Politique

Jean-Claude Fruteau attaque Penchard sur "un budget en trompe-l’œil"

Les discussions se poursuivent en ce moment même à l'Assemblée nationale sur l'examen du budget de l'Outre-mer pour 2012, le dernier de la législature actuelle. Un budget qui, en l'état, ne provoque pas l'adhésion de l'opposition. C'est le cas du député socialiste Jean-Claude Fruteau.


 
La présentation du budget en faveur de l'Outre-mer est critiquée, sans surprise, par les élus de l'opposition. Jean-Claude Fruteau, député-maire de Saint-Benoît, a ainsi parlé d'un budget profondément "injuste" pour lequel il "ne votera évidemment pas". Voici un extrait de l'intervention du député PS de la Réunion. Il implore Marie-Luce Penchard d'apporter des précisions sur son budget. La réponse de la ministre viendra dans la journée.

"Force est de constater une nouvelle fois que le compte n’y est pas. À cet égard, permettez-moi de vous inviter, madame la ministre, à détailler précisément, si c’est possible, au-delà de l’amendement que vous avez déposé (celui des 56 millions d'euros amendés la nuit dernière au titre des crédits de paiements, ndlr), les conséquences de ces mesures tant sur le budget de la mission "outre-mer" que sur les dépenses qui figurent dans d’autres missions budgétaires et qui auront des conséquences sur l’intervention de l’État outre-mer.

Le compte n’y est pas car, après cinq exercices budgétaires, nous cherchons toujours les effets du formidable projet présidentiel en faveur de l’outre-mer qui était présenté en 2007 comme la quintessence de l’intervention de l’État dans nos territoires. En effet, en 2007, le Président de la République allait par son action régler tous les maux qui affectent nos départements grâce à un simple changement de paradigme : nous allions passer d’une politique de rattrapage – que certains de vos amis politiques qualifiaient avec dédain "d’assistanat" – à un développement endogène.

Ah, le développement endogène ! Avec le développement endogène, finie, la politique de rattrapage : notre économie allait tellement décoller que nous allions, en un clin d’œil, rejoindre le niveau économique et social de la France hexagonale. Avec le développement endogène, terminés, les décalages des prix avec la métropole : nous allions enfin connaître la concurrence pure et parfaite. Avec le développement endogène, disparues, sans doute, les listes d’attente interminables pour obtenir un logement social.

Malheureusement pour vous, mais aussi et surtout pour les populations des outre-mer, les doux rêves d’hier ne se sont jamais concrétisés.

Du volontarisme affiché pendant la campagne électorale de 2007, il ne reste que quatre années d’immobilisme. Certes, me direz-vous, il y a eu et il y a toujours la crise. C’est vrai, mais cet argument ne tient pas lorsque l’on sait – ce n’est pas moi qui le dis, mais la Cour des comptes –, que la crise n’est responsable que d’un tiers des déficits publics, le reste étant imputable à la politique du Gouvernement.

Madame la ministre, ce budget est un budget en trompe-l’œil. Il ne restera rien de l’augmentation affichée initialement, puisque déjà l’effort budgétaire supplémentaire demandé à l’outre-mer, au titre du plan de rigueur du 24 août, sera de 56 millions d’euros en crédits de paiement, selon l’amendement que vous avez déposé. Ces coupes budgétaires affecteront principalement l’action de soutien aux entreprises et plus particulièrement le dispositif de compensation des exonérations de charges sociales. (…)

Le logement ! Le compte n’y est pas non plus, madame la ministre, en ce qui concerne le logement, et particulièrement le logement social. En 2010, seuls 1.095 logements sociaux ont été livrés, alors que dix ans plus tôt, on en livrait près de 2.500. Dans ces conditions, rien qu’à La Réunion, il faudrait vingt-cinq ans pour satisfaire les milliers de demandes de logements sociaux actuellement en souffrance, sans compter les besoins des habitants supplémentaires prévus à l’horizon 2030 ! Certes, comme vous, je me réjouis de l’augmentation de 10 millions d’euros, en crédits de paiement, des crédits de la ligne budgétaire unique. Mais je constate que cette hausse intervient après une baisse de 21 millions d’euros l’an passé, soit au total un manque de 11 millions d’euros par rapport à 2010".
Mercredi 9 Novembre 2011 - 15:59
ludovic.grondin@zinfos974.com
Lu 1147 fois




1.Posté par noe1 le 09/11/2011 15:08
Notre député nous défend et c'est son rôle ...
Merci beaucoup !

2.Posté par Cambronne le 09/11/2011 16:44

3.Posté par Cambronne le 09/11/2011 16:48
il y a le salon des Maires dans quinze jours vous allez voir combien d'alimentaires vont faire le voyage allons nous dépasser les chiffres monstrueux avec un 777 d'air austral puisque air France risque d'être encore en grève, en 2010 ils étaient pour la Réunion, 180 participants sont présents, 160 élus et une vingtaine d'administratifs (directeurs de cabinet, directeurs de service).

4.Posté par NEMO le 09/11/2011 18:58
Monsieur le Député Maire, votre collègue Député-Maire de Saint-Joseph, vient de déclarer que la gauche, revenue au pouvoir devra rétablir cette confiance pour s'attaquer enfin au fléau de la vie chère qui empêche tout développement économique et toute émancipation sociale ...

Oserez-vous, ENFIN vous attaquez au premier phénomène d'injustice sociale à la Réunion provoqué par la sur-rémunération de ses fonctionnaires et la prime de vie chère que perçoivent certains privilégiés, ce qui tire tous les prix vers le haut avec les conséquences, néfastes, surtout pour l'emploi du "petit peuple" ainsi appelé par le secrétaire régional de votre partenaire E.E.L.V , lors de son interview parue dans le " Quotidien de ce jour " dans laquelle il prône la décroissance ???

Alors que la crise mondiale implique une gestion beaucoup plus rigoureuse des Pays endettés notamment de la zone Europe ainsi que le préconisait encore récemment, l'ancien président du F.M.I (?.!), et que la France devra en 2012, quel que soit le Chef de l'Etat élu, s'engager davantage dans des mesures de réductions de sa dette publique,.

Ne croyez-vous pas que la classe politique Réunionnaise, à l'unanimité,devrait proposer prochainement,de pas augmenter son nombre d' élus l'an prochain ainsi que prévu, pour ne pas accroître les dépenses publiques, ce qui aurait le mérite de servir d'exemple à la France entière.

LA MORALE Y GAGNERAIT... LES ELECTEURS AUSSI !!!

5.Posté par Gérard Jeanneau le 10/11/2011 06:59

Monsieur le bon député,

Oui, avec François le Débonnaire, pas d'inquiétude à avoir : "pou zot sapèl", il a promis le recrutement de milliers d'enseignants; et à la plèbe, une retraite à 60 ans, un ratissage d'impôts chez les gros riches ... qui vont lui échapper et se réfugier là où l'on ratisse moins. Le rêve rose est en route ! François va réenchanter la France, il l'a promis ! Après tout, le rêve, selon le philosophe Amiel, est le dimanche de la pensée.

Et pourtant notre bon député, si attentif au bon peuple, sait bien que l'indice de correction de ses amis enseignants a la vie dure et n'a plus sa raison d'être. Mais s'attaquer à ce privilège, c'est se tirer une balle dans les pieds, c'est se priver de sa manne d'électeurs! Il faut savoir se ménager quelques privilégiés !

Pour bien faire, il faudrait remettre devant des élèves tous les enseignants qui, grâce à mai 68, sont déchargés de classe pour servir leur syndicat. Des planqués qui retrouvent seulement leurs élèves dans la rue, lors des manifestations. Le modèle, à La Réunion, est par excellence, Raymond Mollard, qui a passé presque toute sa carrière d'enseignants dans les bureaux de son syndicat, toujours payé par l'Education Nationale ! Oui, indirectement, le contribuable paie une cotisation syndicale !

Monsieur le bon député, "ouvre out canette" !

6.Posté par jason bourne le 10/11/2011 10:18
ben voilà la tva bouge pas , les niches fiscales supprimées , c'est pile poil le programme de Hollande !!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales