Politique

Jégo installe ses quartiers en Guadeloupe...

Moins de 48 heures après avoir quitté l'île de la Réunion, Yves Jégo s'est rendu en Guadeloupe. Au programme de l'agenda du secrétaire d'Etat chargé de l'Outre-mer : mettre fin au mouvement social qui ronge la Guadeloupe depuis deux semaines...


Jégo installe ses quartiers en Guadeloupe...

Lancée par un collectif de 47 associations, syndicats et partis sous le nom de LKP (Liyannaj kont pwofitatyon), la grève générale contre la vie chère paralyse encore la Guadeloupe à l'heure actuelle. Après 48 heures passées à la Réunion où les tensions étaient aussi au rendez-vous et une journée à Paris, Yves Jégo s'est envolé pour la Guadeloupe pour une durée indéterminée.
Selon France Info, le secrétaire d'Etat de la rue Oudinot prévoit de s'installer sur place le temps nécessaire en travaillant pour un retour à la normale... mais les négociations seront difficiles. Il a aussi indiqué sur ces mêmes ondes que la "Guadeloupe est au bord du chaos..." et qu'il va falloir agir de concert avec tous les acteurs de ce mouvement.

De leur côté, les habitants de la Grande-Terre et de la Basse-Terre souffrent logiquement de ces blocages. Pour ces derniers, les nombreuses revendications liées à cette grève générale doivent être rapidement entendues car il y urgence : les stations services sont fermées jusqu'à nouvel ordre depuis le 19 janvier dernier. Tous les secteurs économiques sont touchés par les nombreux blocages à l'image des approvisionnements qui se font de plus en plus rares.
Afin de remédier à ces tensions, 146 revendications ont été mises sur la table par le collectif LKP dont une diminution immédiate de 50 centimes sur les prix des carburants et une augmentation de 200 euros des bas salaires, des minima sociaux et des retraites.

En réponse à ces revendications, Yves Jégo a proposé un cycle de négociations de quatre semaines. Par ailleurs, il a aussi annoncé le gel des loyers HLM après avoir réitéré sa décision de verser une prime de 200 euros à 60.000 foyers modestes en avril prochain. Les collectivités locales ne sont pas restés muettes puisqu'un plan de 56 millions d'euros via des baisses de taxes et un redéploiement des crédits sera débloqué.

Après avoir condamné un département à "deux vitesses" avec les privilégiés et les laissés pour compte, le secrétaire d'Etat s'est concentré sur la vie chère : les prix de cinquante produits seront relevés tous les quinze jours en Guadeloupe. Après avoir été fustigé par différents collectifs réunionnais, le chariot-type s'installe lui aussi... en Guadeloupe...
Lundi 2 Février 2009 - 16:02
Ludovic Robert
Lu 791 fois



Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales