Courrier des lecteurs

[JULES BENARD] Il s'appelait Jules...

Mardi 31 Octobre 2017 - 19:56

... et c'était mon papa, Jules Joseph Antoine, né le 1er. novembre 1922 à La Rivière. Demain, j'irai sur sa tombe s'il y a un bus en service.


[JULES BENARD] Il s'appelait Jules...
Très jeune, il travailla avec son père, encore un Jules (Elysée) à la Balance Coco, Bois-de-Nèfles Saint-Louis. Une terre de pesée qui fonctionne toujours. Juste à côté, il y avait le Gramoune Baba et sa femme, qui perpétuaient l'esprit du vrai maloya : quand té danse maloya, té qui jouait su couvercle bidon l'essence, et là i mangeait rien que boeuf (pas de massalé qui tienne !) et té qui boire rien que le rhum (rhum du Gol, fourni par Léonus, cela va de soi).

A la mort d'Elysée, papa devint responsable de la balance et de l'entrepôt de maïs. Il se lança à la même époque en politique et devint vite le 1er. adjoint du maire Valère Clément, qui le fit aussi adjoint spécial de La Rivière. Puis il remporta le siège de conseiller général de Cilaos (le cirque, alors, était encore un canton de Saint-Louis).

Peu tendre lors des périodes électorales, il oubliait les esprits ennemis lorsqu'il l'avait remporté.

C'est ainsi qu'on lui reprocha d'avoir pris en stop Mario Hoarau maire de Saint-Leu et conseiller général aussi, quand sa voiture, une vieille Citroën C 15, tombait en panne, ce qui lui arrivait encore souvent.

On lui reprocha également de mettre l'eau courante chez des familles communistes. Il se foutait de ces critiques, estimant qu'une maman communiste avec 5 enfants était avant tout une maman.

Un jour pas si lointain, je passai à la mairie de Saint-Louis et rencontrai son ancien maire, un type très bien du nom de Guy Ethève. Entre parenthèses, Guy est un des rares à avoir laissé les finances communales en excellent état, tout comme Christian Dambreville. Tout le monde ne peut en dire autant et je ne vise personne, comme de bien entendu ! Bref, l'ami Guy m'apprit que c'était mon papa qui avait officialisé son mariage et cela le faisait sourire.

La commune de Saint-Louis, alors, était largement alimentée par le richissime Léonus Bénard, usinier et sénateur et ex-maire de la dite commune. Tonton Lucien m'apprit un jour que papa avait failli broyer une tête communale à coups de chaise parce que la tête en question avait voulu prendre une partie de cet argent pour son compte personnel. Papa n'avait pas voulu de cette mascarade et était entré dans une rage folle.

Trahi par ses amis, il avait tiré un trait sur la politique et avait monté une affaire de construction de routes et de bâtiments mais le destin en décida autrement. Il chopa un putain de cancer du pancréas et s'en alla en cours d'opération, à l'hôpital de Saint-Joseph, dans les mains pourtant renommées du docteur Prudent. Mais je vous l'ai déjà raconté.

Me reste le souvenir d'un homme grand, fort, très beau, costaud comme c'était pas permis. Je me souviens du jour où un adversaire beurré était entré dans la cour. Papa le saisit par le col et la ceinture et, le soulevant comme un fétu, le reconduisit au bas des marches jusque dans la rue.

Je me rappelle des histoires racontées par maman Justy, narrant les mésaventures de "ti-Jules-de-Jules", estafette moto de Capagorry et passant par le pont de chemin-de-fer de Corail pour échapper aux gendarmes qui l'attendaient sur la route en-dessous. Sa moto était une Royal-Enfield, comme celle de Lawrence d'Arabie, ça je m'en souviens car c'est avec elle qu'il venait me chercher chez pépé Justinien de Saint-Jo, pour m'emmener en promenade à Langevin.

Je ne l'ai que peu connu, ayant 9 ans et demi lorsqu'il nous quitta. Mais il est là en moi, mon héros, mon Superman à moi. A Michel et Alain aussi, bien sûr. C'est pourquoi la Toussaint, pour nous, c'est avant tout le souvenir impérissable de Jules Joseph Antoine.
Jules Bénard
Lu 6814 fois



1.Posté par rito le 31/10/2017 23:38

Hommage poignant d'un fils à son père parti trop vite. Beaucoup d'émotions et d'humanité. "Le temps qui efface tout n'efface pas le souvenir", une phrase écrite au charbon de bois sur la façade d'une vieille maison délabrée, habitée par un vieux monsieur il y a plus de cinquante ans et que je méditais déjà du haut de mes dix ans.

2.Posté par Rémy Bourgogne le 01/11/2017 06:47

Oté M.Benard, à la Rivière nous dit "granmoune" ;-)
Très bon billet.
RB.

3.Posté par Pamphlétaire le 01/11/2017 06:56

Ce qui a disparu de ce temps là, ce sont les principes de la bonne morale, la morale de devoir, la morale de l'obligation. La morale depuis trois décennies va en augmentant mais pas dans le bon sens comme celle qui ressort de votre article M Jules Bénard. La morale actuelle est sournoise, insidieuse, fourbe, perfide, hypocrite aussi bien dans les mots que dans le comportement de la majorité des citoyens et des élus. C'est une simple constatation qui se révèle chaque jour.

La morale : ensemble des règles de conduite considérées comme valables de façon absolue. Éthique; bien; valeur; devoir. Mais c'était hier, n'est-ce-pas?

4.Posté par mortier le 01/11/2017 09:09 (depuis mobile)

Je comprends mieux, malgré des demandes, vous ne racontez pas comment les élections d''antan se passaient.

5.Posté par Thierry le 01/11/2017 09:48

... à Jules, qui, face à son miroir, nous renvoie ses bouts de vie, une partie de notre vie aussi puisque la Réunion s'est construite autour de chaque bout de l'Histoire de chacun.

Notre génération a cette chance d'avoir vécu la Réunion AUTHENTIQUE. Aujourd'hui, la Réunion se dématérialise, même ladite Mémoire qui part sur des disques durs pour se transmettre alors qu'hier, elle se transmettait au cours de réunion de familles ou d'amis.

La morale se perd surement mais bien après le "VIVRE". ... Qui demain pourra raconter d'aussi beaux souvenirs assis derrière un écran aujourd'hui.

Serions-nous morts vivants ? déjà ?

Continuez à nous faire réfléchir Jules. Merci !

6.Posté par Jules Bénard le 01/11/2017 09:52

à posté 4 "mortier" :

Le déroulement folklorique (mauvais folklore, soit) a été décrit par le menu dans bien des ouvrages. Ne serait-ce que dans Le Mémorial où Vax et moi en avons longuement disserté, témoignages à l'appui. Dans "La Réunion en bandes dessinées" de Gérard Forat aussi.
Vous voulez quoi ? Que je vous dise que papa a fait comme les autres ?

7.Posté par Lesseps le 01/11/2017 09:58

Sûrement quand ce temps là on n’aurait pas dénoncé un chauffeur de bus par mail :) caché derrière son écran ...

8.Posté par MICHOU le 01/11/2017 11:02

Un grand merci Jules pour ce moment d'émotion partagé

9.Posté par VIEUX CREOLE le 01/11/2017 11:38

Hommage trés émouvant d'un Fils à son Père ...Je ne pense pas avoir connu votre Père Mais" mon Paternel " trés certainement puisqu'il a travaillé à " Bois Nèfles coco" pour " les Établissements L..Bénard" à plusieurs reprise... Il nous parlait souvent d'un Certain " Toutou Bénard " avec qui il s'entendait trés bien ...Mais j'étais jeune Gamin à l'époque ....Le temps a emporté bien de souvenirs et je n'habite plus la ville de St louis à laquelle je suis toujours trés attaché ....

10.Posté par VIEUX CREOLE le 01/11/2017 11:45

Hommage trés émouvant d'un Fils à son Père ...Je ne pense pas avoir connu votre Père Mais" mon Paternel " trés certainement puisqu'il a travaillé à " Bois Nèfles coco" pour " les Établissements L..Bénard" à plusieurs reprises... Il nous parlait souvent d'un Certain " Toutou Bénard " avec qui il s'entendait trés bien ...Mais j'étais jeune Gamin à l'époque ....Le temps a emporté bien de souvenirs et je n'habite plus la ville de St louis à laquelle je suis toujours trés attaché ....

11.Posté par salaison bourbonica le 01/11/2017 10:42

On a vraiment besoin de supporter ça toutes les semaines

12.Posté par bonnemémoire le 01/11/2017 16:11

Toujours aussi bien enlevé et savoureux .
Maintenant laissez-moi vous dire que vous ne facilitez pas le travail des généalogistes avec jules, fils de Jules et lui même fils de Jules.
En attendant de découvrir une autre de vos chroniques, bien à vous.

13.Posté par pfffff le 02/11/2017 11:51

merci M.BENARD pour ces quelques notes du passé....pas si lointain, on apprécie toujours vos articles et souhaitons vous lire pour de nouvelles aventures très bientôt!

14.Posté par A mon avis le 02/11/2017 12:38

C'est la mode d'étaler son intimité dans les medias !
Mémoire sélective !.....

15.Posté par Adam. le 02/11/2017 13:48

une vie passé, une vie typique de notre cher pays inscrit a jamais dans notre basalte. Que de souvenir, de scène de vie, de gens de valeurs, chaque Homme est une histoire dans l histoire . Chaque histoire se doit d'être connue et dites, mais l oublie fini toujours comme la mort nous effacer de cette terre. mon cher Jules merci de nous narrer ces histoire de notre Réunion, car la Réunion n'est plus .

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 17 Novembre 2017 - 15:31 Le fameux chemin pavé

Vendredi 17 Novembre 2017 - 15:28 Au secours, ils m’ont pris ma crèche !