Société

Journée de prévention du suicide: "Pas assez d'espaces de parole à la Réunion"

A l'occasion de la journée nationale de prévention du suicide, nous avons interrogé Odayen Danon Lutchmee, directrice de l'association Prévention suicide. Selon elle, les "conduites suicidaires" sont liées à une grosse blessure que l'individu cache ou dont il n'a pas conscience.


Journée de prévention du suicide: "Pas assez d'espaces de parole à la Réunion"
Le suicide, un sujet tabou dans la société actuelle. Lorsqu'une personne pense que la mort est la seule issue à sa souffrance, cela signifie que quelqu'un ou qu'un événement traumatisant a atteint son "for intérieur". Cette "blessure narcissique" serait latente et se réveillerait par un événement tel qu'une rupture amoureuse, le décès d'un proche ou un traumatisme psychosocial telle que la perte de son statut social.

"Il n'y a pas de profil type"

"Il n'y a pas de profil type", indique Odayen Danon Lutchmee, présidente de l'association bénévole Prévention suicide. "90% des personnes qui nous appellent finissent par nous révéler une souffrance passée, comme des violences intra-familiales. Elle a, à nouveau, l'impression de s'être fait avoir à son insu", explique la présidente.

Elle éprouve un sentiment d'abandon ou de trahison. "Souvent on me demande pourquoi est-ce qu'une personne de 20 ans peut se suicider? Très souvent, ces jeunes personnes ont subi des violences physiques ou sexuelles", témoigne Odayen Danon Lutchmee.

Face à cette "grosse blessure du for intérieur", qui est réactivée par un événement douloureux, la personne peut rebondir, "c'est la résilience". Dans le pire des cas, elle ne voit pas d'autre issue que la mort pour mettre fin à sa souffrance.
 
Lorsqu' une personne a une conduite suicidaire, c'est un appel qu'il ne faut absolument pas prendre à la légère. Si elle passe à l'acte, c'est qu'elle a atteint son seuil de souffrance. "La douleur est devenue intolérable. Cette personne, qui pense à la mort parce qu'elle a échoué à un examen par exemple, n'a pas conscience que cet échec, qui n'est pas dramatique en soi, est un élément déclencheur d'une blessure profonde", poursuit-elle.

"il n'y a pas assez d'espaces de parole à la Réunion"

L'écoute est la première étape vers la guérison. Mais malheureusement, "il n'y a pas assez d'espaces de parole à la Réunion", regrette Odayen Danon Lutchmee. "Il faut communiquer sur le sujet et casser la chaine des fausses croyances. Trop souvent, on juge la personne qui tente de se suicider alors qu'il faut la suivre, remonter dans son histoire", explique-t-elle.

La fin de journée est propice aux appels des personnes en détresse. "Le nombre d'appels varient et, se fait par vagues. On peut avoir jusqu'à 70 appels par mois. A la Réunion, il y a 100 suicides par an. Et chaque jour, on compte 8 à 10 suicides et tentatives de suicide", précise la présidente. L'association Prévention suicide reçoit des appels plus nombreux durant les vacances scolaires. "Les appels sont anonymes et les gens se confient", témoigne-t-elle.

Un numéro vert existe pour ceux qui souhaitent avoir une écoute au 0800 62 01 62. Une soirée-débat sera animée par Odayen Danon Lutchmee à l'antenne Ker Soleil à Saint-Pierre dès 18h30 au 59 rue du Four à Chaux. Au coeur du débat : le suicide et les liens d'affiliation dans les familles recomposées.


Indicateurs sur le suicide à La Réunion
    •    En moyenne, 94 décès annuels par suicide ont été enregistrés à La Réunion, sur la période 2007-2009 (2,3 % des décès toutes causes confondues).
    •    Le taux standardisé de mortalité par suicide à La Réunion est équivalent à celui de la métropole (16,4 décès pour 100 000 habitants), ce taux ayant toujours été inférieur à celui de la métropole, avant cette période.
    •    A La Réunion, comme en métropole, les suicides sont majoritairement masculins : 8 suicides sur 10 concernent des hommes.
    •    Sur la période 2007-2009, la mortalité par suicide enregistre une hausse de 14 % chez les hommes (par rapport à 2004-2006) tandis qu'elle baisse chez les femmes (-20 %).
    •    A La Réunion, contrairement à la métropole, la fréquence des décès par suicide n'augmente pas avec l'âge. Sur la période 2007-2009, près de la moitié des suicides concernait des Réunionnais entre 15 et 44 ans.
    •    Le suicide constitue une des principales causes de décès prématurés (avant 65 ans), il représente la 2ème cause de mortalité chez les hommes et la 6ème chez les femmes.
    •    Sur la période 2007-2009, la pendaison est le mode de suicide le plus fréquent à La Réunion (44 %), suivie des auto-intoxications (22 %) et des sauts dans le vide (13%).
Mardi 7 Février 2012 - 18:00
Lu 1400 fois




1.Posté par noe2012 le 07/02/2012 18:47
Ne peut-on laisser les gens décider de leur sort ?

"Le cheveu rare, ça donne l’air intellectuel, à défaut d’être intelligent." (Anne Roumanoff)

2.Posté par noe2012 le 07/02/2012 21:01
"Un homme qui a réussi son suicide est bien au-delà de la mort car il s'est mesuré à Dieu, en choisissant son heure, et a eu le dernier mot" (Pierre Karch)

3.Posté par ferme ta gueule noe le 07/02/2012 21:30
Sur un sujet pareil tu devrais la fermer. Je voudrais voir ta gueule si çà arrivait à un de tes proches. Bouffon !

4.Posté par papapio, ni macro ni géniteur payeur le 08/02/2012 07:03
"A La Réunion, comme en métropole, les suicides sont majoritairement masculins : 8 suicides sur 10 concernent des hommes. "
"Sur la période 2007-2009, la mortalité par suicide enregistre une hausse de 14 % chez les hommes (par rapport à 2004-2006) tandis qu'elle baisse chez les femmes (-20 %). "

**********************************************************************

La VERITE sur Les chiffres des violences subies par les hommes
http://www.zinfos974.com/Les-chiffres-des-violences-subies-par-les-hommes_a22800.html://

- Le taux de suicides des adolescents " mâles " et celui des hommes est de 3 à 5 fois supérieur à celui des jeunes femmes et des femmes. ;

- La relation fusionnelle entre une mère et ses enfants est plus que probablement une des causes essentielles de la violence adolescente des jeunes garçons : le nombre de familles monoparentales n'a cessé de croître depuis 30 ans (multiplié par 5 au moins).

- La délinquance masculine est devenue épidémique (l'usage de la force est l'expression favorite de la violence chez les hommes);

- La délinquance féminine n'existe plus officiellement (pourtant, l'histoire démontre qu'elle a toujours existé)

- Le taux de divorce est passé de 5 %, en 1890, à près de 60 % actuellement (si l'on tient compte des unions de faits et des couples recomposés) ;

- 65 % à 85 % des demandes de divorce sont faites par les femmes ;

- 72 % à 92 % (dépendant des pays) des enfants du divorce sont sous la garde exclusive des mères, souvent sans droit de visite de leur père ;

- Chaque augmentation de 1 % du taux de divorce est reliée à une augmentation de 0,3 % du suicide des hommes (le droit à se séparer n'est pas contestable, le devoir de tout perdre en tant qu'homme

- Escroquerie de la pension alimentaire, exclusion du père de la garde des enfants, etc.- est par contre une violation des droits humains élémentaires);

- La seule cause de suicide des hommes présente à tout âge est la " peine d'amour " ;

- Les fausses allégations de violences physique et sexuelle de la part des hommes sont en constante augmentation, pourtant aucun protocole scientifique et/ou objectif n'existe pour déterminer la véracité des accusations;

************************************************
Et vous vous posez encore des questions ?
Des questions sur l'utilisation politique faite des seuls droits des Femmes ? Bello ? Dindar ? etc...
sur la seule représentation des Femmes en Préfecture ? sur la politique de la Natalité ?
sur les 28 assoc strictement féminines subventionnées au département (Hommes = 0) ?
sur les Chiffres d'Affaire des TGI et auxiliaires de justice qui en VIVENT...? 60%
sur le Massacre de GENRE des 90% de Pères aux JAFs et Correctionnelle ?
etc...etc...etc...

M. le Procureur, M. Le Président du TGI : Un Commentaire intéressé ? un peut de conscience ?
Non, toujours pas bien sure, temps que vous touchez les primes d'intéressement sur objectifs

L'objectif est claire: c'est Nous les Pères qui travaillons pour le FRIC QUE CA RAPPORTE....
M. Pierre ROYER au cas ou vous souhaiteriez faire enfin LIBÉRER L'OTAGE, ma Fille détenue depuis 11 ans par la falsification volontaire et systématique des jugements rendus...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales