Economie

L'ADEME recherche des projets innovants

Qu'on se le dise, la voiture ou la maison de demain sera écologique, voire mieux, à "énergie positive". Bien que la réalité nous ramène au fossile dans toute sa splendeur, l'Etat, via son programme d'"Investissement d'avenir" ou plus communément appelé "Grand emprunt" confie à l'Agence de l'environnement et de Maîtrise de l'Energie la réalisation de ce vaste chantier participatif. La mission de l'établissement public : attirer vers lui des téméraires prêts à relever le défi de l'innovation. Les secteurs du solaire, de la recherche d'une meilleure recharge des véhicules électriques ou encore de la construction de bâtiments "positifs" font partie de cette nouvelle campagne d'appel à manifestation d'intérêts envers les entreprises innovantes ou laboratoires. Les dossiers de candidature sont attendus dans les semaines et mois qui viennent pour d'autres.


L'Etat impulse, les entreprises ou autres laboratoires proposent. C'est en substance la logique de l'appel à manifestation d'intérêts (AMI) 2011 qu'a dévoilé à la presse hier le directeur de l'ADEME, Philippe Beutin, à Saint-Denis. Trois dominantes concentrent tous les intérêts de l'ADEME : celle de la construction de bâtiments à énergie positive, celle du photovoltaïque et enfin celle du solaire. Trois champs d’innovation qui concernent fortement la Réunion, du fait de sa déjà forte implication sur les marchés des énergies renouvelables.

Parmi l'appel à manifestation d'intérêts 2011, le premier domaine concerne la préparation technologique et méthodologique dans l'élaboration des bâtiments et îlots à énergie positive et à bilan carbone minimum. L'appel à projets est fortement axé sur le développement de composants actifs pour la réhabilitation des bâtiments en jouant sur la notion d'îlots (groupes de bâtiments). Pour cette dominante, les dates limites de remise des projets innovants sont le 3 mars pour la première phase et le 31 octobre pour la seconde.

Des projets qui bénéficieront d'un coup de pouce

La deuxième thématique concerne le photovoltaïque dans un objectif affiché d'augmenter les performances en même temps que la baisse des coûts de production. Au-delà de l'aspect économique, les projets devront veiller à favoriser des solutions d'intégration aux bâtiments comme composants de la construction. Une manière d'allier écologie et esthétisme. La date limite de remise des offres pour ce volet photovoltaïque est le 2 mai prochain.

Enfin, sous le terme générique de "Solaire", l'ADEME attend des porteurs de projets qu'ils soumettent des démonstrateurs destinés à diminuer le coût de l'énergie délivrée (électricité et chaleur). Trois thématiques sont concernées : solaire thermodynamique, solaire thermique (eau chaude, climatisation solaire) et enfin le solaire photovoltaïque à concentration pour une date limite fixée au 2 mai 2011 également.

"Chaque projet qui nous sera soumis sera étudié avec beaucoup d'attention" promet le directeur de l'ADEME. Raison de plus pour franchir le pas de l'innovation, l'Agence, qui doit répartir les 2,8 Milliards d'euros dont elle bénéficie des 35 Milliards du Grand emprunt financera les projets sous forme de subventions ou d'avances remboursables.

-------------
Pour plus de précisions :
www.ademe.fr
Jeudi 17 Février 2011 - 07:42
Ludovic Grondin
Lu 2093 fois




1.Posté par boyer le 17/02/2011 09:25
un gros blabla de la part de Beutin l'opportuniste qui a defend l'incinérateur avec les saccage de la plaine des sables sous pretextes geothermiques.

2.Posté par Neutral_AREA le 17/02/2011 13:20
Si dejà l'ADEME faisait un bilan de son opération "verres réutilisables" .

Rappelons qques points à ce sujet :
Les verres réutilisables sont des verres en plastiques (non recyclés) fabriqués en europe (allemagne notamment). Les consommateurs échange une consigne contre un verre puis la récupère s'ils ramènent le verre au stand.
Ils sont utilisés puis doivent être nettoyés pour être réutilisés
Inventés pour éviter les déchets dans les festivals, ces verres ont connu à juste titre un grand succes en Europe.
C donc pleine de bonne intention que l'ADEME locale décide de financer un tel projet à la Réunion.

Cependant, le bilan écologique de ces verres ne devient intéressant qu'au bout d'une centaine d'utilisations (des rapports sont disponibles sur internet). Ca fait bcp (surtout vu le nombre de festival organisés sur l'ile) mais c surtout ss compter le cout energetique du transport entre l'europe et la réunion.
Du coup, on peut rencontrer ces verres un peu partout (bar, restaurant...), détournés de leurs utilisations d'origne (verre de festival) pour remplacer les vrais verres en verre qui eux sont recyclable à 100%. Des bruits courts même que certains lieux de nuit seraient particulièrement intéressés dans l'utilisation de ces verres, non pas dans un but écologique, mais tt simplement car ils permettent d'employer moins vu que les consommateurs débarassent eux meme leurs verres. Bilan écologique douteux, impact négatif sur l'emploi, cette opération semble être de la poudre aux yeux pour les réunionnais.

Je serais curieux d'avoir un bilan de cette opération.

3.Posté par Carbone11 le 17/02/2011 16:18
Le "verre réutilisable" a effectivement des défauts et le bilan écologique est positif uniquement après un grand nombre cycle d'usage. Toutefois, il a l'avantage d'intégrer les règlements sécuritaires (non cassable).
C'est un juste équilibre qu'il faut trouver. Peut être fabriquer les verres en plastique végétals?

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales