Economie

Journée de la commande publique: "Nous allons atteindre les 1.000 visiteurs"


Journée de la commande publique: "Nous allons atteindre les 1.000 visiteurs"
Le président de la CCIR, Ibrahim Patel, se félicite de la première édition de la Journée des entreprises et de la commande publique. Réunir sur une même plateforme les collectivités, les donneurs d'ordre de la commande publique et les employeurs des TPE/PME, au total 25 partenaires, neuf communes et pas moins de 500 employeurs "est une réussite (...) Nos allons atteindre les 1000 visiteurs", se réjouit-il.

Mais certains chefs d'entreprise ne sont pas aussi optimistes. Même s'il a fait le déplacement pour rencontrer directement les donneurs d'ordre, Hermann Elise, terrassier, reste sceptique : "ce sont toujours le même qui obtiennent les marchés". "J'ai postulé pour avoir un marché public avec la Région mais je n'ai pas pu l'honorer car je n'ai pas d'attestation à jour de mes cotisations sociales et fiscales et le marché de 50.000 euros me passe sous le nez", affirme sur un ton exaspéré l'entrepreneur. "J'ai pu avoir un étalement de ma dette fiscale mais je ne peux pas répondre aux marchés publics sans attestation et du coup je suis obligé de faire du particulier", regrette le chef d'entreprise, qui déplore que ce problème n'est pas été traité au début de la crise il y a cinq ans. "Les députés n'ont pas fait entendre notre voix", assure-t-il.

De son côté, Ibrahim Patel a récemment rencontré le conseiller des affaires d'Outre-mer du premier ministre, Jean-Marc Ayrault. Il est question "de donner de la souplesse sur le paiement de la part patronale", assure le président de la CCIR. En effet la dette sociale et fiscale des TPE et PME frôle le milliard d'euros.

Ibrahim Patel doit rencontrer le ministre de l'Outre-mer, Victorin Lurel, demain. "Il faut un décret qui établisse un échéancier allant de 6 à 36 mois en fonction du montant de la dette, dans la logique de la dette sociale, affirme le président de la chambre consulaire. Il est dommage que des entreprises qui ont 70.000 euros de dettes ne puissent pas répondre à un appel d'offre à un million d'euros".
Vendredi 9 Novembre 2012 - 11:15
Daniella Maillot
Lu 760 fois




1.Posté par CITOYENS le 09/11/2012 12:49
NUL TROP DE TRAVAIL AU NOIR !

2.Posté par NON! le 10/11/2012 14:39
Le gars ne paient pas ses impôts et voudrait qu'on l'embauche...Et mon gars vend ton gro lauto et paie des impôts au lieu de pleurer la bouche pleine

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales