Politique

L’aide à la rénovation des hôtels votée, la durée du RSTA en question

L’aide à la rénovation des hôtels votée par les députés lors de l’examen de la Lodeom, concernera l’ensemble des départements d’Outre-mer, Mayotte, Saint-Martin et Saint-Pierre et Miquelon. Ce sera au maximum de 7 500 € par chambre, dans la limite de 100 chambres.


L’aide à la rénovation des hôtels votée, la durée du RSTA en question
Cette aide contenue dans l’article 13 du projet de loi sur le développement économique, sera en vigueur jusqu’au 31 décembre 2017. Elle n'est pas ouvertes aux gîtes ruraux. Cette décision, très attendue par les responsables du tourisme local, va permettre à La Réunion de proposer des prestations de standing supérieur. L’Union des métiers de l’industrie hôtelière, présidée par Philippe Doki-Thonon, possède un outil de plus pour atteindre ses objectifs.

Le tourisme local en général, et l’hôtellerie en particulier, auraient pu bénéficier d’un second coup de pouce, si les deux amendements du Réunionnais René-Paul Victoria (UMP) et du Guadeloupéen Victorin Lurel (PS) avaient été acceptés. Les deux députés demandaient la mise en place d’une exonération de TVA, Victoria en souhaitait six ans, et Lurel, deux ans, pour les prestations hôtelières et touristiques.

Selon l’AFP, le secrétaire d’Etat à l’Outre-mer, Yves Jégo a estimé que "100% d’exonération de la taxe professionnelle, ça joue beaucoup plus sur les comptes d’exploitation des hôtels qu’une TVA à 2,1%".
"100% dès cette année, 80% d’exonération de l’impôt sur les sociétés, c’est ce que nous sommes en train de voter pour les hôtels". Des baisses de charges patronales devraient accompagner ce dispositif.

"Le gouvernement sera pragmatique"

L’AFP a également interrogé Yves Jégo sur la durée du RSTA. Ce Revenu supplémentaire et temporaire d’activité de 100 €, rédigé dans le cadre de l’accord Bino, devait au départ, et ce pendant trois ans, participer à une hausse de salaires pour les travailleurs ayant une rémunération inférieure à 1,4 Smic.

"Il ne faut pas s’enfermer pour savoir ce que sera l’état de l’économie dans trois ans, toute mesure qui présuppose ce qui se passera dans trois ans en matière économique est une mesure qui est appelée à ne pas avoir de cohérence”, a déclaré le secrétaire d’Etat. Selon Yves Jégo "personne ne sait ce que sera l’économie dans trois ans, le gouvernement sera pragmatique pour s’adapter à la situation de l’économie".
Vendredi 10 Avril 2009 - 08:14
Jismy Ramoudou
Lu 415 fois




1.Posté par nicolas de launay de la perriere le 10/04/2009 10:30
il aurait mieux fallu aider les gîtes ruraux que les complexes hotelliers qui tombent en ruine, et qui cherchent à se faire financer par subvention publique...quand on voit le résultat des hôtels apavou, on se pose certaines questions sur la pertinence de subventionner ce genre de groupe..

2.Posté par Cambronne le 10/04/2009 19:38
1. Posté par nicolas de launay de la perriere le 10/04/2009 10:30

Pas d'accord avec vous mon cher Nicolas avec les gites il n'y a aucune création d'emploi d'autant qu'il y a aussi de nombreux abus sur la qualité des prestations et le parc arrive à saturation les gites de France ne font pratiquement aucun contrôle qualité , ce qui est bien dramatique car à terme les bonnes tables vont finir par payer pour les mauvais Thénardiers

3.Posté par nicolas de launay de la perriere le 11/04/2009 00:31
sauf que le touriste a peut être plus envie de se payer de "l'authentique".. que du confort standard internationale qu'il sait de meilleur qualité à maurice...
et par ailleurs, ses subventions créent de l'emploi, ou le maintiennent, par les prestataires qui viennent retaper les chambres...
si l'on compare au groupe apavou, je doute que celui-ci soustraite ses travaux...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales