Société

L'Australie choisit d'éliminer les requins agressifs, la Réunion préfère les vigies...


L'Australie choisit d'éliminer les requins agressifs, la Réunion préfère les vigies...
C'était annoncé au mois de septembre 2012. Un nouveau programme des autorités australiennes, faisant suite à plusieurs attaques mortelles de requins au cours de l'année écoulée, prévoit que les spécimens s'approchant trop près des plages de la côte occidentale de l'Australie seront systématiquement capturés et tués. Une décision qui côtoie d'autres nouvelles mesures comme des alertes sur les réseaux sociaux, la mise en place de balises sur des poissons de la famille des laminés ou encore l'achat de jet-skis pour les nageurs-sauveteurs des plages.

A la Réunion, une telle décision n'est, pour le moment, pas envisagée. Le sujet est toujours très sensible et un choix aussi radical soulèverait aussitôt la colère des protecteurs des animaux. Les multiples attaques de ces dernières années, dont certaines mortelles, ont pourtant forcé les autorités à réagir. Elles ont bien fini par mettre en place plusieurs moyens d'actions, mais avec toujours beaucoup de prudence et de précautions.

Encore aujourd'hui, une certaine frilosité demeure. La mise en place des vigies requins en est un parfait exemple. Alors que les associations travaillent depuis plusieurs mois sur ce projet, l'Etat fait d'abord marche arrière puis, sous la pression des associations, finit par donner son feu vert accompagné de conditions...

Les Australiens tergiversent beaucoup moins. S'il y a bien un endroit sur la planète où la question de la protection des baigneurs et adeptes de sports nautiques face au "danger requins" a été posée, reposée, étudiée, discutée, c'est bien là bas. Avant de finir par prendre la décision radicale d'élimination des requins s'avanturant trop près des baigneurs, avec une certaine unanimité des Australiens.

Reste à espérer que les vigies requins donnent totale satisfaction à la Réunion. Le Préfet leur laisse six mois pour faire leurs preuves sinon… retour à la case départ.
Vendredi 18 Janvier 2013 - 14:39
.
Lu 2539 fois




1.Posté par COURTOIS le 18/01/2013 14:05
A croire qu'ils sont moins couillons que nous en Australie, il ont compris qu'au 21e siècle la place de l'homme est aussi sur les bords de plage et dans sa bande littoral et qu'ils ne joue pas les vierges effarouchées avec leurs quelques 30 ans d'expérience et de lutte contre les attaques de requins.
Mais en France on protège d'abord l'animal, l'insecte, la plante, et l'opinion publique avant l'homme.
Merci l'Australie, mais ici , à La Réunion, on n'a pas atteint le nombre de morts ou de mutilés suffisants pour avoir un tel courage.
A vos claviers... prêt ?.... moucatez, racistisez, débilisez, scientifisez, politisez, approuvez ou plus facile encore : sauvez la planète sur Facebook.

Alain COURTOIS à Saint-Leu.

2.Posté par noe2013 le 18/01/2013 14:21
D'après le titre , c'est ce qui est écrit mais on n'a pas de preuves !
Les requins ne sont pas agressifs mais les humains !

3.Posté par nicolas le 18/01/2013 14:36
1 a raison ,il faut agir .

J'espere ,nonobstant, que ce Mr Courtois n'a pas de rapport avec Tarzan courtois cité dans cette étude sociologique réalisée à La Réunion dont voici un bref extrait


Après avoir longtemps délaissé l’espace nautique il arrive que les insulaires en revendiquent l’exclusivité. Cette aspiration s’appuie de manière disparate sur les questions d’environnement comme la dégradation du lagon et la destruction des coraux (sans trop d’intensité car ils ne sont pas les derniers à attenter aux sites par la pêche à pied sur le corail), mais elle culmine et se radicalise dans les pratiques de loisirs sportifs nautiques, en particulier sur certains « spots »Celui de Saint-Leu par exemple est réputé autant pour la qualité de ses vagues que pour l’existence d’une bande locale opérant une appropriation quasi privative du site : la bande de « Sully Laroche », « gros Gilbert »S’ils sont surnommés « gros », Gilbert et Sully sont...
suite et Tarzan « le roi du spot » veille à ce qu’aucun touriste « métro » ne vienne profaner « leurs » vagues. Il n’existe même pas d’épreuve initiatique à franchir (comme par exemple réussir à surfer de grosses déferlantes ou à l’endroit où les coraux affleurent) : les touristes sont purement et simplement congédiés, considérés comme « interdits de séjour », quel que soit leur niveau d’excellence. Le respect des règles de priorité sur l’eau entre surfeurs n’a plus cours (celui qui est en haut de la vague – au peak – a théoriquement la priorité sur celui qui est en dessous – dans le bowl), mais, règle élémentaire, le respect est dû au surfeur autochtone. Sachant qu’ils ont du mal à se contrôler, Sully Laroche, Gros Gilbert et Tarzan préviennent les importuns que s’ils ne sortent pas de l’eau dans les cinq minutes, ils vont se faire écraser la tête contre le corail. Quand ils coupent allègrement la priorité aux « étrangers », ce n’est à leurs yeux que justice : « Ferm’ out guèl, mi fais sakt mi veux, moi mi lé dans mon jardin » (« Ferme-la, je fais ce que je veux, je suis dans mon jardin ») ou encore « Nous sa montre a ou kolèr La Réunion » (« Je vais te montrer ce que c’est qu’un Réunionnais en colère »). En tant que « roi », Tarzan se doit tout particulièrement de montrer une image de dur des plus intimidantes. Grise mine et air renfrogné vont de soi, même si intérieurement il jubile. Lorsque ni les avertissements verbaux ni la carrure des surfeurs autochtones ne suffisent à dissuader les visiteurs les plus téméraires, il arrive alors que les crics sortent des coffres de voitures pour une « totoch » (bagarre) dont la règle d’or est de n’avoir peur de rien, de ne rien craindre. Défaillir équivaut à perdre sa réputation. Ainsi, à Saint-Leu, on raconte la triste histoire de E.P., surfer local, avec une respectable notoriété de bagarreur et promis à un bel avenir sur le spot. Pourtant un jour, E.P. coupe la vague à un touriste qui immédiatement lui enjoint de sortir pour régler ça entre hommes. Une telle agressivité déconcerte E.P., ce genre d’invitation étant d’habitude lancée par les locaux. Il laisse donc prudemment « l’étranger » sortir en premier. Celui-ci s’avère, hors de l’eau, être une force de la nature, qui de surcroît s’échauffe pour le combat avec des mouvements de karatéka confirmé. E.P. préfère alors rester dans l’eau....



4.Posté par COURTOIS le 18/01/2013 14:43
Noe2013, les humains ne déchire pas un corps en deux d'un coup de dents... Il faudrait que tu visionne une attaque de requin et que tu vois les dommages que cela inflige et que tu vois à quel point les requins (plus particulièrement les Bouledogues) sont agressifs et qu'ils chassent la plupart du temps en groupe de plusieurs individus.
L'homme quand à lui, il est con puisqu'il va dans la mer nager ou faire du surf.... CQFD

5.Posté par Neptune le 18/01/2013 15:41
Qui peut croire un seul instant, qu'avec la dizaine de bouledogues qui s'est sédentarisée face au port de Saint-Gilles par - 30/40 mètres et ce dispositif équivalant à un cautère sur une jambe de bois, une nouvelle tragédie ne va pas se reproduire dans les prochaines semaines ???

6.Posté par PAT974 le 18/01/2013 15:52
pat974
Vous connaissez l'histoire ou la différence entre un pitbull et un caniche qui se stimule a votre jambe.

NON !

Le Pitbull tu le laisse faire


Pareil entre requin bouledogue et le petit poisson
Le petit poisson tu le chasse. Et l'autre le requin bouledogue tu le laisse faire.

7.Posté par noe2013 le 18/01/2013 16:45
Courtois a raison mais nous avons maintenant des vigies-requins (rien à voir avec vigipirate) pour surveiller et chasser ces poissons affamés donc dits agressifs !
Plus rien à craindre sauf qu'ils ne surveillent pas 24hx24h ..on ne pense pas aux gens comme moi qui attrappent un ti carri par 25,75m de fond avec bouteille à partir de 16h jusqu'à 23h (langoustes) ...

8.Posté par shita le 18/01/2013 17:09
coille in timb si out ki,
envoye à ou sidney

9.Posté par L''''''''Ardéchoise le 18/01/2013 17:16
A nicolas : +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
Génial d'avoir publié cela et de donner le lien.
Si Tarzan s'appelle "Courtois" (ce que j'ignorais), c'est un non-sens !
C'est un fêlé grave, ainsi que ses potes. Quand la vague n'est pas bonne à Saint Leu et qu'ils viennent à Trois Bassins, c'est sauve qui peut ... j'ai vu certains d'entre eux défoncer la planche d'un gars à coups de galets pour une simple raison de priorité.
Même les requins en ont peur, c'est pour dire !

10.Posté par JORI le 18/01/2013 17:25
1.Posté par COURTOIS le 18/01/2013 14:05
"il ont compris qu'au 21e siècle la place de l'homme est aussi sur les bords de plage et dans sa bande littoral et qu'ils ne joue pas les vierges effarouchées ", et dans 40 ou 50 ans où sera la place de l'homme et que fera t on?. Où du moins que devrons nous faire à l'instar des Australiens à ce moment là?. En Afrique du sud, on utilise filets et le shark spotting mais tous les surfeurs là-bas ont surtout conscience du risque requins. Alors sont ils encore plus couillons que nous et les australiens?.

11.Posté par Jipé 974 le 18/01/2013 17:34
@ 3 courtois ? c'est un peu le brice hortefeux local .Il s'interesse aux flux migratoires sur "sa "wave ,prés de "sa "rondavelle ",donc il s'interesse aux étrangers ,les rokins .forcément .
Ici on le voit postillonner de joie quand il voit un immigré -Didier Derand -s'approcher des douches
http://www.youtube.com/watch?v=YqgMcPw56DE

12.Posté par No Futur le 18/01/2013 18:17
La Réunion y fé pitié...nous sommes en train de nous faire avoir par ces gros capitalistes,et les médias sont leurs outils de propagande. La Réunion ce n'est pas l'Australie;il y a une différence énorme entre le nombre de baigneurs et surfeurs.
Réfléchis un instant,a chaque fois qu'un requin s'approche de trop des cotes,extermination,si on suit la logique des australiens...
et noe2013 oau in not enkor,mi té croi ke la pêche en bouteillle té pas autorisé,ou joué volèr,ou vo pas plus ke lo ban' surfeur.

Vous êtes entrain de me faire penser a un peuple,qui sous prétexte d'une soit disant promesse,ils sont en train d'exterminer a autre peuple...

les requins t'empêche de faire trempette,extermine-les, tu en a le droit,les autres font comme ça pourquoi pas toi ?...
les zoreils viens surfer sur ta vague extermine-les, les Sionistes font pareil avec les Palestiniens pourquoi pas toi ?...
Tu a vu sa à la TV...donc on peut !?...bientôt à la TV et dans la Presse Papier et Web...il te dirons tires-toi une balle dans la tête c'est tendance,fait le !...sinon tu serra un " Loser ".

Propagande propagande,tu la lumière de demain et de l'humanité.





13.Posté par voyageur le 19/01/2013 06:04
les australiens sont de gos racistes qui n'ont pas reglé leur probleme aborigène. En indonesie ils debarquent avec leur dollar comme des gros porcs en hordes pour faire du surf, se bourrer la gueule et user de la prostitution par charter entier comme les français qui se ruent sur Madagascar. Les neocons qui veulent tuer les requins sont les memes qui sont pret a sacrifier la grande barriere de corail pour relancer le charbon minier.

C'est pour cette raison que les neozelandais les considèrent comme des gros beaufs. Un exemple a eviter

14.Posté par Le modèle australien ? le 19/01/2013 07:49
@13 A Bali ,y a pas pire que les australiens,même les brésiliens paraissent civilisés ,c'est dire ,
On les appelle la bas des Yobo .
Les australiens sont seulement des gros porcs qui ont parqué les aborigènes dans des réserves (shootés à l'alcool.,au crack et à l'héroïne ) on ne sort les peintures primitives et le didgeridoo que pour les fêtes culturelles de circonstance .Vous ne verrez aucun Aborigne à Brisbane ou à Sydney ,ies 3 ou 4 que vous croiserez sont homeless et en piteux état. Quand a la gold coast ou la sunshine coast ,pays des blondinets,y en à pas ,Allez trouver un aborigène à coolangatta qu'on creuse un peu dernière l'image d'epinal.

Pour en revenir au surf,malgré cet effet d'annonce très commerciale ( les japonais en vacances rapportent 80 millions d'euros par an ) sur le western Australia,les aussies se font maintenant bouffé dans les canaux ,puisque les bouledogues se sont infiltré dans la ville ,Allez visionner par exemple le reportage Nat géo wild ,documentaire "Des requins dans la ville " et revenez nous en dire avec vos légendes sur les pays ou na poin Rokin.

15.Posté par aloha le 19/01/2013 11:30
14.Posté par Le modèle australien ?

oui, c'est le modèle que Mr Courtois veut donner en exemple à la jeunesse de la Réunion.

16.Posté par Pêcheur sous marin le 19/01/2013 14:01
ces gens ont ils lu le rapport de l'IRD ? il est inconscient et irresponsable de lancer cette sécurisation alors que les pêches n'ont toujours pas eu lieu, il aurait fallu attendre que des prélèvements soient faits !

vous allez donner a nos jeunes le sentiment qu'on peut resurfer et une nouvelle attaque va vite arriver.

qui sera responsable qui assumera et qui paiera en cas d'attaque ? j'aimerais qu'un des membres de cette association nous apporte des éléments de réponse

17.Posté par Droit dans le mur ... le 20/01/2013 08:34
L'Australie gère le risque requins depuis plusieurs dizaines d'années.
Vous croyez que nos "scientifiques" auraient envie de s'en inspirer ?
Hola ! Surtout pas !
Ici, on sait tout mieux que les autres.
D'ailleurs, on est champion du monde de recherche scientifique de subventions !!!
Alors bien sur on ne va surtout pas faire comme tous nos voisins.
Hors de question de pêcher le moindre requin !
Si un requin t'attaque la jambe gauche, tend lui ta jambe droite !!!
Vaguement biblique comme réaction, certes, mais c'est normal au fond, pour le POISSON DIEU !!!!!
...................................
PITOYABLE ...

18.Posté par Electrice scandalisée le 20/01/2013 10:57
@17.Droit dans le mur ...

Hélas,vous avez tout à fait raison...
La Réunion qui est très largement championne du monde pour l'obtention des subventions scientifiques ou autres.... vénère son poisson Dieu qui est l'emblème de TOUS nos élu-es cumulards sans scrupule qui eux sur terre se comportent comme les pires requins !!!
................................................................
HONTEUSEMENT LAMENTABLE ...

19.Posté par autruche le 20/01/2013 15:26
pendant que Mr Courtois lorgne sur l'exemple australien, St Leu connait une nouvelle pollution au caca

20.Posté par Au tribunal le 21/01/2013 10:25
Tant qu’État et communes concernées n'auront pas gagné un totochement judiciaire, ils ne bougeront pas. Or, un bon juriste pourrait sans problème mettre en cause leur responsabilité... mais pour cela les victimes (amputés et familles de surfers dévorés) doivent saisir la justice...

Une bonne condamnation leur ferait le plus grand bien à ces institutions... Par exemple le fait qu'il n'existait pas un panneau avertissant du danger au moment des attaques sur E argent et E Aubert : condamnation garantie ! et des exemple comme celui-là, il en existe... l'incurie a été poussée dans ses derniers retranchements mais personne ne réagit. Les manifs c'est mignon mais l’État s'en fout... Une bonne condamnation en revanche le mettrait dans l'embarras et l'obligation de ne pas céder devant des lobbys animalistes composés de dégénérés 2.0.

21.Posté par Braincelless le 28/01/2013 19:26
Les locaux de sin lé sont a eux tous seuls une grotesque parodie d' un phénomène lié au surf : le localisme .Partout sur les autres spots les locaux énervés maitrisent un minimum la discipline mais surtout , laissent surfer les gars qui ont un bon niveau et qui sont réglo.
A sin lé les pires aboyeurs sont les plus mauvais question glisse et n 'ont pas honte , a l 'image d' un gros déja cité qui fait des énormes "tout droit "depuis le fond jusqu'en bas traversant le bol sans en placer une , et qui vocifère en remontant "zoreils déor".
Ces gars là ont déja fait sortir des types sans raison ou juste parcequ'ils étaient trop bon en surf ou trop blancs....?
Le localisme dans sa plus patéthique version c'est chez nous !!! yesssss !
On les a vu a l'oeuvre avec Dider Derand : Un perle sublime avec en chauffeur de foule l' auteur du post 1 .

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales