Social

“L’Etat prend l’argent des pauvres pour sauver les banques”

Jean-Pierre Técher et Georges Arhiman ont fait un tour d’horizon social et économique. Les deux responsables du Collectif contre le chômage, dénoncent la politique “contre les pauvres et toujours plus pour les riches”, du gouvernement. Nicolas Sarkozy en prend aussi pour son grade.


“L’Etat prend l’argent des pauvres pour sauver les banques”
La crise en France, c’est 70 € de prime pour les RMIstes et 360 milliards pour sauver les banques. Il y a là quelque chose d’indécent dans ces décisions”. Jean-Pierre Técher et Georges Arhiman fustigent l’attitude du président de la République.
Nicolas Sarkozy a incité l’ensemble des chefs d’Etat à réfléchir aux leçons à tirer de cette crise. Le Collectif contre le chômage invite le président de La République à tirer les leçons de la politique économique et sociale qu’il mène depuis plus d’un an et que plus de 62 % des Français estiment mauvaises”.
Sa politique libérale l’amène aujourd’hui à prendre l’argent des contribuables pour sauver des banques qui lorsqu’elles font des bénéfices exorbitantes, cet argent ne profite qu’aux riches”.
L’Etat prend ainsi l’argent des contribuables et des pauvres pour sauver les banques qui appartiennent aux plus riches”. Jean-Pierre Técher et Georges Arhiman demandent des mesures d’urgence pour aider les précaires.
Nous réclamons nous aussi un plan Orsec pour les salariés, les demandeurs d’emploi, les allocataires de minima sociaux et des petites retraites”.


Mardi 14 Octobre 2008 - 19:39
Jismy Ramoudou
Lu 1421 fois




1.Posté par anonyme le 14/10/2008 21:27
C'est un peu un racourci. Ceux qui aujourd'hui ont payé les joueurs sont les épargnants. Car les banques vont être "couvertes" par les Etats, tous ceux qui avaient économisés et qui avaient été conseiller par leur banquier ont perdu énormément.

Exemple :
Au mois de mai 2008 votre mére vous lègue 5000€. Vous étiez allé à la banque, pour rencontrer un "conseiller", il vous avait dit : laissez moi placer vos 5000€, la bourse ne fait que monter.
Demain matin, vous allez à la banque, demandez à rencontrer votre conseiller et demandez lui de vendre les actions pour les mettre sur votre compte : il vous regardera l'air géné, en vous avouant : mais vos actions ne valent que 512€ et encore il y a les frais de transactions en sus.
Alors fort de votre bon droit, vous vous fachez et lui dites : mais le Président a dit qu'il allait vous donner 360 milliards. Alors là votre conseiller va devoir vous avouer qu'il a placé en bourse avec votre argent, et pas de chance il, vous, il vous bref, vous avez perdu.

Il va oublié de vous dire qu'il avait acheté des actions à un courtier qui n'avaient le premier centime de cash pour les sécuriser, mais qui brassait des millards et que ces milliards sécurisaient d'autres milliards qui..... n'existaient même pas.

Les 360 et quelques milliards sont juste destinés à remplacer de l'argent qui n'a jamais existé.

C'est vrai que toute l'économie va s'en ressentir, on ne peut plus faire marcher la planche à billets. L'ennui, est que rien n'est dit à quoi va servir l'argent de l'Etat.

2.Posté par boyer le 14/10/2008 22:44
excellente analyse de Jean-Pierre Técher . c'est une honte.

3.Posté par siroptamarin le 15/10/2008 01:15

M. Técher aime toujours faire dans la démagogie. Toujours prêt à occuper la scène médiatique.

Il serait bon de rappeler à M. Técher que les finances de l'Etat ne sont pas extensibles à souhait. Vous allez me dire d'accord mais comment a-t-on trouvé les 360 milliards? Si M. Técher s'était donné la peine de se renseigner, il aurait compris que l'Etat emprunte de manière passagère ce montant. Il ne sera pas supporté par les contribuable car en face il y aura des actifs, des titres des banques. Ces titres seront revendus après la crise pour rembourser cet emprunt.

Peut être M.Técher aurait il préféré que l'on laisse les choses empirer, les bourses s'effondrer, et la crise toucher le secteur réel ? Et à la fin avoir une crise où là réellement il n'y aurait plus de revenus comme en 29 ?

A la radio il disait qu'un homme politique devait savoir anticiper les choses, mais moi je trouve que pour une fois, M. Sarkozy est sorti grandi de cette crise, il a su mobiliser et forcer l'Europe à adopter l'attitude qu'il fallait, à savoir rassurer les marchés.

Au lieu de demander, de réclamer à tout va des solution, ce collectif devrait essayer d'en proposer. Car il est facile de critiquer, moins d'agir.

4.Posté par CREOTAS le 15/10/2008 07:50
Je reposte ici une partie de mons commentaire fait pour un autre article, pour apporter des infos à ceux n'en ayant manifestement pas ou peu:

Voir article du Monde de ce jour (http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/10/14/la-gauche-refuse-de-voter-le-plan-de-nicolas-sarkozy-pour-soutenir-les-banques_1106905_3234.html#ens_id=1099210) (extrait):

"Le texte, qui devrait être définitivement adopté par le Parlement mercredi soir, après un vote conforme attendu au Sénat, prévoit une garantie des crédits interbancaires jusqu'à fin 2009 et le recours possible à une recapitalisation pour éviter les faillites. La ministre de l'économie, Christine Lagarde, a qualifié d'"historique" ce plan, qui n'aura, selon son collègue Eric Woerth, "aucune incidence directe sur le budget".

Dans un autre article du même journal (http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2008/10/14/le-plan-francais-sera-finance-par-l-endettement_1106511_1101386.html#ens_id=1099210), on apprend que (extrait):

"Les pouvoirs publics espèrent que ces sommes colossales resteront largement virtuelles : "Le pari raisonnable que nous faisons est qu'en apportant cette garantie, nous n'aurons pas à la faire jouer, a expliqué le chef de l'Etat. L'encours total des prêts garantis est plafonné à 320 milliards d'euros. Ce chiffre est un maximum qui ne sera sans doute jamais atteint. Il ne représente en aucun cas un coût pour le contribuable puisqu'il s'agit d'une garantie qui ne jouera qu'en cas de défaillance d'un établissement. En l'absence de défaillance, le contribuable sera gagnant du montant des commissions encaissées sur les garanties souscrites."

La question que je me pose est: par quel "miracle" cela n'aurait aucune incidence budgétaire et aucune garantie ou recapitalisation n’aurait effectivement lieu d’ici fin 2009 ?

On peut m'expliquer?

5.Posté par darkalliance le 15/10/2008 08:28
le capitalisme à tout va nous montre ses limites et ses incohérences : nous voilà revenu au temps de l'Etat actionnaire ! et en philigramme, on demande aux français d'être solidaire des turpitudes des frasques de nos banquiers. Qu'elle vie de merde !

6.Posté par antidote le 15/10/2008 08:37
Techer i croi que toute sat i passe par son téte i fé bon de dire.Assé sou plai, zot i conné rien que critiqué, critiqué ..........Prend la place sarko alors. Komen ou vé avancé , nou lé vraiment
foutu ici. Pendan que techer té i dors sarko té po cour partou po trouve un solution ,..na un proverbe i di passe out langue 7 fois dans out bouche avant cosé. Salut......

7.Posté par antidote le 15/10/2008 08:41
siroptamarin , attention i coupe a ou avec do lo....
Un blag pou rire hein..........Ou nana raison , facile critiquer , moins d'agir..Nana un tas ici..

8.Posté par Bill Vesée le 15/10/2008 12:55
Et Hop! c'est reparti le Yoyo boursier. Il faut bien que certain récupère du cash s'ils ne veulent pas voir le gouvernement mettre le nez dans leur z'affaires.

Ca monte un peu, alors on revend vite fait pour faire un peu de cash, ca s'écroule, on attend, puis on rachète dès que c'est 0.01% de moins. Dès que l'on a gagné 0.01%, on revend et comme cela sans fin, tant que l'on aura pas changé de modèles.

9.Posté par Basile le 15/10/2008 19:40

Sarkozy s'est porté caution - avec notre fric - pour les banques, pour plusieurs 100taines de milliards d'euros.

Bien !

On nous dit : ne craignez rien, c'est de l'argent virtuel, en fait, personne de paiera ces sommes... C'est juste pour redonner de la confiance...

Bien !

Sauf (et là c'est dit en tout petit, bien sûr, comme dans les contrats d'assurance) si ça va mal, si ça continue de plonger..., alors...

Or je constate aujourd'hui que les bourses continuent à s'effondrer...

Alors ?



10.Posté par boyer le 15/10/2008 22:38
si avec de l'argent virtuel on peut sauver les banques pourquoi ne pas sauver l'ecole publique, la sécu, les retraites avec de l'argent virtuel?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales