Economie

L'IRT veut faire décoller les activités de loisirs


Agnès Lavaud (Sypral), Patrick Serveaux (IRT), Thierry Robert (député maire) et Dominique Durand (président de la Ligue de Vol libre)
Agnès Lavaud (Sypral), Patrick Serveaux (IRT), Thierry Robert (député maire) et Dominique Durand (président de la Ligue de Vol libre)
L'Ile de La Réunion Tourisme fait bloc avec les professionnels des activités de loisirs. C'est le message adressé par son président ce mercredi sur le site emblématique des Colimaçons 800, dédié au décollage des parapentistes.

Cette prise d'altitude ne préfigure en rien à une renonciation des charmes du littoral réunionnais si l'on en croit Patrick Serveaux. "La communication pour la destination reste globale", assure le président de l'IRT. Mais un éclairage particulier mérite d'être fait sur le secteur des loisirs, qui a généré en 2013 près de 35 millions d'euros, sans compter les 300 millions engendrés par ailleurs sur les postes hébergement, restauration ou location de voiture induits.

Avec 115.000 vols commerciaux enregistrés par an à La Réunion, le parapente demeure l'un des piliers de la filière. 55 professionnels pour vingt sociétés en vivent toute l'année. Saint-Leu, qui concentre 90% de l'activité de part son exposition météorologique très favorable, abrite notamment le site des Colimaçons 800.

Peu de personnes le savent mais l'IRT (via son financeur la Région) intervient financièrement dans l'amélioration permanente du lieu. En 2013, 25.000 euros ont été consentis à la réfection de l'aire de décollage. C'est elle, aussi, qui paye l'emplacement, loué à des agriculteurs. De la sorte, l'IRT a repris le flambeau de l'ex-Maison de la Montagne. Une continuité dont se félicite la représentante du Syndicat des professionnels des activités de loisirs (Sypral), Agnès Lavaud.

Les rouages semblent fonctionner entre les professionnels et l'IRT qui peut se résumer ainsi : "identifier qui fait quoi, dans un second temps : comment on le fait et quel budget on y met", résume Agnès Lavaud, par ailleurs membre du bureau de l'IRT.

D'autres actions ont été menées depuis 2010 pour valoriser des dizaines d'autres sites. C'est le cas de la maîtrise foncière et des travaux d'aménagements pour la piste d'atterrissage de Savanna, de Piton Textor, de la route du Volcan ou encore la réhabilitation du décollage des Makes 1500.

L'IRT apporte son expertise juridique et sert d'intermédiaire avec les autres collectivités (Département, mairies, interco') ou organismes (ONF, Parc National) lorsque les besoins ressentis par les professionnels s'inscrivent sur des "espaces partagés".

Via son service d'engineering et d'expertise "LSI" (pour Loisirs, Sites et Itinéraires), l'IRT joue aussi ce rôle de facilitateur auprès des professionnels des activités de pleine nature lorsque des besoins - "qui ne sont pas forcément financiers", ajuste Agnès Lavaud - remontent du terrain.

Plus visibles, des travaux sont en cours cette année. C'est le cas pour les travaux de parking, toilettes publiques et nettoyage du site de canyon de Fleurs jaunes, la pose de signalétique à Trou Blanc, l'assistance pour l'aménagement de deux sites de plongée, celle d'un circuit de randonnée pédestre à la Plaine des Palmistes ou encore l'assistance à réalisation d'un bike parc (VTT) à Salazie, entre autres.

Après l'amélioration des sites d'accueil du public (locaux comme touristes), l'autre versant de l'engagement de l'IRT se situe dans la promotion de ces activités. Un "guide des activité de pleine nature" est en cours de finalisation.

Mercredi 17 Septembre 2014 - 14:33
Lu 1300 fois




1.Posté par Bek la barre le 17/09/2014 17:06
Voilà des loisirs simples, accessibles à tous et tout le temps, gratuits, écologiques, économiques, qui répondent aux problématiques de pacification de l'espace urbain, de santé publique, qui contribuent à compenser la baisse de fréquentation sur les plages, que l'on devrait implanter partout sur nos littorals Boucan, ermitage, Saint-Pierre , étang-salé, dans les villes et les quartiers...

https://www.facebook.com/pages/Bek-la-barre-Street-workout-R%C3%A9union/215618908616811

2.Posté par zanatany le 17/09/2014 17:19
Ce sont eux qui décollent avec notre argent en 1ère classe pour se balader !

3.Posté par moi le 17/09/2014 20:16
Didier robert doit s'arracher les cheveux sur ce coup la lol

4.Posté par Daoud le 17/09/2014 21:24
Le Golf, La plongé, le cannyoning, base jump, le Skate, le BMX, le longskate, le moutain-board, les balades en segway, le cheval, les évènements de diving, voltige aérienne, VTT, beach volley, Ultra-trail, parapente, C'est dèjà énorme pour une destination sport, il faut le faire savoir en créant des gros évènements, au lieu de faire faire des affiches en France (irt) venez donc voir les sportifs locaux et financez de beaux évènements bien médiatisés.

Pour devenir une destination Loisirs et sports il faut faire savoir qu'il y a dèjà des structure et des pratiquants.
Nou lé là.

5.Posté par KLD le 17/09/2014 22:23
y aurait presque une auréole jaune sur leur tetes !

6.Posté par Nul le 18/09/2014 10:30
Le vrai problème, c'est le prix du billet d'avion.
Les gens n'ont plus de sous, pour payer 1200€ un aller retour.

Alors un loisir ? Ce n'est plus une priorité

7.Posté par Luxor le 18/09/2014 12:38
OTé !!!! Thierry y commence endosse le costume de patron du tourisme à La Réunion.. en tout cas le parapente, les loisirs et le potentiel touristique réel de l'île vaut effectivement mieux que le festival de cannes ou le carnaval des seychelles ! Le vent tourne... et c'est pas plus mal !

8.Posté par Et le luxe, merde alors !!! le 18/09/2014 16:12
Viser la clientèle des sportifs, ainsi plutôt des jeunes sans un réel pouvoir d'achat, que la catégorie des séniors plus à l'aise financièrement c'est juste non stratégique.
Certainement, nous n'avons pas le choix avec le relief local. Alors qu'à Maurice les séniors sont accueillis pour se reposer en regardant les lagons bleus et faire quelques ploufs dans l'eau indépendamment des prestions hôtelières qui ajoute du voyage au voyage. Chaque hôtel essayant de créer leur propre identité et propose une multitude d'activités.
Demain si la Réunion dispose d’hôtel et de service de qualité mettant en valeur notre relief, autrement dit si plus d'efforts sont entrepris, on récoltera surement les fruits d'une campagne publicitaire.
Pour l'heure, une campagne publicitaire trop alléchante, fait courir le risque de nous desservir plutôt qu'autre chose. La réalité du terrain est loin de remporter la satisfaction des visiteurs pour les nombreux points déjà évoqués sur ce site. Sans toutefois dénigrer les efforts déjà entrepris.

9.Posté par aulet le 18/09/2014 18:01
le parapente comme les autres activités de pleines nature n'ont pas un pouvoir attractif sinon pour les compétitions en octobre chaque année (20 personnes): le touriste normal ne vient pas à la réunion à cause du parapente mais il va en faire sur place effectivement donc il faut être structuré pour accueillir convenablement!!!!! allez voir les toilettes au décollage st leu et à l'atterrissage!!!!!!!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales