de votre ouverture d' esprit et votre manque de tolerence. Respecter l homme c est respecter la libre pensée de chacun. A bon entendeur salut

9.Posté par Laïc le 21/09/2011 22:12
lolo la separation de l'eglise et de l'etat n'est pas une religion mais une loi républicaine qui date de 1905. les catho n'ont qu'a demander des subventions au vatican. Marre de servir de vache à lait

10.Posté par Sansblague le 21/09/2011 23:22
9/ pipeau votre loi républicaine de 1905. En Alsace/Moselle, les curés sont payés par l'Etat français ( un évèque perçoit plus de 5000€/mois, plus voiture de fonction, plus logement, plus le petit personnel, un curé pas loin de 3000€) les églises sont entretenues par l'Etat, idem pour les écoles et SARKO a expliqué que c'était un exemple pour la France.
Ce concordat vaut également pour les protestants et les juifs mais pas pour les musulmans. Le système est hypocrite. Trop facile de brandir cette loi, quand çà arrange le pouvoir mais dans le même temps le contribuable français laïc paye "la religion" en Alsace/Moselle..alors même que la Constitution précise l'unicité du territoire de la république . Pipeau et suppo....et artifice.

11.Posté par Simplet le 22/09/2011 08:01
A Laïc ...
Depuis quand l'enseignement privé reléve-t-il du religieux ?
Vous confondez "Ecole religieuse" ou un enseignement religieux est prodiguè en même temps qu'un enseignement général, et "Ecole privée" ou il n'y a aucun enseignement religieux.

A La REUNION, je connais de nombreuses "Ecoles religieuses" (gérées par des religieuses, avec des enseignantes exclusivement religieuses et qui pratiquaient un enseignement religieux) qui se sont transformées en "Ecoles privées" (Gérées par des laïcs, avec des enseignants laïcs, dont certains sont des enseignants de l'Education nationale, et qui ne prodiguent plus d'enseignement religieux).

A Fabiho ...
Vous avez une trés mauvaise connaissance de "l'Enseignement privé" à La REUNION ... faites donc une visite dans ces écoles privées et vous verrez que ses élèves proviennent de tous les milieux sociaux ...elles n'ont pas que des élèves issues de familles "fortunées" ...

C'est aussi méconnaître la Législation de notre pays que de vouloir supprimer les crédits publics de ces écoles ...
C'est aussi mépriser la Liberté des parents de choisir l'école de leurs enfants que de montrer du doigt ces "Ecoles privées" ...

Je paie des impôts comme tout le monde ... une partie de mes impôts va dans les caisses du Ministére de l'Education nationale ... pourquoi mes enfants ne bénéficieraient-ils pas de cet argent, au même titre que les vôtres, simplement parce qu'ils sont dans une "Ecole privée" ?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales