Economie

L'Observatoire des prix se penche sur le bouclier qualité prix

Réuni en assemblée plénière ce matin, l'Observatoire des Prix a abordé la mise en place du bouclier qualité prix - dont le décret d'application doit paraitre au Journal officiel dans les prochains jours - avec l'ensemble de ses membres. Les acteurs présents ce matin se sont contentés de faire un tour de table et d'émettre leurs propositions et doutes autour de la loi de régulation économique et du bouclier qualité prix. Après la parution du décret, tout devrait s'enchainer rapidement. Pour rappel, le bouclier qualité prix doit être opérationnel dès le mois de mars 2013.


Il n'est pas sorti grand chose de l'assemblée plénière de l'observatoire des prix ce matin. Enjeu majeur de la matinée, les discussions autour du bouclier qualité prix - issu de la loi de régulation économique en Outre-mer - mis en place par l'Etat et dont l'application doit arriver au début du mois de mars 2013.

Mais entre temps, il reste énormément de travail aux membres de l'Observatoire des prix pour rendre leurs avis et que le gouvernement puisse en tenir compte dans les discussions qu'il entamera avec les acteurs économiques. Présente ce matin, Ericka Bareigts, députée de la 1ère circonscription, est venue présenter la loi de régulation et le décret - qui doit être promulgué dans les prochains jours - portant sur le bouclier qualité prix. "J'étais là pour expliquer le texte et présenter la loi", annonce-t-elle. Ericka Bareigts - qui a été la rapporteur du projet de loi contre la vie chère à l'Assemblée nationale - rappelle que le bouclier qualité prix est une démarche à "moyen et long terme" et que le dispositif touchera "les classes modestes et les classes moyennes". "Il s'agit d'une réponse aux problèmes qu'a connu la Réunion (ndlr: événements sociaux), on veut pouvoir identifier les marges abusives et lutter contre les monopoles ou oligopoles", explique-t-elle.

Du côté des acteurs sociaux, Jocelyn Cavillot, délégué régional Solidaires, se veut plus prudent. "Certes le projet de loi est ambitieux mais est-ce que l'on est capable de le mettre en place", s'interroge-t-il. "Cette loi de régulation économique doit être capable d'apporter un réel changement pour le pouvoir d'achat des Réunionnais", ajoute-t-il.

"Des produits de qualité et répondant à la problématique de santé publique"

La promulgation du décret portant sur le bouclier qualité prix devrait intervenir dans les prochains jours au Journal officiel. Ce dispositif est censé proposer une liste de 100 à 200 produits à des prix bas profitant au pouvoir d'achat des Réunionnais. Un dispositif similaire à la liste Cospar, produits solidaires ou chariot type. Pour le moment, l'Observatoire des prix n'a pas tranché sur la fusion de l'ensemble de ces listes ou l'ajout d'un énième dispositif en faveur des ménages réunionnais. "Les commentaires qui ont été fait sur les avantages et inconvénients du chariot type et des produits solidaires sont des réflexions utiles dans la constitution et l'avis donné par l'Observatoire sur le bouclier qualité prix", explique Marie-Christine Tizon, la présidente de l'Observatoire des prix.

"La loi est là et cet outil doit être mis en place. Mais il faut qu'il nous permette d'aller de l'avant (…). Il faut que l'on fasse attention dans la constitution de la liste pour qu'il y ait des produits de qualité et répondant à la problématique de santé publique, tout en portant une attention particulière à la production locale", souligne-t-elle. Le travail s'annonce long et compliqué pour l'Observatoire qui devra se réunir au moins à deux reprises avant le 1er janvier pour soumettre son avis à l'Etat, comme le veut la loi de régulation économique en Outre-mer. "L'exercice s'annonce un petit peu compliqué", avoue Marie-Christine Tizon.

Une fois son avis rendu - comprenant une proposition de liste - le préfet de la Réunion, Jean-Luc Marx, transmettra les conclusions de l'Observatoire aux acteurs économiques. S'en suivront des négociations qui devront aboutir avant le 1er mars à la mise en place du bouclier qualité prix dans les enseignes commerciales de l'île. A défaut d'accord, le préfet de la Réunion pourra imposer de lui même la liste et les prix pratiqués.
Mardi 4 Décembre 2012 - 15:28
Lu 1294 fois




1.Posté par C'est bidon le 04/12/2012 16:07
Elle est gentille Marie-Christine Tizon, la présidente de l'Observatoire des prix
Le problème c'est qu'on n'est pas dans un état communiste, elle n'a aucun pouvoir
Elle a obtenu un job qui même s'il ne sert à rien fait une chomeuse de moins

2.Posté par Alain BLED le 04/12/2012 16:58
"Des produits de qualité"... c'est bien là le problème : espérons qu'on n'encouragera pas les produits premiers prix, souvent mauvais et bourrés d'additifs. A commencer par les chocolats de Noel quasiment sans cacao, écoeurants et entrainant diabète et obésité. Je m'étonne qu'on ait besoin de toutes ces commissions, études, colloques et autres expertises. Le consommateur est il un assisté complètement crétin incapable de comparer, de se défendre, de résister à la tentation et aux pièges tendus par les marchands ? Il y a un avantage de l'ultra libéralisme que les plus pauvres des citoyens n'utilisent pas assez : la loi de l'offre et de la demande. Boycottez ceux qui se foutent de votre g...., et ne comptez que sur vous-même. Achetez moins en quantité, mais meilleur,en qualité, au lieu de vous empoisonner en vous gavant avec des sodas et sucreries bon marché. Et si vous avez encore faim en sortant de table, tant mieux ! c'est comme ça qu'on évite de grossir et d'être malade, pas en gobant toute la m...qu'on veut vous faire avaler.
Bref, il faut plus d'éducation du public en ce sens, dès la petite école.
Et si vous êtes vraiment trop pauvre pour acheter un peu moins mais un peu mieux, demandez à votre hyper marché préféré pourquoi le soir, il jette tous ses poulets grillés invendus plutôt que de les donner à la croix rouge qui fait la quête devant son entrée? pourquoi propose-t-il des promotions pour dire ensuite aux gens qu'il n'est pas au courant (exemple récent parmi d'autres: l'opération "coup de coeur" des yaourts Danone : un pack acheté, le deuxième gratuit, dont c'est un vrai parcours du combattant pour trouver une caissière qui accepte votre bon d'achat. ).
Pourquoi quand un article est en promo dans les rayons, il s'affiche une fois sur deux au prix normal à la caisse ?
Et c'est la pauvre caissière qui prend, pour l'incompétence de son service commercial et de sa direction.
Je fais mes courses moi-même depuis des décennies, je ne suis pas sûr que ce soit le cas du préfêt et de tous ces "experts" : les conseilleurs ne sont pas les payeurs, mais ils sont souvent bien payés sans obligation de résultat !

3.Posté par Sansblague le 04/12/2012 18:42
"Il faut que l'on fasse attention dans la constitution de la liste pour qu'il y ait des produits de qualité et répondant à la problématique de santé publique, "
--------------------------------
Vous connaissez l'expression de Jean-Pierre COFFRE "c'est de la m...". De partout, on propose aux "gens petit-budget" du bas de gamme. Jambon fait avec les viandes les moins nobles, viennoiseries à l'huile de palme, gélatine porcine -on en met même dans le chocolat, les yaourts à la Reunion au prétexte que les gélifiants végétaux sont trop chers- produits de 2ème choix, produits bruns-blanc déclassés mais vendus au prix fort. C'est la grosse arnaque.....Comment expliquer que des crevettes de Mada soient à 32€ le kilo à St Denis, et à 15€ à Lyon? Le masquage des prix métropoles, par un coup de marqueur indélébile, sur nombre de produits, dans une grande surface de S Denis, prouve que la grande distribution, préfère cacher la vérité sur leurs marges....

4.Posté par ndldlp le 04/12/2012 19:38
faut virer les hauts fonctionnaires de ce type de commission.
quand aux députés fonctionnaires, ils ne sont pas plus crédibles. bareight, lebreton, orphée, fruteau..out!

5.Posté par Juliette CARANTA-PAVARD le 05/12/2012 09:25

À Post. 1 – « C’est bidon »

Dès le début, je me suis demandée ce qu’une « Grande Magistrate », adoubée par la Cour des Comptes, grassement payée avec les sous de mes impôts pour « moraliser » nos élus, fabriquait à la tête de cette excroissance de la Chambre Régionale des Comptes-Peï.

S’agissait-il d’un placard doré, d’un n’importe quoi que permet le n’importe quoi-peï ???

J’ai constaté, fugacement sur mon écran, que figuraient dans cet « Observatoire » des gens de « haute compétence et de haute moralité » : Michèle ANDRÉ, Dominique FOURNEL, Éricka BAREIGT…Je suis de plus en plus intriguée ; serai-ce un machin bidon ?

J’ai besoin de savoir et je pose la colle à mon promeneur du soir, Christian ROUX, Président de la C.R.C. de la Réunion.



Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales