Société

L'ALEFPA s'oppose à la carrière de Piton Defaud et s'inquiète pour ses résidents handicapés


Les membres du bureau de l'ALEFPA demeurent inquiets sur le devenir du centre de Piton Defaud
Les membres du bureau de l'ALEFPA demeurent inquiets sur le devenir du centre de Piton Defaud
Après les pépiniéristes, les agriculteurs et les riverains, c'est au tour des professionnels de santé de se mobiliser contre le projet d'exploitation de gisement de roches à Piton Defaud, à Saint-Paul.

Voisine du futur chantier, l'Association laïque pour l'éducation, la formation, la prévention et l'autonomie (ALEFPA) expose aujourd'hui son opposition farouche à un tel chamboulement.

"La pollution de l'air, de l'eau et les nuisances sonores auront un impact sur la santé du personnel et des personnes déjà fragilisées par leur handicap ou la maladie", expliquent Nathalie Faucher (adjointe territoriale ALEFPA/présidente d'Autisme Réunion), François Cuvelier (administrateur ALEFPA) et Jean-Paul Pineau (directeur territorial).

Le centre médico-social Edmond Albius a ouvert en 2004 à Piton Defaud. Il fait partie d'un réseau de 23 établissements reconnus d'utilité publique et spécialisés dans l'accompagnement d'enfants, d'adolescents, d'adultes déficients intellectuels, de polyhandicapés ou de personnes présentant des troubles autistiques et psychologiques. Voilà 40 ans que ce réseau exerce à La Réunion.

A Piton Defaud, le centre jouxte, sur environ 60 mètres de long, le périmètre de la carrière. Hormis les désagréments inhérents à un tel affouillement du sol, c'est la pérennité même du centre que les membres du bureau de l'ALEFPA mettent en doute.

Dialogue direct avec le maire demain

"Les activités agricoles de l'ESAT (établissement et service d'aide par le travail) seront mises en péril", s'inquiète Jean-Paul Pineau. "Les travailleurs handicapés accoutumés à travailler dans les vergers seront déstabilisés", assure-t-il. La rotation des camions - 700 attendus chaque jour - présente "un risque majeur pour la sécurité des personnes handicapées accueillies sur le complexe et qui ont l'habitude de se déplacer seules dans cette zone pour aller prendre leur transport public", ajoute-t-il.

La mobilisation est plus que jamais le maître-mot, à défaut pour l'ALEFPA d'avoir pu apposer ses remarques lors de enquête publique "passée en catimini". "On a découvert qu'il y avait une enquête trois jours avant sa clôture", se souvient Jean-Paul Pineau. Les parents et proches des personnes accueillies au centre Albius viennent d'être sensibilisées lors des conseils de vie sociale la semaine dernière et encore ce mercredi et hier.

"Nous n'avons rien en particulier contre la société Holcim", ajuste l'équipe. Mais "le retrait du projet de carrière", demeure leur seule revendication.

Sur un autre plan, une motion a également été validée par l'Agence Régionale de Santé suite à l'interpellation des acteurs de santé de tout le périmètre de Piton Defaud et Grand Pourpier. Cela concerne donc aussi l'EPSMR tout proche.

L'autre grand rendez-vous arrive demain matin, samedi. Le maire, Joseph Sinimalé, doit venir s'entretenir avec le collectif de riverains de Piton Defaud dès 9h. Son positionnement est très attendu.

Vendredi 4 Juillet 2014 - 14:24
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1187 fois




1.Posté par Marine le 04/07/2014 17:15
Ils s'y mettent tous !
Chacun son tour fait blocage !

Il faut que cette Nouvelle Route du LittoralL se fasse !

2.Posté par Alexandre LORION le 05/07/2014 07:03
Un de plus.

Belle instrumentalisation, c'est qui le point d'attache M. Cuvelier ou les contrats imaginaires du groupe Payet ?

Le verger, est abandonné, la carrière ne touche pas ALEFPA.

Le Département est propriétaire des lieux.
Le Premier consulté lors du montage du dossier en 2009.

M. Pineau , la poussière de la société EVE vous en parlez quand ?

Votre destin mérite d'être celui de ASJD.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales