La revue de presse National / International

L’abolition de la prostitution ne fait pas l’unanimité

Samedi 7 Juillet 2012 - 20:00

L’abolition de la prostitution ne fait pas l’unanimité
L’annonce, le 24 juin, de cet "objectif" par la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, a relancé un vieux débat qui divise au-delà des clivages politiques et au sein même de l’actuelle majorité, puisque hier matin la garde des Sceaux, Christiane Taubira, a rappelé que la loi punissait déjà le proxénétisme.

"Je ne suis pas naïve, je sais que cela sera un chantier de long terme", avait précisé Najat Vallaud-Belkacem au "Journal du dimanche", en soulignant que "80%, voire plus, des personnes prostituées sont des victimes de proxénétisme". L’idée, a-t-elle défendu depuis, est de "réduire les portes d’entrée vers la prostitution et, a contrario, multiplier les portes de sortie", en "accompagnant" ces personnes, "en leur proposant des formations, en les protégeant, en luttant contre la traite, les réseaux".

Punir le client? Une "conférence de consensus" visant à "tirer toutes les conséquences" de la résolution votée fin 2011 par l’Assemblée nationale pour "réaffirmer la position abolitionniste de la France" serait organisée, avait en outre annoncé Najat Vallaud-Belkacem. En filigrane, l’idée de pénaliser les clients, que les deux députés (UMP et PS) à l’initiative de la résolution entendaient proposer et que l’ex-ministre de la Santé Roselyne Bachelot soutenait, pourrait être relancée. Actuellement en France, le client ne peut être poursuivi que s’il recourt aux services d’un(e) prostitué(e) mineur(e) ou d’une personne vulnérable. Au grand dam de la plupart des associations, la ministre n’a rien dit de la suppression du délit de "racolage passif" instauré à l’encontre des prostitué(e)s par une loi de 2003. François Hollande avait annoncé son intention de l’abroger durant la campagne.

La suite de l'article sur Le Parisien.
Pierrot Dupuy
Lu 540 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 28 Juillet 2012 - 10:05 Laetitia Payet, "paupiette" à l’anglaise