Santé

Journée mondiale des donneurs de sang : Festival de globules à la salle Candin


La salle Candin se prête à la seconde édition du Festival Globules, aujourd'hui, à l'occasion de la septième édition de la journée mondiale des donneurs de sang.

"Un évènementiel de grand envergure", indique François Schooneman, directeur de l'EFS Réunion (Établissement français du sang). Depuis 9h et jusqu'à 17h, les Réunionnais sont invités à donner leur sang. A travers cette action, l'EFS Réunion espère récolter entre 150 et 200 poches.

Des activités ludiques et sportives à vocation pédagogique sont installées à l'extérieur pour les scolaires (CM1 et CM2) afin de les sensibiliser à l'acte citoyen de donner son sang. L'exercice consiste par exemple à adapter le jeu en fonction de leur groupe sanguin.

Le niveau de stock à baissé

Si l'EFS Réunion assurait une autosuffisance relative depuis deux ans, le niveau de stock à aujourd'hui diminué. "Le niveau de stock qui devait être de 12 à 14 jours est actuellement de sept à huit jours", regrette François Schooneman. "On profite de cet événementiel pour faire une piqûre de rappel. Il y a énormément de malades qui ont besoin de sang, que ce soit en réanimation, les accidentés, les anémies, les maladies hématologiques malignes, les leucémies aiguës..."

"20% de dons exclus"

L'EFS réunion doit se mobiliser toute l'année, soit pour fidéliser les donneurs qui peuvent effectuer des dons plusieurs fois par an, soit attirer des nouveaux donneurs pour qu'ils passent à l'acte. Pour répondre à la demande locale, il faut récolter 100 poches par jour. "Il nous faut au moins 120 candidats au don", explique François Schooneman, sachant qu'il y a en moyenne "20% de dons exclus". Des "exclusions temporaires ou définitives", qui sont dues aux "petits problèmes de santé chez les donneurs".

L'EFS Réunion espère obtenir plus de 150 poches, et c'est bien parti car plus de 70 personnes se sont présentées pour donner leur sang ce matin. Un acte qui prend 10 minutes, mais il faut d'abord passer par la case médecin qui doit juger si le donneur est apte à donner son sang. Deux équipes de deux médecins et trois infirmières travaillent en horaire glissant et sont mobilisées pour l'occasion.

+20% de demande de transfusion dans les sept années à venir

François Schooneman note que le besoin annuel augmente légèrement chaque année, d'environ 2% par an sur les quatre années à venir, "peut-être même plus, avec la départementalisation de Mayotte". Car l'EFS Réunion est aussi responsable des transfusions de Mayotte. Mais "nous ne pouvons pas prélever à Mayotte pour des tas de raisons", indique François Schooneman, qui prévoit une augmentation globale lissée des besoins de 20% dans les sept années à venir.

Des collectes ont lieu toute l'année

Des collectes ont lieu toute l'année, à la fois sur site fixe et sur site mobile, grâce à un camion de prélèvement qui permet d'accéder à des endroits retirés. "Nous allons aussi sur les parking des hypermarchés, sur les aires de parking des grandes mairies et sur les zones d'entreprises ou le camion va pouvoir mutualiser plusieurs entreprises". L'appareil de collecte "va commencer à porter ses fruits dans six mois", se félicite le directeur de l'EFS Réunion.   
Lundi 14 Juin 2010 - 12:20
Karine Maillot
Lu 2522 fois




1.Posté par Va s'y le don le 14/06/2010 13:48
"20% de dons exclus". Des "exclusions temporaires ou définitives", qui sont dues aux "petits problèmes de santé chez les donneurs".
Les personnes homosexuelles sont exclues d'office. L'homosexualité est donc encore considéré comme une problèmes de santé par ce monsieur bien pensant.

2.Posté par Tweety le 14/06/2010 19:55
Post 1 : je suis d'accord avec vous ! Je ne comprends pas cette discrimination. Je suis persuadée que des hétérosexuels ont des comportements bien plus à risque que bon nombre d'homosexuels !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales