Société

Journées d'été d'EELV: Langue créole et alimentation à la Réunion au menu


Journées d'été d'EELV: Langue créole et alimentation à la Réunion au menu
Les journées d'été des écologistes démarrent demain à Poitiers pour trois jours d'échange. "Depuis la création d'Europe Ecologie, en 2008, tout s'est enchaîné, comme une course d'obstacles : élections européennes, cantonales, sénatoriales, premier Congrès, présidentielle, puis législatives", justifie Pascal Durand, secrétaire national d'Europe Ecologie Les Verts.

D'où la nécessité pour tous ses membres de se poser, de prendre le temps de penser. "Les chemins de l'écologie", le thème de ces journées d'été, reste bien vague et rappelle que la route de l'écologie est encore longue… Yvette Duchemann a été invitée par le délégué national aux outre-mer EELV et député européen, Jean Jacob Bicep, pour effectuer plusieurs exposés à cette occasion.

La conseillère fédérale et représentante de la Réunion parlera d'abord de la place de l'alimentation dans la construction de l'identité réunionnaise. "L'espace insulaire domien est un espace ambiguë et difficile à cerner de la France hexagonale. Si elle s’est construite avec la mise en lien de l’acculturation, de la Créolisation, des phénomènes continuellement inter actifs et créateurs de tensions et de régulations en son sein, l’alimentation réunionnaise montre bien que ces îles d’outre-mer, par leur histoire ouverte sur le monde, ont une identité forte et entretenue par la gestion des conflits : appropriation, distanciation. Elles peuvent être aussi les phares du déploiement du concept de souveraineté nationale", résume-t-elle.

Par ailleurs, Yvette Duchemann exposera la question de l'utilisation de la langue créole dans les luttes sociales à la Réunion: "Les mouvements de luttes sociales, si elles se multiplient, demeurent encore fragiles, timides, éphémères, vite maîtrisés à La Réunion, par les forces de l’ordre, car la conscience par les ultramarins de leur singularité culturelle au sein de la République française, singularité chaque jour un peu plus menacée par la mondialisation qui, comme partout ailleurs, tend à une uniformisation des modes de vie, n'est encore que rarement ressentie comme un réel atout, une des conséquences de l’esclavage étant chez le natif le phénomène d’auto-odi. Il y a donc bien du travail à faire pour éclairer l’opinion publique domienne et française et les responsables, s’ils décident de remplacer la violence et le mépris des centralisateurs par une responsabilité réparatrice. La situation de La Réunion aujourd’hui démontre-t-elle que ce travail de construction d’une identité française par l’État aurait-il bien fonctionné ? La"Réunionité", mouvement citoyen démocratique de toute la population, se fera-t-elle ?".
Mardi 21 Août 2012 - 14:54
.
Lu 899 fois




1.Posté par palaxsa le 21/08/2012 17:49 (depuis mobile)
Le zamal sera en amuse bouche.

2.Posté par pazamalée le 21/08/2012 18:55
@1.palaxsa

Avec 2 nos produits bio-locaux: RHUM et DODO ...

3.Posté par Cloche et son le 21/08/2012 21:46
Qui n'entend qu'une cloche n'entend qu'un son, c'est bien connu.
Les Verts ne vont entendre que le son de cloche gaucho de mme Duchemann sur le créole.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales