Economie

Jean Bernard Caroupaye: "L'Etat n'a donc aucun coeur ?"

Jean Bernard Caroupaye, dans un communiqué, s'insurge des "10.000 mises en demeure pour des entreprises de tout bord". Il accuse directement l'Etat: "a t-il seulement conscience que cette série de mises en demeure se traduira par au moins 5000 chômeurs?". Voici son communiqué:


Jean Bernard Caroupaye: "L'Etat n'a donc aucun coeur ?"
10 000 mises en demeure pour des entreprises de tout bord. Et autant de mises à mort ?

Via l’URSAFF/CGSS/RSI, l'Etat veut-il achever cette foule de chefs d'entreprise qui se débattent dans la crise ? 10 000 maillons d'une chaîne économique grippée et qui souffre.

Ma présence, avec la FNTR, a été constante. Malheureusement, je ne peux que regretter, par moments, la faible mobilisation de certains de mes pairs.

L’automaticité des procédures de la CGSS est-elle adaptée au contexte de crise ? Certes, si elles se conçoivent en temps de "paix économique", ces "automatismes" donnent des signaux inquiétants “d’autisme administratif”.

En attendant la fin de la crise, une clé de la relance du tissu économique est certainement la relance de la commande publique. Au lieu de cela, ces 10 000 mises en demeure représentent autant d'abattoirs pour ces femmes et ces hommes qui luttent pour leurs entreprises. Pour sauver leur investissements et leur personnel.

L'Etat a t-il conscience des 10 000 précarités qu'il va créer ? Et autant de vies menacées de sombrer dans la délinquance. La veille de Noël qui plus est.

L'Etat n'a donc aucun coeur ? Ne connaît-il aucune trêve dans son acharnement ? Pompier pyromane ? L'Etat a t-il seulement conscience que cette série de mises en demeure se traduira par au moins 5000 chômeurs? Faut-il rappeler que nous sommes en pleine saison cyclonique ? La FNTR ne peut rester simple spectatrice d'une telle situation cauchemardesque. Nous demandons la solidarité de toutes celles et ceux qui sont dans la souffrance.

C'est ainsi que nous poussons ce cri du coeur et d’alerte: que l'Etat et la CGSS annulent purement et simplement ces mises en demeure ! Que l'Etat et la CGSS mettent fin à cette boucherie annoncée. Et qu'un New Deal soit au contraire mis en place pour étudier la meilleure réponse. Sinon ? Nul doute que ceux sont 10 000 chefs d'entreprise et autant de salariés qui feront entendre leur voix !

Lors d’une rencontre le 18/12/12, la direction de la CGSS nous précise que des demandes d’étalement sont en cours d’étude « en haut lieu ». Cette administration nous a par ailleurs indiqué sa disponibilité pour assouplir, étaler les dettes patronales, voire supprimer les majorations.

Après les assouplissements sur les parts patronales obtenues, des réponses sont attendues pour la fin de l’année pour étendre le sujet aux parts salariales.

Une demande de rencontre urgente a été faite auprès du Commissaire du Développement Productif, Monsieur Bertrand COUTEAUX. Pour lui exposer les problématiques rencontrées par les transporteurs telles que les 10 000 mises en demeure, les possibilités étalements dettes salariales et patronales et l’attente de la mise en place des dispositions du rapport CNR (Comité National Routier) rendu par les experts venus sur place récemment pour certifier la grille tarifaire. Sans oublier notre inquiétude quant aux futurs tarifs appliqués sur le chantier Gillot (relativement aux évacuations de déblais, marché en cours et à venir). Sans oublier non plus nos doléances quant aux prix que veulent
imposer certains donneurs d’ordre.

Que les 10 000 “mis en demeure” comptent sur notre vigilance…

Jean Bernard Caroupaye
Mercredi 19 Décembre 2012 - 16:23
Lu 1806 fois




1.Posté par Naïf le 19/12/2012 15:38
Chez les hommes, les Entreprises et les Administrations, coeur et porte-monnaie sont incompatibles !

2.Posté par noe le 19/12/2012 15:44
Je ne comprends pas ce "saint" homme ... qu'on a eu un marché tout est calculé dedans : paies , cotisations , bénefs , impôts ...alors qu'a-t-on fait du fric prévu ?
-On a fait la fête avec ?
-On a mal calculé son coup ?
-On a trop dépensé ?
...
Maintenant il faut passer à la caisse ; vendre un peu de biens par solidarité ...
On remarque que souvent ceux qui crient leur détresse devant caméras , sont des malins !
"Manz ma payé !"

3.Posté par Truand le 19/12/2012 15:57
Ce caroupaye est un menteur
S'il est vrai que 10 000 lettres recommandées sont parties, il est aussi vrai qu'une grande partie de ces entreprises ne payent pas leur charges sociales depuis 3 ans
Concurence déloyale de ces individus dont certains roulent en mercedes BMW et 4x4 de luxe envers les entreprises honnetes.
Laissez ce braillard brailler ...

4.Posté par Jacques Hadi le 19/12/2012 16:10
Mi ve pa paye zimpo!!!... mi ve roule dann gro loto!!!

5.Posté par mazenbron le 19/12/2012 16:56
Alleluia :"je mort" est ressucité !

6.Posté par toc toc le 19/12/2012 17:39
1 - l'Etat n'a plus de tunes, nuances.... (et l'Etat c'est les contribuables, donc nous)
2 - je pense que si les entrepreneurs ont reconduit le Président au RSI, c'est qu'ils en sont très contents... donc, s'ils trouvent que le RSI est bien géré, ce qui est loin d'être mon avis, ils n'ont qu'à s'en retourner contre lui.
FAUT PAS TOUT MELANGER !

7.Posté par "CITOYEN RéUNIONNAIS" le 19/12/2012 17:58
CAROUPAYE VA -T-IL RECOMMENCER SON CIRQUE DE LA GRÈVE DES TRANSPORTEURS ???

8.Posté par Angélique le 19/12/2012 19:18
Et mes impôts et mes traites de remboursement de mon ti case et de mon lauto pou aller travailler, si je dois faire comme ce monsieur Caroupaye, je n'honore plus ces dettes, je mène la belle vie et j'attends ensuite que l'huissier vienne devant ma porte pour crier "au secours" et accuser l'Etat. Que chacun prenne enfin ses responsabilités et arrête de vivre au-dessus de ses moyens.

9.Posté par ASSOCIATION STOP INJUSTICE le 19/12/2012 19:40
C'est écoeurant de demander de payer des arriérés en tant de crise, mais comme dit le post 8,c'est pour tout le monde pareil, il faut qu'il y'est une mobilisation de tous les instants, mais est ce qu'on est vraiment solidaires on en doute un peu, vu le peu de monde à la journée des indignés au jardin de l'etat.
Si tout le monde accepte de monter au créneau, pourquoi pas on est partant pour contacter le maximum d'Assoc et de professionnels.
Mais si on prévoit quelque chose, il ne faut surtout pas lacher, c'est vital car cela ne peut plus durer comme cela,les seigneurs dans les chateaux, et nous comme esclaves en train de trimer, pour survivre,
STOP on ne peut tolérer cela plus longtemps UNISSONS NOUS UNE BONNE FOIS POUR TOUTES

10.Posté par la caisse le 19/12/2012 19:53
Les Chefs d 'entreprise qui possède la X6 ou autre grosse berline n'ont qu'à les vendre pour renflouer les caisses car après tout si les caisses réclament c est que l'argent est rentrée dans l entreprise.

Caroupaye joue au malin comme d habitude..................................

11.Posté par Ptipiment974 le 20/12/2012 02:16
Et oui ils se foutent eux même dans la m..... Ils fraudent en se foutant plein les poches et ensuite ils disent qu'il y aura beaucoup de chômeurs. Moi je dis STOP, Mr ces patrons bling bling qu'ils ne veulent que du pognon de plus en plus de pognon, acheter des belles voitures êtes la péter sans penser à la survie de son entreprise et surtout la survie de ses employé

12.Posté par " Vrai coeur " le 20/12/2012 07:35
LE" CŒUR" DE CAROUPAYE SEMBLE ÊTRE SON PORTE-MONNAIE !!!

13.Posté par curebien le 20/12/2012 12:14
faut lui donner un miroir pour noël.

peut etre qu"'avec un peu de honte il l'a fermera.

14.Posté par David Asmodee le 20/12/2012 13:44
Ce n'est pas une question de coeur, mais d'égalité.
Certaines entreprises (comme la mienne, par exemple), ont payé leurs charges. D'autres fraudent délibérément.

Oui à un étalement de charges pour les entreprises en difficulté.
Non à l'annulation. Ou sinon, si l'Etat annule, remboursera-t-il les pigeons qui ont payé ? Ca me ferait un pactole sur les trois dernières années de racket !!!!

C'est une question de justice et d'égalité. Dans ce cas, comment une entreprise honnête peut-elle tenir face à celles qui ne paient pas leurs charges ? C'est de la concurrence déloyale.


A Caroupaye et consorts de faire baisser leurs charges eux-mêmes :
- non renouvellement de cdd
- licenciements économiques
- mi-temps
- reports d'embauches
- acceptation des demandes de rupture conventionnelle des salariés qui rêvent de bouffer leur ssedic
- chômage partiel
Les pistes et solutions sont nombreuses. Il suffit de mettre en oeuvre les procédures qui ne sont pas faîtes pour les chiens. C'est pas facile. Il faut être courageux pour licencier un père ou mère de famille, mais quand on n'a pas le choix, il faut s'y résoudre.

15.Posté par ti nono le 21/12/2012 20:47
zot i voi pa lo vréi problem!!! par konte zot i voi bann chef d'entrepriz n'a gro loto 4/4 larzan joli kazz lé voler menter mové péyerr apré koué enkor!! Zot cé in bann zalou gro kerr!! Zot lé malad alé fé soiye a zot plutot ké kritiké mi lé kréol et fièr de de letre. Mi yaime war mon bann camarde soubat pou nout pays bravo a Caroupaye et lé zot. Y fo awar kouraze pou fé sek zot y fé. Un grand merci pou toute sek y apréci a zote kontinué zot komba konte gouvernement abuzerr emprofiterr volerr nou la besoin domoune kom zot. Lé sir et certin si la pi travay la pi patron la pi lemploi nora plis somaze et la mizèr c un enzeu danzéré pou la sékirité et developement nout pays moin mi yaime pas ete assisté mi yaime travay mi yaime la solidarité sek lé pa kontan allé travay in pé ou sinon allé manzé ma payé!!!.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales