Santé

Jean-Louis Gironès : "Trop de peurs entretenues autour de l'euthanasie"

Il y a deux jours, le Sénat rejetait la proposition de loi relative à l'assistance médicalisée pour mourir. A l'issue des débats, les sénateurs ont adopté par 172 voix contre 143, deux amendements tendant à supprimer l'article 1er du texte, qui prévoyait que : "Toute personne majeure, en phase avancée ou terminale d'une affection accidentelle ou pathologique grave et incurable, infligeant une souffrance physique ou psychique qui ne peut être apaisée et qu'elle juge insupportable, peut demander à bénéficier, dans les conditions strictes prévues au présent titre, d'une assistance médicalisée pour mourir". Pour Jean-Louis Gironès, délégué régional de l’ADMD (association Droit de Mourir dans la Dignité) reste atterré par cette prise de position.


Jean-Louis Gironès : "Trop de peurs entretenues autour de l'euthanasie"

Alors que la question de la légalisation de l'euthanasie traverse à nouveau notre société, les élus du Sénat ont une nouvelle fois rejeté toute brèche en ce sens mardi dernier dans un vote malgré tout serré. Un vote qui témoigne de la complexité du problème et des divisions au sein même des groupes parlementaires.

De façon très ironique, Jean-Louis Gironès, délégué régional de l’ADMD (association Droit de Mourir dans la Dignité), évoque ce refus du Parlement de franchir ce pas décisif vers une mort accompagnée : "Il fallait s'attendre à cette levée de boucliers contre une loi qui ne concernera que ceux qui souhaitent partir et uniquement eux. Il ne sera pas question d'aider ceux qui n'auraient rien demandé, et ceux qui en ont fait la demande pourront se rétracter à la dernière seconde, on ne les tuera pas pour autant".

"La notion de dignité reste toujours très personnelle"

Pour le délégué régional de l’association Droit de Mourir dans la Dignité, la loi Leonetti de 2005 et qui prévaut toujours doit encore plus déployer ses outils. "Avant de crier au crime, on ferait mieux de généraliser les soins palliatifs dans tous les hôpitaux, et je reste persuadé que la demande de partir sera moindre, la douleur et le sentiment d'indignité seront atténués. Mais pour ceux qui en auront fait la demande dans le cadre légal, alors ceux-là devront être aidés à  partir. La notion de dignité reste toujours très personnelle, personne ne peut définir celle d'autrui".

L’ADMD locale continue donc de militer pour un droit à partir, mais de façon concertée, pour en finir avec ce tabou. "Assez de ces peurs entretenues d'une possibilité d'euthanasie généralisée ! Nous ne sommes pas sous le 3° Reich, et aucun médecin digne de cet honorable nom n'est un tueur patenté !", insiste Jean-Louis Gironès.

Pourquoi les soins palliatifs seraient-ils la seule solution ?

"Aider à partir, c'est un geste d'humanité, comme aider un aveugle à traverser une rue. Et si l'aveugle ne veut pas traverser, qu'il reste donc sur le trottoir, c'est son droit le plus strict !", argumente le délégué régional

Mardi, en ouverture des débats, Jean-Pierre Godefroy, rapporteur de la commission des affaires sociales, relevait que la question de la légalisation de l'euthanasie "agite la société, et notre assemblée, depuis 30 ans. L'assistance médicalisée donne à l'individu la possibilité de choisir les conditions de sa fin de vie. Pourquoi les soins palliatifs seraient-ils la seule solution offerte en fin de vie ? Quid de ceux qui décident de n'en pas recevoir ? La lutte contre la douleur est primordiale : la volonté de vivre doit primer sur la mort. La loi Leonetti de 2005 a marqué une avancée significative. Mais pour certains, cette possibilité ne suffit pas. Ils veulent par leur volonté éclairée, une assistance pour mourir".

Preuve supplémentaire que le débat, dans les deux hémicycles parlementaires, est loin d'être clos.
Jeudi 27 Janvier 2011 - 17:03
Ludovic Grondin
Lu 1487 fois




1.Posté par David Asmodee le 27/01/2011 17:09
Les sénateurs s'en branlent. Le problème ne les concerne pas. Ce sont des morts-vivants.

2.Posté par noe974 le 27/01/2011 17:15
"Donner la mort" , il faut être sûr et certain que la personne qui désire mourir , le veuille vraiment .

Il y a plein de suicides mais quand on a raté son suicide , on ne désire pas recommencer !

Il y a des exceptions : on a trouvé une personnes qui s'est tuée avec 5 balles dans la poitrine .

Au temps des nazis , on vous suicidait volontiers !
Mourir dans la dignité , c'est quoi ?
Le Sénat ne veut pas porter le chapeau : autoriser à tuer , à assassiner !!! Bof .

3.Posté par SEVERIN le 27/01/2011 18:37
Quand-est-ce,allez-vous faire une raison que le politique Français est une girouette,quand il y a une question sérieuse à traiter comme celui de l'euthanasie.Il préfère faire la sourde oreille au lieu d'écouter la souffrance de l'intéressé et de ces proches.C'est un pays de barbare,de rond-point,ce n'est pas toujours le cas en disant ce fameux proverbe.(Il vaut mieux tourner la langue sept fois dans sa bouche avant de parler),mais ce vieux continent Français à très bien compris que le temps change.La preuve le nain jardin de l'élysée,n'arrête pas faire des réformes pas nécessairement dans les bonnes directions.Mais elles sont là.La mort ils ont un gros problème avec ça,sauf quand il s'agit de faire tuer des gens ou militant qui dérange leurs trafic mafiosi politiquement incorrect.In yab des Yvelines

4.Posté par Ray_au_Port le 27/01/2011 18:40

5.Posté par Hamza le 27/01/2011 18:44
L'euthanasie, c'est la porte ouverte à toutes sortes de dérives...!!!

""’association Droit de Mourir dans la Dignité,"" --> Drôle de conception des choses...!!! Car franchement avant de pouvoir penser à un éventuel droit de mourir dans la dignité, il faudrait d'abord penser au droit de VIVRE dans respect de la dignité humaine...!!! Non...? Ce monsieur commence par la fin... Bizarre ça... Avant de pouvoir mourir dignement, il faudrait pouvoir VIVRE dignement avant...!!! Et il faut l'avouer ce qui n'est pas le cas de beaucoup trop de personnes actuellement...!!! Mais est-ce que cela intéresse autant ce monsieur que la mort...?

6.Posté par SEVERIN le 27/01/2011 18:50
T'inquiète noe tu va y passé a l'euthanasie t'es une dure à cuire.In yab des Yvelines

7.Posté par Lémurien le 27/01/2011 18:53
ou sont donc les LIBERTES INDIVIDUELLES ET PERSONNELLES
Cette décision appartient a chaque individu et la loi , celle des mafias qui nous gouverne , m'importe peu ...
Tout a fait d'accord avec Mr Girones , chaque personne doit pouvoir décider du moment où il souhaite partir, plutôt que de les maintenir en vie des individus pour ensuite se plaindre des couts et charges des thérapies pour la sécurité sociale !!! On se fout des citoyens et des individus !!! seul compte le profit des laboratoires qui se gavent sur la population des malades

8.Posté par hervet le 27/01/2011 18:58
Je crois ,mon cher Noë, qu'il n'y a guere de statistiques à ce sujet, qu'il y a des personnes suicidaires et qu'elles finissent par passer à l'acte . Il faut savoir quelles sont les motivations des parlementaires de ne pas vouloir légaliser ce qui se produit en misouk comme naguère, et dans quelles conditions, les avortements. Chutt! N'en parlons pas. C'est du ladi lafé!
Je signe par ailleurs, un texte publié par l'UFAL en communiqué de presse Les explications de Jean Louis Girones sont assez claires pour montrer qu'il ne s'agit pas, chez nos chers Sénateurs, d'un vote en leur âme et conscience, car l'argumentaire de Romero comme de Jean Louis Girones, sont très loin des caricatures qu'il en est fait .
Mêmes pressions "culturelles" que pour l'IVG !!!

9.Posté par David Asmodee le 27/01/2011 18:58
"Le Sénat ne veut pas porter le chapeau : autoriser à tuer , à assassiner !!! Bof . "

Chacun doit avoir le droit de décider . Marre que des vieux cons réacs nous imposent leur monde pourri.

10.Posté par Armand GUNET le 27/01/2011 19:49
Vous confondez droit de mourir dans la dignité et droit de faire mourir dans la dignité, autrement dit de façon indigne.
Ce n'est pas un sujet de biologie mais de morale.
Or, dans notre civilisation européenne, que vous le vouliez ou non, c'est le christianisme qui est la base de nos lois, même si vous aspirez ardemment à changer cette donne..
Et, pour des chrétiens, faire mourir (ou tuer) une personne est un crime.
La vie, que vous le vouliez ou non, commence dès que le spermatozoïde a pénétré l'ovule et se tzermine au moment où la personne expire naturellement.
Ni vous ni moi ne sommes propriétaires de notre vie, c'est pourquoi nous ne pouvons en disposer à notre guise.
Nous devons tout faire pour rendre notre départ paisible et abréger au maximun nos souffrances.
La souffrance est une donnée que la science médicale n'explique pas.
Le christianisme l'explique fort bien, mais vous n'êtes pas obligé d'y croire.
Toutefois, avant de prendre votre plume pour me répondre, faites ce petit exercice : attardez-vous dix minutes devant un crucifix et contemplez le mystère de l'homme qui a souffert le plus au monde et qui n'a pas demandé à être euthanasié.

11.Posté par al le 27/01/2011 20:30
Partir... euphémisme étrange pour éviter de dire mourir, comme si on avait honte de quelque chose ou qu'implicitement on avouait son hypocrisie. A force on n'arrivera plus un jour à distinguer les phrases suivantes: mon père est parti (il a quitté le domicile conjugal), mon père est parti ( il est mort). Peut-être ne s'agit-il que d'effet de mode ou de tic de langage comme "en fait" qui ponctue tous les trois mots de plein de gens.

12.Posté par decameron le 27/01/2011 20:35
" le mystère de l'homme qui a souffert le plus au monde et qui n'a pas demandé à être euthanasié." loool !
gunet , arrêtes tes conneries.....t'y étais même pas !


13.Posté par mecréant le 27/01/2011 21:00
Giordano Bruno et jean Huss et les autres victimes de l'Inquisition sont morts dans la dignité sans doute sous les ordres de ceux qui se réclamaient du christ roi des juifs dont ils avaient oublié la judéïte

Got mit uns disaient les nazis !

14.Posté par David Asmodee le 27/01/2011 22:53
"Toutefois, avant de prendre votre plume pour me répondre, faites ce petit exercice : attardez-vous dix minutes devant un crucifix et contemplez le mystère de l'homme qui a souffert le plus au monde et qui n'a pas demandé à être euthanasié."

Pour un catholique, l'euthanasie est un crime. La pédophilie est tolérée, voire acceptée.
J'estime que je suis propriétaire de ma vie et que je n'ai de compte à rendre à personne, surtout pas à un bout de viande clouté sur un bout de bois.


15.Posté par mecréant le 28/01/2011 08:23
Chacun ses croyances mais n'obligez personne à ne pas manger du boeuf ou à en manger, de même pour le cochon, à manger casher, hallal ,avec ou sans sel -sauf pour raison de santé-; avoir telle ou telle position au lit, qui ne regarde que les partenaires maîtres de leur corps tant pour le plaisir que pour la procréation , .La liste serait longue des entraves aux libertés individuelles ,imposées par d'autres individus qui s'attribuent un pouvoir au nom d'un hypothétique salut qui, lui aussi, ne relève que d'un choix individuel alors qu'il est imposé dès le plus jeune âge aux enfants comme un carcan qu'ils vont quasiment revendiquer plus tard non seulement pour eux mais pour leur propre famille voire pour ceux qui n'ont pas eu le "bonheur" de tomber dans le moule de "leur vérité" alors qu'ils n'avaient pas leur raison.
Entre les 2 néants que sont l'avant la vie et l'apres, l'homme et la femme sont maïtres de leurs vie; quand leur vie n'est plus que celle d'un légume dans une maison de retraite que visite chaque jour un medecin qui reçoit ,pour signature, le prix d'une consultation, c'est une dérive plus que ne l'est l'entorse au serment d'Hippocrate_(collectivement décider que la "vraie vie" est finie_ ) qu'une décision collective peut fait humainement accepter.

16.Posté par aminature le 28/01/2011 08:26
Comme pour l'avortement en Angleterre jadis....les candidats à la mort assistée peuvent aller en Suisse..pour mourir.... Alors les Suisses,belges, hollandais ??? attardés...ou bien ils ont une longueur d'avance ...Merci à JL Gironnés pour faire avancer la société dans le droit de mourir dans la dignité...

17.Posté par Dionysien le 28/01/2011 09:40
Euthanasie c'est la bonne mort càd mourir tranquillement sans souffrance.Actuellement l'euthanasie passive existe et permet à un individus de mourir sans acharnement thérapeutique avec l'accord de la famille car souvent le malade est inconscient à ce moment là (En pratique soit on débranche le respirateur artificiel soit on ne le met pas sous respirateur artificiel ) .Il est autoriser également avec l'accord du patient ou de la famille d'administrer des anti-douleurs même si cela abrège la fin de vie.
L'euthanasie active pour des cas très particulier devrait être également autoriser et règlementer comme les greffes d'organes très encadré afin d'éviter toute dérive.
Personne n'oblige un soignant ou une personne mourante chrétienne ou autre à participer à cet acte mais il ne doit pas l'interdire aux autres car chacun sa morale.
Jésus n'est bien entendu pas le seul homme ayant le plus souffert sur terre malheureusement l'être humain est capable de bonnes choses comme des plus horribles ( La torture physique et /ou morale continuent de sévir )

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales