Société

Journée de la femme: La parole est à... Valérie Bénard

8 mars 2013 : Journée internationale des droits de la femme. Comme partout ailleurs, les femmes réunionnaises se souviendront, se mobiliseront, célébreront le courage, l’audace et le combat des femmes du monde entier. Tout comme l’année dernière, nous avons rencontré sept femmes. Sept femmes qui entretiennent la flamme de l’espoir, de la volonté et de l’ambition pour… faire avancer le monde.


Bosseuse, discrète, cette jeune femme s’est tout de même fait remarquer lors de la liquidation de l’ARAST. Toute La Réunion s’en souvient des mouvements de grèves, de la longue attente de quelques employés, en grève de la faim, devant le conseil général et du dénouement de l’affaire. Valérie Bénard les a accompagné dans ce périple avant de se retrouver sur la liste de la majorité régionale en 2010.


Journée de la femme: La parole est à... Valérie Bénard
Qu’est-ce qui a motivé votre engagement politique ?
J’étais très jeune quand mon père m’a proposé d’être sur sa liste au conseil régional en 1996. Fortement impliquée dans le tissu associatif, en 2009, je me suis retrouvée sur une liste municipale. Par la suite, j’ai représenté le personnel de l’ARAST lors de la procédure de liquidation. Cela m’a permis de découvrir l’autre décor du monde du travail.  Association et syndicat sont des parcours qui mènent à la politique. Quand j’ai été sollicitée aux régionales en 2010, je savais ce qui m’attendait. J’avais déjà un projet de ce que je pouvais proposer et faire.
 
Avez-vous l’impression que la place des femmes a évolué en politique à La Réunion ?
Dans les mairies et les conseils régionaux, la place de la femme est devenue obligatoire en raison du quota homme-femme. Il n’en est pas de même dans les partis politiques. A la Région, je n’ai rien à dire sur la place des femmes. Nous avons carte blanche. Nous proposons des actions et nous les mettons en œuvre.  Les choses évoluent très lentement dans la sphère du pouvoir. Avec Fabienne Couapel nous travaillons depuis le début de notre mandature sur le projet d’une crèche pour les besoins du personnel du conseil régional, c’est un projet typiquement féminin.
 
Pensez-vous que les femmes font de la politique autrement ?
Les regards des hommes et des femmes sont différents sur les dossiers. Nous avons un regard perfectionniste. Nous ne survolons pas les dossiers. Nous les portons du début à la fin. Nous ne parlons pas de ce que nous ne savons pas. Nous travaillons d’une manière minutieuse. Nous ne sommes pas dans la course de mandats. Ce qui fait la différence entre les hommes et les femmes en politique.

Les dossiers "cases à lire" et "école de la deuxième chance" occupent tout mon temps ; depuis 2010, nous avons ouvert 36 cases à lire. La structure permet d’accueillir des personnes qui ont des difficultés dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Quant à l’école de la deuxième chance, elle accueille sur quatre sites de l’ile des jeunes de 18 à 25 ans, sans diplômes (120 par site). Sur une durée variable de deux mois à un an, des formateurs et des animateurs les accompagnent dans leurs projets professionnels. A la sortie, ils vont vers des formations, des contrats professionnels ou d’apprentissage ou encore vers un emploi. Je serais incapable d’avoir une activité professionnelle ou un autre mandat.
 
Vous définiriez-vous comme féministe ?
Je comprends que certaines femmes puissent l’être. Le monde des syndicats tout  comme celui des partis politiques sont des milieux masculins très fermés ; j’évolue dans ces sphères depuis plusieurs années, je sais par expérience,  qu’il est difficile d’être femme et Réunionnaise dans ces milieux-là.

Quand vous étiez enfant, vous aviez conscience d’un statut différent entre l’homme et la femme ?
J’ai été élevé par mon père lors de la séparation de mes parents. Enfant, j’ai vécu, avec mes deux frères, d’une manière égalitaire le partage des tâches à la maison. C’est en pénétrant dans le monde du travail que j’ai découvert la différence entre les femmes et les hommes. Les réflexions inappropriées et désagréables de certains hommes envers  les femmes m’ont beaucoup choqué à l’époque.
 
Est-ce que l’homoparentalité est une nouvelle forme de famille ?
Pour ou contre, c’est une nouvelle forme de famille. L’être humain a trouvé des solutions avant que la loi soit votée. Mais je pense que nous n’avons pas assez de recul pour connaître l’épanouissement d’un enfant dans ce cadre-là.
Jeudi 7 Mars 2013 - 10:36
G.AHO
Lu 1566 fois




1.Posté par Papapio, ni macro ni géniteur payeur le 07/03/2013 09:46
Avec Fabienne Couapel nous travaillons depuis le début de notre mandature...... N'en dites pas plus..Ca nous suffit a savoir ce que vous faites...

projet d’une crèche pour les besoins du personnel du conseil régional, c’est un projet typiquement féminin.... Vous délirez la non ? Je fais justement les plans de ce genre de structure, que vous construirez vous même a vous entendre ? avec des fonds strictement féminins seulement ? Pfeuu...

Pour le reste, c'est tellement caricaturale et préconçu que s'en est lamentable... et dire qu'en travaillant avec Couapel vous ne courez pas derrière les mandats est une injure a ceux qui savent....
Quand a votre parti pris des Femmes il reste aveugle at sourd aux appels a la Parité des 90% massacrés dans les JAFs avec leurs Pères....
.Bref, vraiment pas mieux, voire pire encore... C'est la Journée de la Femme, pas de la démagogie

2.Posté par ZembroKaf le 07/03/2013 13:09
celle qui c'est qui trouvée un planque à La Région...merci l'ARAST !!!

3.Posté par la veste le 07/03/2013 13:41
Elle n'est plus seule la massima à tourner sa veste, elle a trouvé son égale

4.Posté par Pipelette le 07/03/2013 15:12
Elle fait QUOI encore elle ????

Pour mériter ses indemnités je veux dire...

5.Posté par Papapio, ni macro ni géniteur payeur le 07/03/2013 16:04
Trop de Bigorneaux sur le rocher du Féminisme aveugle, et on ne voit plus le rocher...

6.Posté par iliade974 le 08/03/2013 06:18
Mme s'il vous plait.... essayez de vous trouver un look qui serait à l'image de vos responsabilités....

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 11 Décembre 2016 - 09:09 Crise requin: Un rassemblement à l'Ermitage

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales