Société

Jacques Tillier attaque le groupe Hersant aux prud'hommes


Jacques Tillier attaque le groupe Hersant aux prud'hommes
 
Jacques Tillier, a décidé selon l'AFP de poursuivre son actionnaire principal, le Groupe Hersant Média (GHM), aux prud'hommes. Interrogé par Zinfos, l'ancien patron du Journal de l'Ile a déclaré que c'était parce qu'il n'était "pas d'accord avec les méthodes du groupe".

En attendant la décision du groupe Hersant, Jacques Tillier reste PDG du pôle de presse Champagne Ardenne Picardie (CAP) qui comprend L'Union-l'Ardennais, L'Est Eclair, Libération Champagne, et le quadri hebdomadaire L'Aisne Nouvelle.

Une première audience de conciliation a eu lieu le 14 septembre mais s'est soldée par un échec. Une nouvelle audience est prévue le 18 janvier 2012.

Citée par l'AFP, une source syndicale du groupe explique qu'il est "de notoriété publique qu'il y a des différences d'appréciation entre la direction du CAP et son actionnaire principal sur l'analyse de sa situation difficile". La direction de GHM fait face à une dette bancaire de 190 millions d'euros et des réductions drastiques des coûts sont envisagées.
Vendredi 23 Septembre 2011 - 10:15
Lu 5261 fois




1.Posté par Tikolon le 23/09/2011 10:20
Après les prudhommes Jacques pourrait faire appel à la CGT !

2.Posté par justedubonsens le 23/09/2011 10:38
Finalement Tillier n'a qu'à rentrer à La Réunion et trouver un emploi d'éditorialiste (le JIR ?) où il pourra revenir agacer tous ces "jean foutre" qui ont bien besoin d'une oreille bien informée pour les remettre à leur place !

3.Posté par cocounjour le 23/09/2011 11:38
sacré site d'actu et de la désinformation vira viré de l'ump!!!!!!! et Tillier viré de chez hersant !!!!!!! c'est un vrai boulot journaliste il ne suffit pas de recopier bêtement les infos des autres

4.Posté par pipoteur le 23/09/2011 11:39
A post 2: Tillier un éditorialiste?
Un éditorialiste partisan et populiste dont le seul fait d'arme est d'avoir été une victime de Mesrine!!

5.Posté par Bonne idée le 23/09/2011 11:59 (depuis mobile)
Moi je dis Tilliers sur Zinfos974 en doublure de Mr Dupuy, elle est pas belle la vie? Qu'en pense les lecteurs? Et votre rédaction? Mr Dupuy?

6.Posté par kitouni le 23/09/2011 13:28
Non moi je dis que ce monsieur reste là ou il est, la place de la presse caniveau et partisane est déjà reprise !

7.Posté par JOSEPH le 23/09/2011 13:55

OUI ,POUR UN BONNE IDÉE ,C'EST UNE BONNE IDÉE ,"Bonne idée" ( poste 5 ) !Qu'est-ce qu'ils attendent ces 2-là pour unir leurs compétence et leur franc-parler ???

8.Posté par polo974 le 23/09/2011 14:25
Oté, le groupe hersant fait presque aussi bien que le groupe caillé...

9.Posté par ANONYME le 23/09/2011 14:34

Moi je voudrais qu'il revienne à La Réunion, il nous manque beaucoup ce cher Jacques, respect et j'espère qu'il aura gain de cause devant les prud'hommes..
A bientôt cher Jacques..

10.Posté par PECPEC le 23/09/2011 15:06
Tillier, le videur de poubelles, ancien de minute, ayant fait de la presse réunionnaise un tas de fumier, en exumant toutes les histoires sordides de l'île en faisant croire que c'était du journalisme. Pour lui une seule issue la presse britanique, friande de ce genre ! Comme le dit un des correspondant, son seul fait d'arme, s'être fait tirer dessus par Mesrine.

11.Posté par Sansblague le 23/09/2011 17:58
Vous pouvez dire ce que vous voulez mais ce que je sais c'est que les tenants du pouvoir polito/judicio/administratif balisaient sec dans l'attente de l'édito du samedi et nombre poussaient un ouf de soulagement quand leur nom n'était cité.
---------------------------
L'objet du recours aux prud'hommes n'est pas bien explicite ( situation difficile par rapport à quoi ?plan de licenciement ?....Précisions SVP.

12.Posté par Un membre du comité départemental UMP (2006-2008) le 23/09/2011 19:15
Il serait fort bien de retrouver Jacques Tillier à La Réunion, j'avoue que ça me manque beaucoup de ne plus pouvoir lire SON édito le samedi matin :( c'était un pur moment de détente de se retrouver autour d'un croissant, d'un café et de l'édito du JIR dans un restaurant de la place.

J'apprécie beaucoup ce monsieur, les journalistes qui ont tenté de le remplacer devraient suivre son exemple. Je vais citer le mot "Le Quotidien" pour respecter la concurrence dans mon commentaire, d'ailleurs, il est regrettable que ce dernier journal ait supprimé la rubrique du samedi matin nommée "petit déjeuner du Quotidien" c'était pourtant une belle initiative là aussi :(

13.Posté par Mérite? le 23/09/2011 23:27 (depuis mobile)
L\'utilisation d\'un canard pour dire n\'importe quoi sous couvert d\'un \'édito\' légalement subjectif sur n\'importe qui a fait la vedette d\'un trouillard se cachant derrière une enseigne: c\'est la définition de Tillier. Titillier les ragots, c\'est sûr, ça paye; et ça finit par payer...à un moment ou un autre, Tillier doit payer ses conneries: dégagez, il n\'y a plus rien à voir. Il est petit tié!

14.Posté par Un membre du comité départemental UMP (2006-2008) le 24/09/2011 10:48
A chaque fois que TILLIER attaquait, sous couvert de son édito, et c'était toute la richesse de son travail d'investigation, il s'assurait de dénoncer, non pas des ragots comme vous le prétendez, mais bien des faits pouvant entraîner des poursuites pénales aux "têtes" de l'édito. D'ailleurs, il était prêt à assumer le risque d'une plainte, il avait les documents, et j'en veux pour preuve, le jour où il a aidé le monde étudiant en dévoilant les frasque de l'ancienne directrice intérimaire du C.R.O.U.S. de la Réunion qui entretenait une relation extraconjugale avec le supérieur hiérarchique de son mari. En fait, cette dame, mariée à l'ancien secrétaire général adjoint de l'Académie, a charmé le supérieur de ce dernier, chargé de l'administration du Rectorat, chef du personnel aussi d'ailleurs, et tout ça pour se faire nommer directrice du CROUS.

A ce titre, TILLIER a utilisé l'information dont la source n'est plus un secret quoi que... en publiant dans son édition "et d'une tête pensante du rectorat qui, profitant d'une minute d’inattention de son copain subordonné de bureau, roule avec la femme de ce dernier".

Grâce à son aide, le CROUS a retrouvé, par la suite, une stabilité politique avec un nouveau directeur, totalement étranger à la crise précédente. C'est pour cela, je persiste et je signe, TILLIER était une arme de destruction massive des mauvais comportements que cela soit en Politique, ou encore dans l'administration. Il a des valeurs pour défendre la MORALE en politique, pour défendre ceux qui se lève tôt le matin et qui ne souhaitent pas TRICHER pour réussir leur vie.

Monsieur TILLER, revenez-nous, aidez-nous, à faire plier les ténors d'immoralité en politique, je pense à ceux qui sont du côté du conseil général... :)

15.Posté par r g le 24/09/2011 12:15
ce monsieur a appliqué au jir une méthode simple : attaquez , acharnez vous , voire diffamez ceux que vous n'aimez pas en publiant de croustillantes histoires plus ou moins réeles (selon les cas) et vous serez gagnant sur tous les tableaux.
1 / vos ventes vont grimper en flèche car le public , en particulier à la réunion , est friand de " ladilafé" salaces sur les "puissants" . les quelques procès en diffamation que vous perdrez et les dommages et intérêts induits seront largement compensés par la hausse des ventes.
2/ comme il reste TOUJOURS une trace des pires révélations même diffamatoires , vous aurez réussi à faire du tort à ceux que vous n'aimez pas de toutes façons.
une équation parfaite , ou comment détruire des adversaires en faisant du pognon !
cette recette qui a si bien fonctionné au jir ne semble pas avoir obtenu d'aussi bons résultats dans les publications dont il s'est occupé en métropole , où les procès perdus auraient surpassé les gains sur la
progression des ventes , d'où son limogage ?
il fut en tout cas un grand précurseur dans l'utilisation d'un média comme arme de destruction politique.
et ceci au nom de la "morale", évidemment !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales