Société

Journée de la femme: La parole est à... Béatrice Leperlier

8 mars 2013 : Journée internationale des droits de la femme. Comme partout ailleurs, les femmes réunionnaises se souviendront, se mobiliseront, célébreront le courage, l’audace et le combat des femmes du monde entier. Tout comme l’année dernière, nous avons rencontré sept femmes. Sept femmes qui entretiennent la flamme de l’espoir, de la volonté et de l’ambition pour… faire avancer le monde.


Béatrice Leperlier est la "petite sœur" de Gilles Leperlier. Petite et… complémentaire de son frère au sein du mouvement pour la formation et l’emploi des jeunes à La Réunion. Le non-cumul des mandats et l’embauche des Réunionnais restent leurs thèmes prioritaires. Parallèlement, Béatrice Leperlier est conseillère régionale de l’Alliance. Elle poursuit des études de géographie à la faculté.


Journée de la femme: La parole est à... Béatrice Leperlier
Qu'est-ce qui a motivé votre engagement politique ?

Dans notre société, il existe plusieurs choses qui ne me semblent pas normales et qui ne sont par forcément  "fatales". J'ai eu la chance d'être sensibilisée très jeune sur les questions publiques. Leurs réflexions aboutissent au militantisme et par là-même font avancer la chose publique. En y participant, j’ai  découvert l’instauration d’un rapport de forces qui pèse lourd sur les décisions politiques finales. .


Avez-vous l’impression que la place des femmes a évolué en politique à La Réunion ?

Les Réunionnaises sont des militantes, ce n’est pas récent d’ailleurs. L'engagement est à la base même de toute action politique, c'est important je pense, de le rappeler. Mais là où le bât blesse, c'est lorsque j’observe l'organisation hiérarchique de la politique, l'accès aux responsabilités, je constate qu’il  y a eu d’énormes avancées grâce à la loi sur la parité mais elle ne peut suffire à l'égalité effective. La législation peut encore contribuer à promouvoir les femmes aux responsabilités politiques. Par exemple avec le non-cumul des mandats, la réforme de certains modes de scrutins. Il faut juste de la volonté politique. L'égalité effective passera par l'évolution des mentalités à la fois chez les hommes et aussi chez les femmes : la sortie des relations de domination, des stéréotypes, des préjugés.

 
Pensez-vous que les femmes font de la politique autrement ?

Chaque individu, femme ou homme, a sa manière de faire de la politique, influencé par une multitude d'éléments dont l’éducation, les expériences, les objectifs, … Dans la construction de notre personnalité, nous avons intégré involontairement des schémas sexistes mais il n'y a pas d'automatismes, le sexe ne présuppose pas une manière de faire. Si les femmes doivent pouvoir accéder à des postes à responsabilités politiques, c'est avant tout parce qu'elles font partie intégrante de la société et sont aussi aptes que les hommes à exercer le pouvoir.
 

Vous définiriez-vous comme une féministe ?

Comment ne pas l'être ? Sommes-nous parvenus à l'égalité entre les femmes et les hommes ? Non. Existe-t-il une raison valable pour considérer les individus différemment en fonction de leur sexe ? Non. Cette situation est-elle irrémédiable ? Non. Tant qu'il en sera ainsi et même après, nous avons toutes et tous intérêts à être féministes !


Quand vous étiez enfant, vous aviez conscience d'un statut différent entre l'homme et la femme ?

Je voyais bien que les filles et les garçons n'étaient pas traités de la même manière.  Chacun devait en quelque sorte entrer dans un ensemble de critères prédéfinis. Sans avoir conscience réellement de ce qui se passait, je me refusais d'accepter une considération inférieure à celle d'un garçon. Sous prétexte d'un caractère bien trempé, d'un pantalon, d'un tee-shirt et de baskets régulièrement portés, j’ai été étiquetée comme un « garçon manqué ». Quand j'y repense, cette expression qui semble au premiers abord anodine est pourtant lourde de sens en matière d'inégalités femmes–hommes.
Lundi 4 Mars 2013 - 11:30
G.AHO
Lu 1956 fois




1.Posté par TEGO le 04/03/2013 11:28
Zinfos974.com doit s'étonner lui même sur l'actualité en continue signé par Gilette AHO !

2.Posté par Papapio, ni macro ni géniteur payeur le 04/03/2013 13:08
Sommes-nous parvenus à l'égalité entre les femmes et les hommes ? Non. Existe-t-il une raison valable pour considérer les individus différemment en fonction de leur sexe ? Non.

Pourtant 90% des Femmes continuent à s’opposer à la Parité Educative des Enfants dans les JAFs
Preuve s'il en était nécessaire que les Femmes ne cherchent surtout pas l'Egalité Hommes Femmes
qu'elles sont contre L’ÉGALITÉ; la PARITÉ dés que cela touche leurs intérêts personnels...
N'est ce pas Mme LEPERLIER ???

***********************************************************
- Le taux de divorce est passé de 5 %, en 1890, à près de 60 % actuellement (si l'on tient compte des unions de faits et des couples recomposés) ;

- 65 % à 85 % des demandes de divorce sont faites par les femmes ;

- 72 % à 92 % (dépendant des pays) des enfants du divorce sont sous la garde exclusive des mères, souvent sans droit de visite de leur père ;

- Chaque augmentation de 1 % du taux de divorce est reliée à une augmentation de 0,3 % du suicide des hommes (le droit à se séparer n'est pas contestable, le devoir de tout perdre en tant qu'homme reste DEGUEULASSE quand on parle de L'ESSENTIEL DE NOS VIES, NOS ENFANTS.

- Escroquerie de la pension alimentaire, exclusion du père de la garde des enfants, etc.- est par contre une violation des droits humains élémentaires);

3.Posté par UN INGENU le 04/03/2013 13:47
BEATICE LAPERLIER EST DONC " LA PETITE SOEUR " DE GILLES LEPERLIER , L'UN DE CES "REFONDATEURS " ,futurs dirigeants du P.C.R. ( que des Réuniionnais ont nommés "les clones de Vergès "! ). Il faut espérer qu'elle ne soit pas ,comme son Grand Frère ,sectaire , violent , trés agressif ,voulant à tout prix empêcher de non-communistes de prendre la parole comme lors d'un récent débat télévisé sur Reunion 1ère !§ A moins qu'elle soit ,elle aussi " formatée par les consignesde Lénine , Staline et ...Vergés !!!!

4.Posté par louloute le 04/03/2013 14:20
Ce 8 mars, en cette journée de la femme, je tirerrais mon chapeau à toute ces femmes réunionnaise, quelles soient : mére, pauvre ou malheureuse, femme au foyer, femme battu, femme au chômage, femme sdf. je leurs souhaiterais une belle journée, qu'elles soient à l'honneur!

Parce que nous sommes des milliers à la réunion qui souffrons dans notre coin.
Et bien rien pour votre courage, votre combat, votre volonté de vous battre, je vous souhaite à toutes de trouver un petit rayon de bonheur pour illuminer votre vie.

5.Posté par lolo le 04/03/2013 19:53
on verra si d'autres étudiants en géographie auront les mêmes opportunités que la jeune dame dans le monde professionnel. j'ai bien peur qu'il ne s'agira d'un "faites ce que je dis et pas ce que je fais" de plus, on est habitué ici.

6.Posté par nonturate le 04/03/2013 23:55
Que pense cette gentille et belle Béatrice Leperlier, aux idées hypocritement généreuses, de l'attitude de son mentor: Paul Vergès, qui s'accroche à son mandat de sénateur, malgré sa promesse de passer le relais à Gélita Hoarau? Qu'attend-elle pour dénoncer l'attitude de celui qu'elle côtoie, sans doute pas seulement au conseil régional, pour dénoncer son attitude machiste et méprisante à l'égard de Gélita qui s'est battue précédemment au Sénat? Elle serait mieux inspirée de prendre conseil auprès d'Huguette Bello, une vraie battante pour la promotion des femmes en politique, au lieu de sortir de telles niaiseries.

7.Posté par Scrupulus le 05/03/2013 04:57
Encore deux qui ont trouvé un fond de commerce qui se libère, et qui comptent bien en vivre !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales