Economie

Karam signe aujourd'hui la convention avec les compagnies aériennes


Karam signe aujourd'hui la convention avec les compagnies aériennes
A force d'entendre les critiques de Gérard Ethève, le PDG d'Air Austral, on aurait pu penser que le projet de convention signée entre le gouvernement et les compagnies aériennes ne verrait jamais le jour...
D'où notre surprise en recevant l'invitation ci-jointe, nous priant d'assister à la signature de la Charte d’engagement volontaire relatives au transport aérien entre la métropole et les régions d’outre-mer" entre Yves Jego (Secrétaire d'Etat à l'Outremer) et Patrick Karam (Délégué interministériel à l'Egalité des Chances) d'un côté, et Pierre-Henri Gourgeon, (Directeur Général Air France-KLM), Hervé Pierret (Président Directeur Général de Corsair), et Jean-Paul Dubreuil (Président d’Air Caraïbes), le 22 janvier à 17 heures, dans les Salons Delgrès de l’Hôtel de Montmorin à Paris.
A noter donc que, finalement, la compagnie Air Caraïbes signera bel et bien la Charte, contrairement à ce qu'avait laissé entendre Gérard Ethève.
Reste maintenant à connaître le détail de la Charte. Nous devrions en savoir plus ce soir...

Mercredi 21 Janvier 2009 - 18:32
Pierrot Dupuy
Lu 2160 fois




1.Posté par Révolté le 21/01/2009 20:55
Un gros foutage de gueule!

2.Posté par nicolas de launay de la perriere le 21/01/2009 21:47
courrier envoyé par moi même, sur le mail de françois fillon le 11 décembre 2008, suite à la publication dans le JIR de la convention proposée par patrick karam (on ne peut pas être bon partout..)

"La récente convention entre l'Etat et certaines sociétés de transport aérien, m'amène à vous écrire afin de m'insurger contre ce document. En effet, il prévoit dans son article premier que 15% des places puissent être offertes à un tarif préférentiel entre le 15 juin et le 15 septembre.

Or vous ne pouvez ignorer la règle régissant le système de réservation des compagnies aériennes donc comment s'assurer que ceux qui bénéficieront de ces places à tarifs préférentiels soient des publics "défavorisés" financièrement ou qui n'ont pas l'habitude de voyager ?

L'article 3 réserve également une magnifique surprise, celle permettant à ceux qui n'ont pas revu leur île de naissance depuis plus de dix ans et qui ont un revenu inférieur au seuil de pauvreté déterminé par l'INSEE (soit 657 euros en 2004)... comment pourront ils financer un billet d'avion même si celui ci est fixé à un tarif inférieur d'un tiers au prix du marché hors promotion à la date voulue de leur voyage?

A mon humble avis, ce protocole est totalement irréaliste dans son application au vu du système de réservation existant dans les compagnies aériennes, et constitue un affront envers les populations ultra marines, ne serait ce que si l'on regarde attentivement les conditions de la continuité territoriale existante pour la Corse.

Une suggestion que je vous soumets, consisterait à ce que l'Etat finance la continuité territoriale sous forme de subvention d'exploitation aux compagnies aériennes locales de l'Outre Mer, et qui proposent des destinations vers la Métropole, à condition bien évidemment que l'Etat puisse devenir préalablement actionnaire de ces compagnies, de façon à s'assurer que :

1) les subventions soient effectivement à la hauteur des pertes d'exploitation réelles sur les lignes concernées

2) qu'un prix plancher fixe annuel puisse être proposé aux résidents ultra marins et aux originaires des DOM ou TOM résidants sur le territoire métropolitain.

Cette éventualité que j'évoque, apparaît comme plus juste, plus équitable.

Bien évidemment, la notion d'égalité entre les territoires, doit amener l'Etat à reconsidérer globalement la notion de continuité territoriale telle qu'elle existe pour les corses, et telle qu'elle est proposée pour les DOM et TOM.

En espérant avoir pu contribuer modestement à l'éclairage de cette problématique, je vous prie de croire, monsieur le Premier Ministre, en l'assurance de mes sentiments très respectueux."


réponse du cabinet du premier ministre reçue le 30 décembre 2008
Monsieur,

Vous avez bien voulu faire part au Premier Ministre de vos observations sur la convention mise en place entre l'Etat et les compagnies aériennes desservant les départements d'outre-mer.

Monsieur François FILLON a pris connaissance avec attention de vos remarques et il m'a chargé de transmettre votre correspondance à Monsieur Dominique BUSSEREAU, Secrétaire d'Etat chargé des transports, en lui demandant de l'examiner avec toute l'attention qu'elle requiert.

Je vous prie de croire, Monsieur, à l'assurance de mes sentiments les meilleurs.


Pour le Premier Ministre

Franck ROBINE
Préfet,
Chef de Cabinet

3.Posté par Ulysse le 21/01/2009 21:50
Face à Patrick Karam, Gérard Ethève reste sur sa position dure.
moralité : Karam et l'dur ...

4.Posté par Pierre Dupuy le 22/01/2009 07:40
Je me pose une question: il me semblait que le système de réservation des billets d'avions des compagnies aériennes était géré tel que, à intervalles réguliers ne dépassant pas l'heure, le prix des billets soit réévalué pour s'assurer que l'avion soit plein. Une formule mathématique complexe ferait que , si à 30 jours du vol, le nombre de réservations dépasse une certaine proportion du nombre de places libres, le prix augmentera automatiquement pour compenser et désinciter à acheter le billet (et augmenter le tarif des compagnies aériennes par la même) et inversement, s'il est en dessous d'une certaine proportion, il baissera pour s'assurer que l'avion ne volera pas à vide; faisant ainsi faire le yoyo au prix des billets d'avions et maximisant le profit des compagnies aériennes sur le principe de l'enchère et du prix d'équilibre (un petit bijou de capitalisme que ce système de réservation, à ce sujet) . Dans ces conséquences, un système de billets d'avions réservés à moindre prix ne fera t'il pas mécaniquement monter le prix du billet pour tout ceux trop riches pour profiter du système mais encore assez pauvres pour ne pas prendre l'avion plus d'une fois par an?

5.Posté par FRANCO le 22/01/2009 07:54
Parce que la région Réunion et le PCR qui privent les Réunionnais les plus démunis de l'aide à la continuité territoriale de l'Etat, qui refusent la baisse des prix des billets de LEUR compagnie au service de leur pouvoir et de leurs privilèges et surtout refusent la baisse de leurs PROFITS., ce n'est pas du foutage de gueule, révolté ?

6.Posté par Albert Ebasque le 22/01/2009 09:31
Un beau tour de passe passe alors...?...un effet d'annonce en somme...révolté? dégoûté oui!!!

7.Posté par Révolté le 22/01/2009 09:48
A Franco
Perso je les mets tous dans le même sac.
Je voyage parce que j'ai les moyens mais ça me fait mal au c... à chaque fois de payer de telles sommes et de me restreindre sur d'autres choses.
Je dis simplement que cette charte c'est pour bouch nout zié car j'ai regardé les prix pour les mois de juillet et août c'est du délire et dès le 20 juin soit plus de 2 semaines avant les vacances scolaires!
Il y a 2 ans j'avais voyagé sur Corsair à 750 euros (parti le 25/06 retour le 25/07). là on ne trouve pas à moins de 1200 euros pour ces dates pourtant le pétrole est au même prix désormais. ça doit sûrement être les salaires qui ont flambé.
Mais je me rassure car comme ils n'auront pas vendu leurs billets à ces prix délirants (crise oblige) au dernier moment il y aura des affaires à faire.
Mais le problème des prix à La Réunion n'est pas que sur les billets d'avion.
Ex: de retour de métropole j'ai acheté la bas un déodorant stick menen à 3,74 € (pas en promotion). Le même dans une grande surface à 6,44 € faudra m'expliquer les 90% plus cher.

8.Posté par nicolas de launay de la perriere le 22/01/2009 10:42
la suppression des périodes de tarification (plus cher en période de vacances) pourrait aussi être une piste... en effet, achetez un billet dans les 30 jours pour un AR à des périodes de forte demande et acheter ce même billet dans le même délai pour un voyage au cours d'une période de faible demande, vous constaterez que le prix n'est pas le même, pour la même prestation..

je peux comprendre les yoyos dans les tarifs pour les biens périssables que l'on trouve en grande surface, mais pour les prestations de service ayant un caractère de service publique..?

9.Posté par mastercard le 22/01/2009 11:31
Quelques remarques:
il ne s'agit pas d'une convention mais de chartes avec des conditions moins contraignantes et surtout non généralisées à toutes les compagnies. Notons aussi que l'idée de "passer en force" comme cela avait été évoquée -en modifiant les OSP (obligations de service public)
Enfin Air Austral annonce une baisse de ses prix pour 3.500 sièges pendant l'été. Ils seront vendus à 1050 euros (entre 999 et 1150 euros pour les autres compagnies). Là où il y a contestation c'est le pourcentage que représente ces 3.500 sièges. Air Austral dit c'est 15% de sa capacité globale pour la période considérée. Karam conteste ce pourcentage.

10.Posté par Albert Ebasque le 22/01/2009 13:24
Toujours pas un mot de nos élus qui voyagent gratos, en dehors de la "bétaillère"......comme se plaisent à l'appeler certains stewarts en parlant de la classe "économique".....la seule chose pour laquelle ces messieurs daignent lever le petit doigt, c'est pour se le fourrer dans le nez à l'assemblée nationale...en attendant que le temps passe.....et nos problèmes, ils n'en ont cure.....

11.Posté par FRANCO le 22/01/2009 17:19
Il me paraît très intéressant de signaler aux lecteurs de ce journal en ligne, du moins ceux qui sont capables de lire plus de 15 lignes, ceux qui sont capables de se pencher sérieusement sur
le dossier très important pour le développement économique et social de la Réunion qu'est le transport aérien des biens et des personnes que le problème récurrent des transports aériens est largement posé et débattu sur le site www.collair.org .
Comment expliquer que pour les Corses, pour les Espagnols des Canaries et des Baléares, les Portugais des Açores et de Madère, le problème des "prix invraisemblables des billets d'avion", tant pour les résidents insulaires que pour les touristes nationaux et européens qui s'y rendent par millions n'y existe pas ? Tout simplement parce qu'ils bénéficient d'une véritable continuité territoriale qui fait que les prix des billets résultent du rôle des Pouvoirs Publics auprès des compagnies. Ces Pouvoirs Publics qui veillent à ce que la concurence libre et non faussée s'exerce, pour que les prix soient de justes prix et non pas des rentes de situation sur les dos conjoints des résidents insulaires et des touristes, parce que ces mêmes Pouvoirs Publics veillent à ce que ce jeu de la concurrence soit ouvert de façon à ce que les prix prohibitifs très profitables pour les compagnies n'y soient pas de redoutables verrous, comme à la Réunion, pour la venue des touristes mais aussi et surtout des agences de voyages et des tours opérateurs qui n'y aient pas le sentiment inacceptable et inadmissible de travailler à remplir les tiroirs caisses et à grossir les bénéfices des compagnies, intermédiaires incontournables. Les gestionnaires des aéroports n'y sont pas des "dilapidateurs" d'argent public comme la CCIR et son président Magnemesoo à la Réunion. Quand le "chik", qui a eu bon dos, a sévi et le trafic aérien a baissé, la CCIR a massivement augmenté ses taxes. Le trafic aérien a repris.... mais les taxes sont restées toujours aussi abusivement élevées. Ainsi, en basse saison, les taxes occupent une place très importantes sur le prix des billets. Ainsi, comme dans tous les secteurs de notre économie insulaire aux multiples rentes de situation, les consommateurs ne sont que des "cochons de payeurs" sur lesquels tous ceux qui se font soutirer abusivement de l'argent s'empressent de le récupérer sur le dos de ceux qu' à leur tour, ils peuvent soumettre à leurs prélèvements abusifs.
Le jour où les Pouvoirs Publics, et surtout localement les élus, se pencheront, comme l'avait fait jadis Pierre Lagourgue, sur les prix des transports aériens considérant qu'il est déterminant que ce problème récurrent soit abordé et surtout traité dans le cadre de l'intérêt général et non plus de celui des seuls lobbys aériens, les Réunionnais pourront espérer bénéficier du Droit aux voyages pour tous et aux justes prix, non pas comme pour Maurice, Mada, Mayotte, Moroni, etc...
Avec une véritable continuité territoriale, à un prix NORMAL des billets accessible à tous sans discrimination, nous pourrons nous considérer comme de vrais Français et de vrais Européens bénéficiant, au moins sur ce pan de l'économie, de l'égalité économique à laquelle nous devons prétendre avec instransigeance avec nos compatriotes métropolitains et européens.

12.Posté par SADRINE le 30/01/2009 19:44
je suis heureuses de cette signature, mais il y a un souci. Les billets pour pointe-a-pitre au cor de la periode citée sont exhorbitants. Nos nous trouvons avec une base de 1200€ pour un adulte

Cette charte fonctionne dans un seul sens poitne a pitre paris et l'hexagone est penalisé. J'ai fait toute les agences en guadeloupe pour un billet et j'étais surprise.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales