Economie

L'ARCP de J-H Ratenon contrôle les prix Cospar à St-André

Deux ans après le mouvement contre la vie chère, communément appelée mouvement Cospar, l'ARCP (l'Alliance des Réunionnais contre la pauvreté) de Jean-Hugues Ratenon reste vigilante quant au respect des prix repères. Ce matin, les enseignes de distribution Leclerc et Jumbo Score ont eu droit à un contrôle.


L'ARCP de J-H Ratenon contrôle les prix Cospar à St-André
 
La rencontre était prévue. Pas question ce matin de tenter une descente en force dans les magasins Leclerc et Jumbo de Saint-André. "Il ne s'agit pas d'une manif'", s'engage Jean-Hugues Ratenon, pourtant habitué des coups d'éclat.

A l'arrivée du collectif de l'ARCP, Pascal Thiaw Kine, président du groupe Leclerc Réunion, attendait de pied ferme Jean-Hugues Ratenon. L'échange est resté très cordial.

"Le rapport de l'Observatoire des prix du 20 mai a mis en lumière une augmentation en moyenne de 14,3% des prix du chariot-type de ce Leclerc (celui de Saint-André), raison pour laquelle nous sommes venus ici demander des explications", s'avance Jean-Hugues Ratenon face à Pascal Thiaw Kine.

Leclerc montre ses efforts depuis 2009

Ce dernier explique cet écart par des ruptures de stocks pénalisantes sur ces produits repères, très prisés des clients. En général, deux jours sont nécessaires au réapprovisionnement des rayons. Ce que confirme une cliente toute proche: "Je vois que les produits partent très vite". Pourtant, malgré ce mauvais point pour ce magasin "très ciblé", tente d'argumenter Pascal Thiaw Kine, son groupe veille à être le plus compétitif.

L'ARCP de J-H Ratenon contrôle les prix Cospar à St-André
"Nous, à Leclerc, nous avons un monsieur prix qui réajuste les prix pour coller à la réalité", s'explique-t-il. Le président veut faire voir sa bonne volonté. "Depuis 2010 jusqu'à aujourd'hui, les magasins Leclerc ont en moyenne baissé leurs prix de 6%. Le chariot-type est ainsi passé de 108 euros à 100,78 euros".

Puisque toutes ces démonstrations ne suffisent pas, Pascal Thiaw Kine prend un exemple précis. "Voyez M. Ratenon, sur le chocolat noir Kholer, son prix est passé de 1,43 à 1,10 euros".

Une argumentation et une ouverture au dialogue qu'a semble-t-il apprécié le leader de l'ARCP. "Nous pouvons constater que dans les magasins Leclerc, il y a un suivi des prix Cospar" ,dit satisfait Jean-Hugues Ratenon. Mais deux points restent en suspend.

Le projet d'une carte d'achat pour les produits les plus nécessaires

Le premier concerne l'accord Cospar en lui-même. Un engagement qui n'a jusqu'alors pas été respecté. Jean-Hugues Ratenon en fait une lecture devant le patron de Leclerc. "Il est stipulé (feuille à la main, ndlr) que les parties concernées conviennent, qu'au-delà de la définition conjointe des produits et de la baisse des prix qui leur sera associée, une concertation élargie à l'ensemble des acteurs de la formation des prix sera conduite dans un deuxième temps". Un souhait resté lettre morte selon l'ARCP.

Enfin, "je souhaite que M. Thiaw Kine réponde à notre invitation d'une table ronde avec tous les acteurs de la grande distribution pour l'instauration d'une carte d'achat". Le but de cet outil : cibler les produits les plus nécessaires. Une requête acceptée sans coup férir par le représentant de Leclerc à la Réunion.

Sans plus tarder, une dizaine de membres de l'ARCP allaient poursuivre leur contrôle dans l'enseigne toute proche du Jumbo Score.
Mercredi 6 Juillet 2011 - 11:44
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 2091 fois




1.Posté par noe le 06/07/2011 11:56
Ratenon s'en va en guerre contre les prix ....Il faut aussi faire baisser les prix des champagnes , whisky fin , poissons rouges , légines , langoustes ... il y a eu une flambée des prix sur ces articles et il est difficiled'en consommer fréquemment ...

2.Posté par ndldlp le 06/07/2011 11:57
imaginons un instant que les relevés de prix soient saisis en informatique...
imaginons que l'ARCP instaure une stratégie de relevés en simultanée mais à des dates non précisées aux responsables des grandes surfaces, sur les grandes surfaces de l'île
et que l'ARCP soit en mesure de donner mensuellement, annuellment, l'évolution des prix..

faudrait que je retrouve mes écrits sur cette thématique qui datent de bien avant le mouvement COSPAR ou LKP...

je ne sais plus qui disait : "souvent ou toujours imité .. mais jamais égalé"..(un peu de démago suffit-il à l'égo...?)

3.Posté par Ratenonlaveur le 06/07/2011 11:58
Par qui est il payé ce ratenon?
Il n'a pas une tête de philantrope
J'aimerais connaitre ses ressources. Quelqu'un peut il répondre à cette question.

4.Posté par Jean le 06/07/2011 12:48
Ratenon c'est un acteur - Il aime ce faire remarquer - C'est pas contre les grande surface qu'il faut ce battent mais contre la politique du gouvernement et des élues qui siège au séna et à l'assembler nationale qu'ils se bougent pour justifier leurs salaires - Faute de quoi qu'ont les sectionnent au prochaine élection .

5.Posté par les echos le 06/07/2011 13:14
les entreprises de la reunion font un benefice surremuneré par rapport à leurs homologues metropolitaines. On comprend pourquoi les taxiteurs defendent leur monopole avec des courses à 1500 euros pour 50 kms. Quand à la SRPP c'est le prefet qui defend bien ses dalons

6.Posté par vaches à lait le 06/07/2011 13:48
depuis 2 semaines les prix dans quelques magasins que ce soient ont augmentés comme le thermo à 40 de fièvre, des articles qui étaient vendus à 2.55 € sont passés direct à 3.25, de la gueule de qui se fout-on? les patrons de ces supermarchés prend le créol pou des vaches à lait, un caddy moitié rempli = 150€, arrêtez de déconner. les supermarchés nous rackettent et personnes ne bougent, je ne parle pas de Ratenon qui essaie bon gré mal gré de tirer la sonnette d'alarme mais de ces politiques qui ne font rien pour nous aider et qui eux vivent comme des nababs...même des yaourts pourris et à sucre explosif on nous les fait payer 5 € les 12 (produits péi en plus) en france 16 avec des fruits et lait entiers à peine 3 €, nou fé vraiment pitié!

7.Posté par NICOLAS SAINT-BLANCARD le 06/07/2011 14:19
BEN LI SA PAS AIDE VERGES POUR L'HISTOIRE DE LA SR21?

Y VEUT DETOURNE LES CREOLES EN CONSTATANT UN PROBLEME? LE PRIX COSPAR QUI NE SERT A RIEN MAIS VRAIMENT A RIEN DU TOUT.

8.Posté par Jacques Hoarau le 06/07/2011 14:56
Ce monsieur Ratenon ne brasse que du vent.
ça ne sert à rien de faire ces contrôles, car c'est tout à chacun de comparer les prix des grandes surfaces avec les dépliants que le consommateur reçoit dans sa boite aux lettres.
Le Cospar c'est un machin qui ne sert à rien, à part gesticuler

9.Posté par vavangue le 06/07/2011 19:40
concours de circonstante, mr ratenon voulait économiser son essence alors il est venu sur st andré plus proche de son domicile. depuis les changements a la région les temps sont aussi dur pour les proches du PCR. il émarge ou ce monsieur? Conseil Régional EST ou satelite de la région?????

10.Posté par CANDIAPIN Olivier le 10/07/2011 13:23
A la Réunion, c'est vrai qu'il y a le transport à payer, ce qui explique les écarts de prix avec la Métropole. On effectue souvent des comparaisons avec les prix des produits entre les groupes à la réunion mais chacun à sa part du gâteau. Nous nous posons pas souvent la question "est ce qu'il n'y a pas d'entente entre ces acteurs?".

Je travaille dans un hypermarché Leclerc, je connais la plupart des prix des produits mais lorsque je viens à la Réunion, c'est une horreur de voir les prix pratiqués. Ils sont 2 à 3 fois plus élevés qu'en France alors que les taxes devraient les augmenter de 50 à 60 % maximum. Ne parlons pas des produits "repère" (Marque de distributeur). A la Réunion, j'ai vu une boisson soft à deux parfum différents, une orange à 3.45 € et l'autre cassis à 2.45 € alors que ces produits valent en métropole entre 0.68 € et 0.89 €.

Des marges, il y en a besoin, pour payer les différents frais de fonctionnement, de salaires,...mais qui peut réellement intervenir pour arrêter ces excès, ces abus,...??
*

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales