Economie

Jean-Raymond Mondon satisfait du bilan du Conseil économique et social

Mercredi après-midi s'est tenue l'assemblée plénière du Conseil économique social et environnemental de la Réunion (CESER). Au coeur des discussions, le bilan des presque six années de l'actuelle instance consultative de la Région sous la présidence de Jean-Raymond Mondon. Ce dernier a présidé là sa dernière assemblée plénière. Les 55 membres du conseil seront, eux aussi, renouvelés dans les prochains jours.


Jean-Raymond Mondon satisfait du bilan du Conseil économique et social
C'est donc au sein de l'hémicycle Pierre Lagourgue du Conseil régional qu'a eu lieu l'assemblée plénière du Conseil économique social et environnemental de la Réunion hier après-midi. Le dernier exercice à sa tête pour son président, Jean-Raymond Mondon, après deux mandats consécutifs.

Voilà douze ans (ndlr : depuis juillet 1998) que ce dernier est en effet à la tête du CESR devenu entre temps CESER, pour une meilleure prise en compte des enjeux environnementaux.

Les nouveaux conseillers installés le 3 décembre

Au terme de cette mandature, qui a débuté le 9 février 2005, Jean-Raymond Mondon s'est félicité de la productivité du conseil composé de catégories socioprofessionnelles diverses et plus généralement des forces vives de l'île.

Une chose est sûre. Dans les prochains jours, un arrêté préfectoral prendra acte des candidatures soumises à désignation au sein des quatre collèges que comporte le CESER. Un second arrêté, avant la fin du mois de novembre entérinera définitivement ces nominations.

Enfin, le 3 décembre prochain devra se tenir l'assemblée plénière d'installation des nouveaux membres du conseil consultatif.

Avant ces échéances à très court terme, Jean-Raymond Mondon est donc revenu sur cinq années d'un mandat riche et diversifié. La crise du chikungunya est passée par là. C'était en 2006, déjà. Plus habituels, les thématiques récurrentes dont a la charge cet organisme ad-hoc du Conseil régional que sont la problématique des déplacements, la question du développement touristique de l'île, de la réforme territoriale voulue par le président de la République en 2008 ou encore le très attendu Schéma d'aménagement régional. Un document, en cours de finition, qui devra orienter les collectivités territoriales pour une gestion optimum des terres à la Réunion, entre contraintes pour le secteur du logement et terres agricoles.

Jean-Raymond Mondon satisfait du bilan du Conseil économique et social
Un travail d'expertise salué

C'est donc à un véritable exercice rétrospectif que s'est livré le président du CESER et ses conseillers pendant plus de trois heures au Conseil régional. Selon Didier Lamotte, directeur du CESER, l'activité du conseil sous la présidence Mondon a redonné toutes ses lettres de noblesse à l'institution, dont l'avis simplement consultatif voulu par la Constitution elle-même, en fait, finalement, sa principale faiblesse.

Son travail d'expertise, autant que possible détaché des intérêts politiques, constitue cependant, à la Réunion comme dans les 25 autres régions de France, une aide précieuse à la décision des assemblées régionales.

Enfin, le dernier signal fort du regain d'intérêt autour de l'assemblée consultative avant la fin de cette mandature fut la présence remarquée du président de Région, Didier Robert, lors de l'assemblée plénière du 3 novembre dernier.
Jeudi 18 Novembre 2010 - 08:53
Ludovic Grondin
Lu 1287 fois




1.Posté par Autopommade le 18/11/2010 12:16
Je ne vois pas quoi rajouter.

2.Posté par Cambronne le 18/11/2010 12:47
1.Posté par Autopommade le 18/11/2010 12:16
Je ne vois pas quoi rajouter.

Faut dire qu'avec un taux de chômage exponentiel et une activité économique en déclin constant voilà un monsieur qui a le droit de se réjouir et de s'auto congratuler lui même surtout pour les 120 000 chômeurs , alors que les voisins Seychelles et Maurice affichent le plein emploi

3.Posté par pierpoljack le 18/11/2010 14:22
je voudrais juste dire que ce M. MONDON, très grand syndicaliste, depuis qu'on l'a mis à la tête du C.E.S on n l'entend plus du tout sauf pour parler du CES, un peu comme Georges-Marie Lépinay à l'époque pour la direction de l'AFPAR . Est ce que être nommé président du CES c'est pour la vie? faut peut être laisser un petit la place aux autres, n'est ce pas?

4.Posté par citoyen le 18/11/2010 18:12
archi nul puisque le cesr ne sert à rien sinon à caser quelques syndicalistes comme ce monsieur....

5.Posté par toukontfé le 19/11/2010 00:20
C.E.S.R

C'est une pompe à fric et à frime qui ne sert à rien sauf pour plomber nos impôts car ils sont très éloignés de la réalité. Ces sont des gâtés pourris de notre république.

Si on regarde de plus près on retrouve les mêmes faiseurs de soupe économique qui nous donne des leçons derrière leur bureau clinquant sur-climatiser au centre d'une ribambelle des secrétaires placés comme plante verte au prix sur-rémunérées et la Réunion s'enfonce dans le chaos.

Un jour avec un syndicaliste de renom dans une de nos manifestations solidaires, je voulais parler le bien fondé de cette « institut »et son Président, il m'a arrêté net, il m'a dit que « c'est mon collègue de travail et il fait du bon travail, »j'ai compris que c'est un sujet sensible.

C.E.S.R C'est une créature du régime communiste d'époque, une coquille vide de notre démocratie qu'on retrouve souvent dans les instances publique qui plombe nos impôts et de surcroit ne sert à rien si ce n'est un concert des potes pour mettre un peu de gaieté dans leur vie misérable contraignante politique.
Ils ne font que consulter mais ils sont dans l'incapacité de résoudre quoi ce soit, ni la compétence, c'est une pompe à fric, à frime.
Voilà que 12 ans qu' ils ont le cul de la fermière après avoir eu son beurre et son argent.

Car, n'oublie pas et j'ai le bilan devant moi, ils ont aucune vision politique, un bilan catastrophique et bien-sûrs pour les cocus, ils vont mieux faire la prochaine fois et surtout dans l'environnement et l'écologie mais qui? leur a demandé quelque chose vu il ne sert à rien mais de toute façon qui s'en opposera, ils se tiennent tous.

BILAN
400 000 réunionnais à la CMU
140 000 réunionnais illétrés
près de 90 000 Rmistes et chômeurs non déclarés
130 000 chômeurs déclarés
UNE SOCIÉTÉ ASSISTÉE sans aucune productivité viable compte sur les impôts des français mais trouve 150 000 euros pour DIPAVALI et avec tous les communes compris, et tous les logistiques mise en place (les employés, essence, voiture, matériel et matériaux, astreinds, etc..)les politiques injectent près de 2 MILLIONS D'EUROS à fond perdu pour rien pour la religion indienne et qui touche une seule ethnique.

Et on va avoir la surenchère dans des financement à fond perdu pour les autres religions qui foisonnent et qui se manifestent de plus en plus dans l'île ,.il n'y a pas raison qu'on serve de l'argent publique pour les indiens et pas pour les autres religions à partage égale sur cette terre LA REUNON. Si ce n'est pas le cas on est en droit de se poser la question , du favoritisme.

J'espère que la CESR nous apportera sa consultation sur le bien fondé de l'argent publique dans des fêtes ethniques nourrit par l'obscurantisme et l'irrationalité dans notre République qui lui sert bien ?

J'aimerai savoir leur consultation économique et leur avis sur la question quand on est dans la crise quand nous bassine tant, des restrictions BUDGÉTAIRE à tous les niveaux , comment les politiques peuvent investir à fond perdu des millions d'euros de l'argent publique dans des fêtes purement religieuses, pourquoi une telle faveur ?

6.Posté par Cambronne le 19/11/2010 06:42
5.Posté par toukontfé le 19/11/2010 00:20
C.E.S.R

malheureusement les (...) comme Mondon sont encore nombreux pour pourrir la situation avec leur statistiques bidons, si les politiques voulaient vraiment changer les choses il ya longtemps que nous en serions informé , force de constater que ces gens si avenant par leur arrogance et leur égo tri-dimensionné ont l'impression d'être encore utile à la société , alors ils continuent leur propagande à nous pondre leur rapport annuel sur un simulacre d'économie florissante , le Conseil économique social et environnemental de la Réunion (CESER) ressemble étrangement par sa forme constituante et son utilité comme un peu en son temps l'inutile Conseil national de la Résistance (CNR) qui n'était qu'un organe de propagande pouvant permettre à diriger et coordonner les différents mouvements de la Résistance intérieure française, de la presse, des syndicats et des membres de partis politiques pour défendre les idéaux Communisme et le Jacobinisme

7.Posté par toukontfé le 20/11/2010 01:31
Youtube
Il n'y a pas plus vrai que ça et ça se prend au sérieux .
« CESR devenu entre temps CESER pour une meilleur prise en compte des enjeux environnementale »
Arrêtez de me faire rire , j'ai les lèvres gercées
« son travail d'expertise autant que possible détaché des intérêts politiques »
c'est « autant que possible » que c'est rigolo.

Bonjour la contradiction « expertise » et « autant que possible »
« Expertise »qui est pragmatique et concret voire scientifique d'habitude n'a pas de doute et
« autant que possible » se donne dans les « ce selon »

voilà le simulacre rapport qu'on peut trouver chez ces gens-là en plus ils sont fiers dans leur grosse bagnole.

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales