Social

Jean Hinglo ouvre une classe pour les jeunes en situation de handicap


Jean Hinglo ouvre une classe pour les jeunes en situation de handicap
Neuf jeunes déficients intellectuels ont fait leur rentrée hier dans le lycée Jean Hinglo au Port, une initiative en partenariat avec l’institut médico-éducatif (IME) Edmond Albius de Saint-Paul Piton Defaud, un établissement géré par l’Alefpa (Association Laïque pour l’Education, la Formation, la Prévention et l’Autonomie).
 
Voulu par la loi sur l’égalité des chances de 2005, ce dispositif de délocalisation des jeunes en situation de handicap depuis leur centre médical vers les établissements scolaires, permet à ceux-ci d’évoluer dans un milieu « normal » mais également de sensibiliser les élèves au respect de la différence.
 
« Ils étaient tous ravis » commente Aïcha Haremza, adjointe à la direction de l’institut Edmand Albius au sujet des jeunes de l’institut, qui ont reçu un accueil chaleureux de la part de l’équipe de cadres, du proviseur et des 150 enseignants du lycée.
 
Parmi ces jeunes filles et garçons âgés de 16 à 17 ans, sept d’entre eux n’avaient jamais pu bénéficier d’une inclusion en établissement scolaire, un réel changement donc, qu’il a fallu préparer en amont. Un processus qui commence par la sensibilisation des jeunes présentant un réel enthousiasme à l’idée d’aller au lycée, jusqu’à celle des parents, qu’il faut informer et rassurer.
 
Comme n’importe quel enfant ou adolescent
 
Deux salles de classe sont mises à la disposition des neuf élèves, l’une éducative animée par un éducateur spécialisé en provenance de l’institut, l’autre d’enseignement. Un plateau technique, comprenant un psychologue, un psychomotricien et un orthophoniste pourront également intervenir en fonction des besoins.
 
Les jeunes du centre partageront le temps de récréation, ainsi que les repas avec les autres élèves et pourront être intégrés au Conseil de la Vie Lycéenne (CVL). S’il faudra pour la plupart d’entre eux une année d’adaptation à ce nouvel univers, il sera possible par la suite pour certains d’intégrer progressivement d’autres classes afin de suivre certains cours. 
 
La volonté d’un continuum
 
L’institut Edmond Albius, qui accueille 60 enfants, âgés de 6 à 10 ans, n’en est pas à son premier partenariat avec les établissements scolaires. En 2006, il ouvre sa première classe à l’école Eugène Dayot de Saint-Paul, puis une au collège Antoine Soubou et une autre au lycée d’enseignement général, technique et agricole de Sans Souci.
 
Cette volonté de l’Alefpa de permettre aux jeunes en situation de handicap de poursuivre l’ensemble de leur scolarisation dans un milieu non ségrégué leur a valu en 2014 d’être récompensé par le prix de l’inclusion scolaire de l’OCIRP.

Mercredi 19 Août 2015 - 18:11
Agathe Martin
Lu 3713 fois




1.Posté par KLD le 19/08/2015 21:18
belle initiative.

2.Posté par audrey le 20/08/2015 11:03
c'est super pour eux, j'espere que les autres eleves ne vont pas trop les embeter!

3.Posté par magali le 20/08/2015 18:52 (depuis mobile)
Génial, belle démarche... A reproduire dans d''autres établissements. Bonne continuation

4.Posté par nadia le 21/08/2015 19:58 (depuis mobile)
E
extraordIndire

5.Posté par Locale le 22/08/2015 14:43 (depuis mobile)
Superbe initiative! Il y a 30 ans on ns aprenait en primaire comment communiquer avec nos amis malentendant! aujourd hui plus rien! L''Adapei au Tmpon propose aussi ce type de projet en primaire et au college!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales