Social

L'Education nationale ne mobilise plus ?


Si les syndicats préfèreront que seul le message de contestation reste ancré dans les esprits, il est difficile de faire abstraction de la très faible mobilisation de la manifestation d'aujourd'hui organisée par l'intersyndicale Education.

Les 20 à 25% de grévistes ne sont, semble-t-il, pas les mêmes que les manifestants locaux qui ont  suivi le mouvement national contre la politique budgétaire de l'Education nationale. Une centaine à Saint-Denis, une cinquantaine à Saint-Pierre, selon la police... Si les syndicats donnent un chiffre un peu plus fort, le constat est là : la mobilisation est un fiasco.

Il était d'autant plus important pour les leaders syndicaux de féliciter les présents : "Bravo pour ceux qui sont là, pour ceux qui continuent à défendre le service public" a lancé au micro Christian Picard de la FSU. "Aujourd'hui ça aurait pu être mieux effectivement mais ce n'est qu'une première étape à la désobéissance...", s'est exclamé le porte-parole de la Saiper, Didier Debals.

Le personnel de l'Education nationale était aujourd'hui appelé à manifester dans la rue pour dénoncer les 16.000 suppressions de postes programmées pour cette année. Et c'est un baptême du feu pour Luc Chatel, ministre de l'Education nationale qui fait face, cinq mois après son arrivée, à son premier mouvement social.

Outre les 16.000 suppressions de postes prévues dans l'Education nationale au budget 2010, les organisations dénoncent la dégradation des conditions de travail, la réforme du lycée, la réforme de la formation des enseignants.
Mardi 24 Novembre 2009 - 12:13
Melanie Roddier
Lu 972 fois




1.Posté par lol le 24/11/2009 13:49
Vous encore vous avez de la chance, vous pouvez dire ce que vous voulez contre votre patron l'éducation national. Mettez vous à notre place nous qui sommes employés communaux, nous avons aucun droit, nos Maires font de nous ce qu'ils (elles) veulent, après chaque élection il y a des sanctions, déplacements, nouvelle organigramme comme bon les semblent, même les syndicats sont dans la poche des élus. Regarder, il y avait deux ans de celà un grand syndicaliste bien connu pour défendre les TOS, qui disait que le gouvernement devait titulariser tous les contractuels et devinez maintenant ce que ce chèr Mr devenu 1er adjoint fait.
1er il n'est plus dans les manifestations.
2ème il embauche et débauche qui il veut
3ème il fait la pluie et le beau temps à la Mairie
Pauvre de nous employés communaux, j'aimerais bien échanger mon poste contre vous messieurs de l'éducation national et vous verrez qui sont les mieux lotis.

2.Posté par boyer le 24/11/2009 16:52
La semaine dernière c'était la DDE, le lendemain c'était les tos. Les syndicats continuent de cloisoner les greves pour eviter tout risque d'amplification. Aujourd'hui ca se voit


3.Posté par CANDIDE le 24/11/2009 20:10
Qui peut encore prêter attention aux manifs de l'éducation nationale, ils sont déjà dans les starting- blocs pour les prochaines vacances, alors franchement pas de temps à perdre, sauf pour les élèves....

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales