Politique

L'Arast à quitte ou double

Que s'est-il passé ce week-end entre la présidente du Conseil général et la juge en charge du dossier de l'Arast (Association régionale d'aides sociales territorialisées) ? Quelles sont les solutions provisoires qui seront proposées aux administrateurs, cadres et salariés ? Réponse à partir de 14h00 à Champ-Fleuri.


L'Arast à quitte ou double
Nassimah Dindar a déjà levé une partie du voile : “Il n'a jamais été question de laisser les bénéficiaires sans aide et de mettre les salariés au chômage”. En ce qui concerne, l'aspect technique et juridique, les services du Département ont travaillé avec les administrateurs judiciaires.

Une solution provisoire devrait permettre la reprise de l'Arast pour une pérennisation des services dans un contexte totalement différent. Dans un premier temps, la structure va continuer. Les salaires seront assurés. Mais, la gestion de l'association devrait peu à peu changer de main.

Une manière pour le Conseil général de montrer que l'Arast n'a pas besoin qu'une quarantaine de cadres pour être gérée correctement. Au cours de cette période d'observation, un plan de reprise en deux étapes sera proposé.

Une SEM remplacerait en premier lieu l'Arast. Puis, ces services à la personne répartis en lots, devraient être attribués aux entreprises privées. L'objectif de cette privatisation pour le Conseil général, est de réduire le coût horaire du travail et les indemnités de transport des salariés. 
Lundi 28 Septembre 2009 - 08:40
Jismy Ramoudou
Lu 1069 fois




1.Posté par maman le 28/09/2009 07:23
La Présidente du Conseil Général fidèle à sa politique de démantèlement des associations qui travaillent pour le service public.

L’année 2003, c’était l’O.R.P.H structure mise en place à l’époque à la demande du Conseil Général pour soutenir les associations, porter la politique d’accessibilité aux bâtiments notamment, accompagner l’intégration scolaire des enfants et adolescents handicapés.
Cette association travaillait par convention de service pour le Conseil Général qui n’avait pas hésité à la tuer en lui refusant l’enveloppe financière nécessaire pour accomplir sa mission.
Aujourd’hui c’est le même scénario qui se joue pour l’ARAST.
Quand on sait qu’une des grands compétences du Conseil Général c’est l’Action Sociale, il y a de quoi s’inquiéter.
Quel décalage entre les paroles, les promesses politiques et l’action réelles développée en faveur des plus démunis.
Nous appelons les parents, les personnes âgées à se mobiliser pour défendre l’ARAST car la nouvelle composante majoritaire de Madame la Présidente, visiblement se désintéresse des difficultés des personnes âgées et les devenir économique et sociale des salariés de l’ARAST.
Cette association nous a prouvé son utilité publique dans le domaine sociale.

Un parent d’enfant polyhandicapé

2.Posté par badaboum le 28/09/2009 14:14
Je me pose juste une petite question simple, mathématique aussi, mais qui reste pour l'heure sans réponse :
ARAST = environ 1200 employés ....
ARAST = environ 850 gramouns pris en charge et aidés au quotidien ...
c'est du moins les chiffres que j'ai entendu
Il y a peut être erreur, mais à défaut si c'était vrai, cherchez l'erreur !!!!
Enfin bon, va falloir qu'on m'explique

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales