Blog de Pierrot

Jismy Ramoudou et Pierrot Dupuy évoquent le "Gronavion qui a cassé la piste"...

Samedi 14 Novembre 2009 - 16:13

La réussite de l'action de communication entreprise par la Région et Air Austral s'est faite au détriment de la piste de Gillot.


Pierrot Dupuy et Jismy Ramoudou reviennent sur le premier atterrissage à la Réunion de l'Airbus A 380.
On a peu vu les responsables d'Airbus et on a surtout vu Air Austral et la Région. Tout cela avait un fort goût de cuisine pré-électorale…
OF .
Lu 1537 fois



1.Posté par pimanzoizo le 14/11/2009 18:43

Popol ferait partie de l'équipe de Zinfo ?encore du népotisme !!!! lol

2.Posté par keops le 15/11/2009 21:49

je savais bien que cet avion était plus lourd que Pierrot ...... Amicalement.

Signe du temps, la piste de Roland Garros qui se fissure, lors de l atterissage de ce gros navion : la Réunion n est donc pas encore prête pour recevoir un tel poids lourd par contre il s est posé à Maurice est bizarrement la piste n a pas craqué, les cousins mauriciens ne sont pas plus prêts que nous mais en réalité ils ont anticipé le problème en demandant que l avion soit moins lourd pour l'atterissage à Plaisance.
Bravo à l ile Soeur et félicitations à Zinfos pour ces infos.

3.Posté par Elie ... depuis 1811 le 16/11/2009 08:19

LOL post 2 !

Ah super, un avion ki na profité a très peu de personnes lors de son passage, et voila des dommages pour l'ensemble des Réunionnais.
Bravo aux Mauriciens ! ki sont pas tombés dans le panneau !

4.Posté par Cédric le 18/11/2009 02:55

Comment peut-on comparer le prix d'un trajet Lille-Marseille à celui de Réunion-Paris ?? Pierrot, c'est incomparable ! Si l'on veut la continuité territoriale faut demander ce qui est réalisable. Sinon on ne sera jamais pris au sérieux.

(Réponse de Pierrot Dupuy : En 1946, quand la France, qui sortait de la guerre et connaissait une crise autrement plus importante qu'aujourd'hui, a accepté de faire de la Réunion un département français comme les autres, l'effort financier qu'elle a accepté de faire était autrement plus important que ce que je demande aujourd'hui.
Quand François Mitterrand et Jacques Chirac ont accepté de mettre en oeuvre l'égalité sociale réclamée par Paul Vergès, l'effort financier était bien plus important.
Je ne demande pas que ce soit fait immédiatement. Simplement qu'on mette en place un calendrier étalé par ex sur 5 ou 10 ans. Mais que ça se fasse...)

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >