Politique

Jean-Claude Fruteau: "Il s'agit de protéger les stations-services"

Suite à sa rencontre avec le Président de la République ce lundi, Jean-Claude Fruteau, député de La Réunion, maire de Saint-Benoît et président de la délégation Outre-mer à l’Assemblée, annonce que "la France va intervenir" sur les quotas sucriers et répond aux stations-services en grève. "J'ai retrouvé la même qualité d'écoute que j'ai toujours connu chez François Hollande", dit-il.


Photo d'archives
Photo d'archives
Invités à échanger à propos de sujets concernant les départements d'Outre-mer, Jean-Claude Fruteau, président de la délégation Outre-mer à l'Assemblée, Serge Larcher, président de la délégation Outre-mer au Sénat et Georges Patient, président de l'intergroupe parlementaire des Outre-mer, ont été reçus par François Hollande et Victorin Lurel ce lundi. Pour Jean-Claude Fruteau, les points majeurs évoqués, à savoir l'agriculture et les carburants, ont été entendus par le Président de la République. "Il a une grande capacité d'écoute et d'assimilation et est une des personnalités politiques à mieux connaître les situations des Outre-mer", assure le député.

Alors que les stations-services sont en grève ce jour à La Réunion et aux Antilles, Jean-Claude Fruteau tient à rassurer les gérants: "Il ne s'agit pas d'augmenter le prix de l'essence, ni de supprimer des emplois. Il s'agit de protéger les stations-services".

Il y aurait, selon lui, un manque d'information à propos du décret et un besoin de concertation entre tous les acteurs concernés, pas seulement les pétroliers. "Il faut arrêter de passer par les pétroliers pour faire comprendre l'impact du décret aux stations. Il ne faut pas oublier que les marges de certains pétrolier atteignent 28%, c'est exorbitant".

Concernant le recul de la fin programmée (en 2017) des quotas sucriers européens à 2020, "la France va intervenir pour l'obtenir", assure Jean-Claude Fruteau. "Nous ne sommes pas opposés à l'aboutissement des quotas, qui sont contradictoires avec les règles du commerce, mais nous avons besoin de temps pour que la filière s'y adapte", ajoute-t-il. Un délai supplémentaire serait par exemple nécessaire pour avoir davantage de débouchés dans les pays européens, grâce à un label réunionnais. "Aujourd'hui, on dit "sucre ou rhum des départements d'Outre-mer" mais La Réunion a les plus grands centres de recherche dans ces filières et donc une valeur ajoutée qui doit être reconnue".
Mardi 10 Décembre 2013 - 15:42
SH
Lu 1256 fois




1.Posté par ? le 10/12/2013 15:56
Pauvre petit homme et vraiment drôle, il ne sait pas s'occuper et gérer sa commune, qu'il veut faire croire à la population Réunion qu'il s'occupe d'elle
Faut cesser les supercheries et de dire au Réunionnais n'importe quoi
Habitant de votre commune, combien d'année vous aviez promis de vous en occuper et toujours pareil
Votre nez ne cesse de grandir
Croyez vous que le président vous a écouter? Il est aussi menteur que vous

2.Posté par PFF le 10/12/2013 16:56
C'est sur qu'il faut protéger la porsche cayenne du gérant de la station service...

3.Posté par ? le 11/12/2013 09:54
Jean-Claude Fruteau: "Il s'agit de protéger les stations-services"
Et nous Réunionnais, ne faut il pas nous protéger, contre cette augmentation sur l'essence et le gaz
Car Mr FRUTEAU ne paie pas l'essence, il roule dans une voiture de fonction avec chauffeur
Lors des discussions avec les gérants et directeurs de la SRPP, il y aura des dessous de table et Mr FRUTEAU fermera sa bouche, comme le fait Mr LE PREFET en ce moment
Il a peut être reçu ordre de l'état de ne rien faire

4.Posté par "L''''INGENU " le 11/12/2013 14:56
QUE ,DE DONNEURS ,DE ,LEÇONS QUE DE CONSEILLEURS " AVISES" !!! ON SE DEMANDE COMMENT LA RÉUNION PEUT ENCORE SE DÉBATTRE AU MILIEU DE NOMBREUX PROBLÈMES DÉLICATS POUr LESQUELLES DES SOLUTIONS EFFICACES TARDENT TANT !!!

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales