Economie

Journée Ecole-Entreprise : "Pa kapab lé mor san ésayé !", dixit Yann de Prince

Le président du Medef Réunion, Yann de Prince, a ouvert la 6ème édition de la journée Ecole-Entreprise ce matin à l'EGC de Sainte-Clotilde. Une manifestation qui vise à faire se rencontrer les étudiants, l'université et le monde de l'entreprise afin de débattre sur "les leviers de réussite de l'insertion professionnelle".


Journée Ecole-Entreprise : "Pa kapab lé mor san ésayé !", dixit Yann de Prince
 
"Pa kapab lé mor san ésayé !" C'est le message de Yann de Prince, président du Medef Réunion, ce matin à l'ouverture de la 6ème édition de la journée Ecole-Entreprise à l'EGC (Ecole de gestion et de commerce). En effet, la crise économique mondiale au coeur de tous les débats ne donnent pas beaucoup de perspectives à la jeunesse réunionnaise, dont 60% est au chômage sur l'île. "Soit on baisse les bras, soit on retrousse les manches", insiste l'homme de terrain.

Les représentants des entreprises, les étudiants de l'EGC et l'université ont répondu présent. Trois ateliers ayant comme thème "les leviers de réussite de l'insertion professionnelle" seront animés par les entreprises de secteurs variés et l'université. L'objectif est de permettre aux jeunes de "faire un parallèle entre ce qu'ils ont appris à l'école et la réalité du terrain", explique le président du Medef.

Paul Martinel, PDG de la Cilam et chef d'entreprise parrain au collège de la pointe des Châteaux à Saint-Leu témoignera auprès des étudiants. Enfin, des ateliers speed-meeting permettront aux étudiants de rencontrer individuellement les représentants des entreprises afin de prendre des premiers contacts.
Mercredi 23 Novembre 2011 - 12:14
Lu 1000 fois




1.Posté par bumidom_isback le 23/11/2011 16:07
Rien n'a changé :"L'époque du Bumidom fut également celle du remplacement dans les Dom des migrants par des Métropolitains à qui on assurait une prospérité dans ces colonies vidées de leur force de travail. Nombre de propagandes dans les différents ports proposaient à ceux qui recherchaient du travail, l'exotisme et tous les avantages liés aux conditions de vie sur place.

En même temps, quel que soit le niveau d'instruction des migrants, ils furent embauchés à des tâches subalternes devant prouver que leur niveau était au-dessus de leur apparence, d'autres se firent happer par la pègre (énormément d'histoires de drogue et de prostitution, de disparitions…). Ce racisme sous-jacent contribua a un enfermement psychologique de ces gens qui ne pouvaient plus exister pour ce qu'ils étaient vraiment."
Wikipedia...
à bon entendeur...


2.Posté par ndldlp le 23/11/2011 17:35
"mentèr i bèz toujours le naïf"

autre maxime que le MEDEF devrait employer..

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales