Société

Jean-Paul Fois solde ses comptes avec l'époque Roland Robert

Le président de l'Association de Défense des Intérêts de la Possession (ADIP) tenait une conférence de presse ce matin. Mais c'est surtout en son nom propre, plus que que celui de son association, qu'il a tenu à faire un bilan de ses démêlés avec Roland Robert. L'extinction d'une énième plainte de feu Roland Robert à son encontre vient éteindre un bras de fer intense entre les deux hommes.


Jean-Paul Fois solde ses comptes avec l'époque Roland Robert
"De tous les procès, qui sont plus ou moins passés dans la presse, tous ont été perdus par la mairie", engage avec assurance Jean-Paul Fois. Le président de l'ADIP s'exprimait ce matin pour faire le bilan des contentieux qu'il a pu avoir avec la mairie, pour ne pas dire avec l'ancien maire, feu Roland Robert.

"J'ai souvent évoqué l'instrumentalisation des moyens judiciaires par Roland Robert et ses acolytes comme moyen d'intimidation et de pression sur ma personne et sur bien d'autres administrés. C'est donc l'heure du bilan avec l'échec de la liste conduite par Roland Robert", cadre-t-il.

L'homme se souvient avoir été "pris en chasse" par les adjoints de Roland Robert dès 1996 alors que "je dénonçais publiquement le certificat d'achèvement de travaux de complaisance délivré à la SICN Panechou". A l'époque, Jean-Paul Fois se trouve être le président du syndicat des copropriétaires du lotissement. Il prend à coeur le dossier et ne devine pas que cet épisode personnel allait l'amener à élargir son champ d'investigation.

Depuis cette date, il raconte avoir essuyé d'incompréhensibles refus de la part de l'administration communale. Trois blocages majeurs ont débouché sur huit procédures au civil. Rien que ça.

L'intimidation comme il la qualifie, commence par un refus de permis de construire sans raison valable. Le contrôle de légalité lui donnera raison. Autre exemple : le refus des services municipaux de nettoyer et de dépolluer l'espace vert communal mitoyen de sa propriété alors que la commune entretenait régulièrement les autres espaces verts du lotissement Grand Large. Ces huit procédures engagées au civil lui ont toutes été favorables. Jean-Paul Fois retient sans surprise l'acharnement de l'appareil municipal à son encontre mais aussi des années de procédures coûteuses pour la collectivité. Il ajoute : "l'objectif de Roland Robert et de ses acolytes n'était pas de gagner des procès mais bien de pratiquer le harcèlement judiciaire pour tenter de m'intimider."

Plus aucune confiance dans la justice

Un dossier garde pourtant un goût amer pour le désormais spécialiste de l'urbanisme possessionnais. Le 27 août 2013, Roland Robert l'attaque pour propos diffamatoires. Jean-Paul Fois avait affirmé dans les journaux que le maire était parfaitement au courant des malversations de son ex-première adjointe Sylviane Rivière, par ailleurs condamnée. Le président de l'ADIP vient d'apprendre le 15 mai dernier que Roland Robert, au lendemain de sa défaite, avait retiré sa plainte, évoquant comme motif son "échec aux élections". "Quelle est la relation ? Si mes propos sont diffamants, ils le restent quel que soit le résultat des élections", affirme Jean-Paul Fois. "Je réitère avec force mes affirmations. Et puisque Roland Robert n'est plus des nôtres, ce qui est le destin de chacun d'entre nous, je propose à ses acolytes de rouvrir cette affaire devant le tribunal correctionnel pour défendre son honneur. Nous verrons bien de quel côté se situe la vérité", attaque-t-il avec certitude.

La vérité, d'ailleurs, a toujours constitué sa motivation première. "Oui j'ai soutenu Vanessa Miranville en 2011, moins pour ces municipales mais mon objectif était de donner des informations sur ce système dangereux mis en place, et ce à tous les candidats qui voulaient bien s'en saisir", idem pour l'opposition municipale qu'il juge beaucoup trop frileuse. Pourtant, "tout le monde est venu me voir", révèle-t-il.

"Je critique un système et ceux qui en tirent les ficelles"

C'est donc en "lanceur d'alerte" qu'il dit avoir agi. L'autre salve de critiques va à l'endroit de l'institution judiciaire. "Imperméable, inaccessible, qui ne rend pas compte de l'état d'avancement des plaintes ou, pire qui classe sans suite alors que des preuves sont étayées", assure-t-il. "Roland Robert s'en est toujours sorti. Par quel miracle ?", expose-t-il alors que certains de ses fidèles lieutenants ont servi de fusible. Sa confiance dans le Parquet, le contrôle de légalité de la Préfecture et dans le service des Domaines est clairement entamée.

Au moment de répondre à la question de savoir si l'ADIP poursuivra sa mission d'assainissement de la vie publique, Jean-Paul Fois semble hésitant. Le manque d'intérêt flagrant des administrés pour prendre le relais n'est clairement pas motivant. Seules les personnes qui sont elles-mêmes dans des cas litigieux prennent la peine de se documenter et d'agir pour le bien collectif. "Au plan personnel, il y a bien une réussite", se félicite-t-il toute de même. "Je ne critique pas l'homme politique, je n'ai jamais critiqué Roland Robert. Je critique un système et ceux qui en tirent les ficelles."

Malgré cette impression laissée de mise en retrait de l'ADIP, quelques feuillets évoquant de nouvelles affaires sont sur le bureau de Jean-Paul Fois. Ils sont estampillés "à vérifier".
Mercredi 28 Mai 2014 - 16:11
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1884 fois




1.Posté par cecile le 28/05/2014 18:06
BRAVO ! pour votre lutte vous est exemplaire pour la Réunion trop d'abus sur les citoyens

2.Posté par Eveilcitoyen974 le 28/05/2014 18:51
Nous défendons les mêmes valeurs et nous estimons que le lutte de M. Fois est exemplaire. Trop de personnes sont la proie des municipalités qui n'hésitent pas à utiliser des méthodes d'intimidations honteuses, et beaucoup de nos adhérents ont apporté des témoignages édifiants. Les lanceurs d'alerte ont cette force : l'intimidation ne les atteint pas, au contraire, elle renforce leur détermination à affaiblir la corruption, les collusions, le corporatisme local. Qui peut encore faire confiance à la justice locale après tout le vécu des justiciables et au vu de ce qui se passe actuellement au sein de l'institution locale ? Dès qu'un procureur veut remettre le justiciable au cœur de la justice, et tente de faire son travail, celui pour lequel il est ici, il déclenche une animosité incontrôlée de certains de ses pairs et il rencontre les pires difficultés. Qui tirent les ficelles ? Bravo, M. Fois pour votre engagement citoyen...

3.Posté par CO(mmunistes) CO(rrompus) ! le 28/05/2014 21:11
Système immobilier affairiste et mafieux organisé par les communistes, qui ont tous élu domicile dans les hauteurs de cette commune résidentielle. dans quelles conditions !?
Loi du silence, entretenue par l'immobilisme et/ou la peur des réunionnais et possessionnais face à ces gros Com. qui intimident ; tout le monde y sait mais peu s'en soucie.
Démocratie corrompue bien mal en point.
Bravo aux quelques courageux.

4.Posté par J F S le 28/05/2014 21:17
CQFD Jean-Paul. On a encore beaucoup de travail, ne baisse pas les bras.

5.Posté par transparence le 29/05/2014 09:03
Vote action a été salvatrice pour la commune de la Possession.

J ai su apprécier vos arguments juridiques sur de nombreux dossiers et mes commentaires ont toujours été dans votre sens car vous étiez pertinent et vous aviez raison sur nombres d 'affaires sur la Possession.
Bravo encore et ne lâchez rien car les politiques doivent savoir que des citoyens comme vous existent et appliquent l adage constitutionnel " pour le peuple et par le peuple"

6.Posté par HEUREUX ET DE BONNE FOI le 29/05/2014 09:35
A Monsieur Jean Paul FOIS,
Juste pour votre gouverne, si Monsieur Roland ROBERT, après les élections a retiré sa plainte, c'est qu'il savait que la nouvelle maire, n'allait pas payer les frais de justice correspondant à votre affaire.
Pour la petite histoire, une simple affaire comme la votre coûte la bagatelle de 10 000 euros payés à l'avocat au frais des contribuables.
Parce que au final, vous avez gagné la plupart des procès, vous êtes heureux. La commune c'est à dire vous et moi ont contribué par nos impôts à payer des frais de justice énorme. Vous pouvez d'ailleurs demandé à la nouvelle maire de vous remettre les factures d'avocat, cela pourrait faire l'objet d'un autre article.
Je vous incite vivement à faire un dossier des frais de justice payé par la Commune et de faire une conférence de presse.
Mais en dehors de votre satisfaction personnelle, rien n'avait changé, le maire continuait avec son DGS à faire ce qu'ils voulaient. De toute façon, ils ne connaissaient pas la douleur de se poser la question où trouver l'argent pour rémunérer les avocats. Tandis que vous, qui a payé pour vous, les adhérents de votre association? Vous mêmes?

7.Posté par LOL le 29/05/2014 14:21 (depuis mobile)
Monsieur, dans tous les communes il y a des individus comme vous. Vs vs croyez persécuter et cherche par ts les moyens à embêter la mairie pour un oui ou non, mais c''''est de bonne guerre, maintenant trouvé un autre moyen d''''exister laissé le reposer

8.Posté par MITHRA le 30/05/2014 05:43
...oté zanpol, tyenbo avek ansamn, larg pa, nou la ankor beswin out gayar

9.Posté par VIVE LE CHANGEMENT le 30/05/2014 11:07
jean paul tous les possessionnais espére que tu n'es pas fatigué parce que tu vas avoir du travail mon ami avec ton amie vanessa.
elle est championne toute catégorie et le défenseur des droits que tu es ne vas pas s'ennuyer avec elle. a moins que ca ne te géne pas qu'elle en profite? aprés tout elle ne s'appelle pas ROBERT ELLE!
avoue que c'est pour ca que tu voulais tellement qu'elle sois élue, pour gagner plus de procés et d'argent et d'orgueil! tu vas etre servi!
mais peux tu dire aux possessionnais a quoi a servi tout l'argent que l'adip à gagner durant toutes ses années? grosse fiesta? financement de campagne? destruction de la réputation des batisseurs de la Possession? salir la mémoire des gens? rien a dire t'as pas chômé! bravo jean paul

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales