Santé

L'ARS confirme le manque de place dans les services psychiatriques à La Réunion

La psychiatrie à La Réunion subit des critiques. Il y aurait un manque de psychiatres, de lits et de services pour soigner nos malades. L'ARS reconnaît une certaine déficience, qu'elle tente de combler, notamment avec la nouvelle clinique privée Les Flamboyants Sud, ouverte à Saint-Pierre en 2012.


L'ARS confirme le manque de place dans les services psychiatriques à La Réunion
Hier, nous vous relations le cas d'une personne, avec une déficience mentale, qui terrorisait une résidence de Saint-Denis (lire ici). L'occasion d'interroger l'ARS sur la capacité des services à prendre ces personnes en charge à la Réunion.

"Nous sommes inférieurs à la moyenne nationale, avoue Etienne Billot, responsable du pôle "Offre de soins" à l'ARS OI (Agence de santé de l'Océan Indien). Avec 115 psychiatres à La Réunion, il nous faudrait un tiers de plus pour atteindre la moyenne".

Quatre services existent sur l'île: le CHU de Bellepierre et de Saint-Paul ainsi que les cliniques Les Flamboyants au Port et à Saint-Pierre. "Le manque de médecins est surtout constaté en libéral, explique Etienne Billot, il y a davantage de psychiatres en milieu hospitalier, ce qui signifie que certains patients qui ne sont pas hospitalisés sont suivis par les médecins généralistes".

Selon le responsable, les postes de psychiatres sont plus attractifs à La Réunion que dans l'hexagone, mais le budget ne permet pas plus d'embauches. Les dépenses en psychiatrie s'élèvent néanmoins à 110 millions d'euros en moyenne. L'année dernière, la somme a augmenté de 6 millions d'euros et cette années nous sommes déjà à 3 millions de plus.

Un trop petit budget, peu de médecins mais aussi peu de lits: 68 lits pour 100.000 habitants à La Réunion contre 90 en métropole. Conscient du problème, l'ARS compte avoir 108 lits de plus à la fin de l'année (comparé aux chiffres en 2012). "La nouvelle clinique Les Flamboyants Sud à Saint-Pierre, qui a été ouverte en 2012, contient 57 lits. On examine la possibilité d'augmenter le nombre à 83. À cela nous voulons ajouter un pavillon de 25 lits avant la fin de l'année".

Une nuit à l'hôpital coûte plus de 600 euros

Mais pour le moment la situation n'est pas idéale. La moyenne de la durée d'hospitalisation, de 15 jours, est également inférieure à celle de la métropole. Mais Etienne Billot assure que la cause n'est pas la manque de place: "C'est une équipe médicale spécialisée qui détermine si le patient peut sortir de l'établissement." Selon lui, les améliorations dans le secteur n'entraîneraient pas une augmentation de la durée du séjour mais plutôt de la capacité des hôpitaux de jour et des services à domicile.

"L'hospitalisation est le dernier recours et la priorité reste l'augmentation de l'offre de toutes sortes de soins pour l'année 2012-2013", conclut-il.

Une nuit à l'hôpital coûte après tout plus de 600 euros.
Mercredi 23 Octobre 2013 - 17:32
SH
Lu 1604 fois




1.Posté par noe le 23/10/2013 17:49
On voit que de plus en plus de fous sont lâchés à la Réunion (cités, rues, posteurs, administrations ....)
Ils sont libres et sèment le bordel partout !

2.Posté par Bouftango le 23/10/2013 18:06
Faux . Les partis politiques regorgent de places....notamment le parti biodiversité (vous voyez de qui je veux parler), y accueille les bras ouverts...et vous offre même un rhum (phonétique?) pour défouler..

3.Posté par polo974 le 23/10/2013 20:25
il manque en effet 799999 places.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales