Faits-divers

Juliano Verbard : "Je regrette ce que j'ai fait"

Le troisième jour du procès des enlèvements du petit Alexandre s'est achevé ce soir vers 18h. Cet après-midi, l'audience, consacrée aux faits d'août 2007, a été marquée par les larmes du petit Corentin et les regrets exprimés par certains accusés.


La tante et la grand-mère d'Alexandre ont été particulièrement traumatisées.
La tante et la grand-mère d'Alexandre ont été particulièrement traumatisées.
Les témoignages du petit frère d'Alexandre et de sa grand-mère ont été riches en émotion. Avec ses mots, Corentin raconte ce dont il se souvient à la Cour avant de s'effondrer en larmes. Sa mère ira le rejoindre pour le réconforter.

Traumatisé, à l'instar des autres membres de sa famille par la violence des événements, l'enfant, âgé de 9 ans à l'époque des faits, "s'est mis à imaginer des stratégies de défense au cas où un tel scénario viendrait à se reproduire" explique l'expert psychologue qui l'a examiné quelques temps après les faits.

Les récits de René et Chantal Chabuel, oncle et tante d'Alexandre, ne feront qu'alourdir un peu plus l'atmosphère déjà pesante de la salle d'audience. Ils rappelleront en effet les atteintes physiques, mais surtout psychologiques, vécues à cause de l'agression.

"Vous n'avez plus rien à craindre de nous"


"Quel regard portez vous sur toute cette histoire quatre ans après les faits? Vous n'avez pas l'impression d'avoir saccagé une famille?", demande le président Michel Carrue aux accusés. L'air détaché et complètement hermétique, Alexin Jusmy Michel marmonne un "en quelque sorte".
Les frères Daleton, Jean-Charles, Johan, Patrice et Yves, répètent à peu de choses près le même discours: "Je regrette ce que j'ai fait. Je demande pardon à Alexandre et sa famille. Sur le coup, je n'avais pas réfléchi".

Marie-Corinne Michel, dont les propos sont toujours aussi surprenants, rappelle une nouvelle fois : "J'ai eu des ordres de la Vierge et je les ai exécutés. Mais elle m'a dit qu'il n'y aurait plus de choses pareilles. Je la crois". S'adressant directement aux Thélahire, elle leur lance: "Vous  n'avez plus rien à craindre de nous".

Juliano Verbard dira quant à lui: "J'espère qu'ils trouveront la force de nous pardonner et de se reconstruire".

Les débats reprendront lundi matin.
Vendredi 8 Avril 2011 - 21:25
Mélodie Nourry
Lu 1594 fois




1.Posté par Anti cons le 09/04/2011 13:27
Ces regrets ressemblent à des larmes de crocodiles.
Ce sont des prédateurs et des fous. Peut importe leur définition : ils sont dangereux.
Il faut leur démontrer que la société est plus forte qu'eux.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 08:38 La comptable escroc détourne plus de 700.000 euros

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales