Société

J-Y Minatchy juge "scandaleux" les propos de Lurel sur la fin des quotas sucriers


J-Y Minatchy juge "scandaleux" les propos de Lurel sur la fin des quotas sucriers
Les déclarations du ministre des Outre-mer, Victorin Lurel, lors de son audition au Sénat, sur la fin des quotas sucriers ne sont pas passées inaperçues à la Réunion.

Des propos jugés "scandaleux" par Jean-Yves Minatchy, le président de la CGPER, malgré la tentative de retropédalage initiée par le cabinet de Victorin Lurel jeudi soir.

Dans le communiqué publié jeudi soir, Victorin Lurel "tient à rappeler que le gouvernement n'a eu de cesse de défendre la filière canne, sucre et rhum des Outre-mer depuis 18 mois, en particulier dans le dossier de la fiscalité des rhums devant l'Union européenne. La volonté de préserver l'avenir de cette filière nécessite d'anticiper collectivement avec les élus et les professionnels des outre-mer les conséquences de la fin des quotas sucriers prévue pour la campagne 2017. (...) L'enjeu est bien le confortement de la filière et ses perspectives de développement dans ce nouvel environnement".

Mais pour Jean-Yves Minatchy, cela n'enlève pas les propos tenus au palais du Luxembourg, où Victorin Lurel a pour la première fois évoqué "une reconversion de la filière canne".

"C'est vraiment grave, c'est un scandale !  Le masque est tombé, explique-t-il. Jusqu'à présent, c'était l'Union Européenne qui remettait en cause le fonctionnement de la filière canne. Maintenant, c'est le gouvernement français, via son porte-parole Victorin Lurel, qui la remet en cause", souligne le président de la CGPER, qui s'inquiète du devenir des "3.800 planteurs et des 15.000 emplois générés par la filière canne-sucre".

"S'il y a une baisse au niveau des financements de l'Union Européenne ou de la France pour l'agriculture en général, ce sera au gouvernement de gérer l'explosion sociale à la Réunion", prévient Jean-Yves Minatchy. "Si on transforme les hectare dédiés à la canne en prairies ou en terres pour maraîchage, que vont devenir les producteurs et les maraîchers de l'île ?", se demande-t-il par ailleurs.

Sécheresse : "Les négociations sont en bonne voie"

Jean-Yves Minatchy, dont le syndicat demande des mesures d'urgence pour compenser les difficultés des planteurs liées à une sécheresse sans précédent, est par ailleurs autant préoccupé par les négociations actuellement en cours à ce sujet que par les déclarations du ministre.

"Les négociations sont en bonne voie", souligne le vice-président de la Chambre d'agriculture, qui ajoute que "toutes nos revendications sont prises en compte". Depuis qu'une motion a été déposée par la CGPER, mardi 12 novembre à la commission paritaire de la canne et du sucre (CPCS), deux réunions de travail ont eu lieu et une nouvelle se tiendra en début de semaine prochaine. "A situation exceptionnelle, il faut des mesures exceptionnelles", soutient Jean-Yves Minatchy.

Le syndicat agricole réclame le solde de l’aide à la production, la recette bagasse-énergie, la prime bagasse-production et la recette mélasse, mais aussi une aide de 1.000 euros par hectare. pour faire face aux dépenses liées à la replantation de la canne, ainsi que la prise en charge du betel pour lutter contre le ver blanc, et enfin une aide de 300 euros par tonne d’engrais pour relancer la repousse des cannes après la coupe.
Vendredi 15 Novembre 2013 - 16:41
Lu 1698 fois




1.Posté par Jeff le 15/11/2013 17:05
Les sucriers européens, notamment allemands et français, vont récupérer plus de 330 millions d'euros auprès des Etats membres, pour solde de la politique de soutien aux exportations longtemps menée par l'UE, ont indiqué vendredi des sources européennes.

Les groupe allemands Sudzucker et Nordzucker, premiers du secteur, le français Tereos et britannique British Sugar doivent notamment se voir allouer ces fonds, d'ici le 30 septembre 2014, à l'issue d'un long bras de fer juridique avec la Commission européenne.

Les montants, destinés à être répartis entre les producteurs individuels, doivent atteindre environ 96 millions pour les sucriers allemands et 90 millions pour les français, selon les mêmes sources.

Au total, les remboursements atteignent 295 millions, dont dix ont déjà été versés, majorés d'intérêts de l'ordre de 50 millions.

Pour la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni, le solde entre ce que l'Etat devra rembourser et ce que percevront les sucriers est positif. La perte doit par contre être nette pour les pays non-producteurs ou entrés tardivement dans l'UE, comme l'Espagne, l'Italie, la Roumanie, la Bulgarie et la Croatie.

Les modalités de ce remboursement, imposé par une décision de la cour de justice européenne de 2012, viennent d'être finalisées par les représentants des Etats, et doivent être avalisées par un prochain conseil des ministres de l'Agriculture.

La justice européenne avait été saisie par plusieurs groupes sucriers, qui contestaient une réforme en 2002 par la Commission européenne de sa méthode de calcul de la "cotisation sucre", soit les montants versés au budget européen par les producteurs en contrepartie des subventions aux exportations qui leur revenaient jusqu'en 2005.

Désavouée une première fois, la Commission avait calculé qu'elle devait verser 10 millions d'euros aux sucriers pour les trois campagnes de récolte concernées, mais les sucriers ont contesté ce solde. Ils ont finalement obtenu que la Cour reconnaisse leur propre calcul.

La politique sucrière européenne a été réformée en 2005 pour réduire sur quatre ans le montant des subventions européennes soutenant la filière.

bof! pour ce que j'en dis

2.Posté par L'INSOUMIS le 15/11/2013 17:08
Le syndicat agricole réclame le solde de l’aide à la production, la recette bagasse-énergie, la prime bagasse-production et la recette mélasse, mais aussi une aide de 1.000 euros par hectare. pour faire face aux dépenses liées à la replantation de la canne, ainsi que la prise en charge du betel pour lutter contre le ver blanc, et enfin une aide de 300 euros par tonne d’engrais pour relancer la repousse des cannes après la coupe.

C'est tout !
Non mais je reve plus assistés que les rmistes, que les fonctionnaires, que les transporteurs, il y a ces E.F...ES de gros planteurs....Voila toutes les gangrenes de notre Ile reunies !

Bien joué Lurel ! Mais je pense malheureusement que le marché du 4X4 va etre en crise.

Vivement que ces parasites arretent de nous faire chier et si jamais ils bloquent les routes, nous serons là pour les débloquer..!

A bon entendeur !

3.Posté par Les sucriers sont des dealers... le 15/11/2013 17:53
...subventionnés !

4.Posté par Après la journée du diabète le 15/11/2013 18:04
Ce n'est pas la fête chez le sucriers !

5.Posté par ? le 15/11/2013 18:19
Vive Mr LUREL, cela fait un moment que cela devait cesser, de donner des subventions à tout va aux agriculteurs
Maintenant les planteurs de canne à sucre, devront plus se mouiller le maillot, au lieu de se plaindre et ne vivre que pour les subventions pour un oui pour un non

6.Posté par UP REUNION le 15/11/2013 20:54
VIVE L AUTONOMIE ALIMENTAIRE DOMMAGE QUE CELA VIENNE DE PARIS, ON NE FERA PAS LA FINE BOUCHE ET NOUS SOMMES PERSUADES QUE LES AGRICULTEURS SAURONT S'ADAPTER ET SE DEBARASSER DES LOBBIES QUI METTENT LE LAS DAN ZOT COU. CE QUI PERMETTRAIT D'AVOIR DES PRODUITS DE QUALITE UP. NOU VA ARRIVE. FO ARRETE EKOUT BAND REKIN LA TER

7.Posté par Poucette le 15/11/2013 21:06
Moi je les trouve pas scandaleux. On doit absolument se délivrer des lobbies du sucre, qui squizzent nos terres, se gavent des subventions de l'Europe. Je suis pour que toutes ces terres agricoles reviennent à tous les agriculteurs qui attendent une terre afin de nourrir leur compatriote et leur famille par la même occasion. Ce mec a été acheté par les sucriers. Dehors.

8.Posté par Poucette le 15/11/2013 21:09
C'est Jean Claude FRUTEAU qui va bouder, lui qui a toujours soutenu les sucriers..... Le sucre de betteraves est aussi bon et on a trouvé du sucre naturel qui nous ruine ni la santé ni l'environnement !

9.Posté par Poucette le 15/11/2013 21:10
Et Lurel remonte dans mon estime !

10.Posté par Zarbi le 15/11/2013 21:21
Ce qui se passe en Bretagne : fin des "restitutions" c'est à dire des primes à l'exportation = effondrement de l'agro-business , va arriver sur l'île ; il est temps pour la Réunion de penser à son autonomie alimentaire plutôt que de continuer à importer de la malbouffe .

11.Posté par realiste le 15/11/2013 22:11
"Si on transforme les hectare dédiés à la canne en prairies ou en terres pour maraîchage, que vont devenir les producteurs et les maraîchers de l'île ?"


Minatchy t'es le meilleur...... forcement si ces terres à cannes deviennent des terres maraîchères ou fourragères elle pourront nourrir soit les réunionnais, soit le bétail péi, au lieu de devoir se gaver de produits d'importation!!!!!
Cette phrase montre bien toute votre connivence avec le lobby du sucre mr Minatchy, qui ne souhaite en rien l’évolution de l'agriculture réunionnaise vers un peu plus d'autonomie!

12.Posté par La Cour TI KREOL le 15/11/2013 23:48

Les planteurs à la Réunion passent leurs temps à pleurer alors qu'en réalité ils font partie des gens les plus riches et les plus protégés de la réunion.

Les agriculteurs de la filière cannes à la réunion sont des enfants gâtés contrairement à la plus part des réunionnais.

C'est comic de voir un homme aussi riche que monsieur Minatchy parlé d'explosion sociale.
J'aimerais voir une étude sur le salaire des propriétaires de cannes à la Réunion.

13.Posté par Tonton le 16/11/2013 10:17
Lui, Lurel, il defend "sa" Guadeloupe - pas les DOM, il s'en fiche de la Réunion.

Il n'est pas à l'hauteur de son poste. A quand un remaniemant du gouvernement ?

OU sont les députés Réunionnais??? Notamment PS - Madame Bareights, Mme. Orphé, Mr Vlody, & Mr Lebreton - vous êtes OU ????
On ne vous entends pas - on ne vous voit pas non plus - êtes vous des députés FANTOMES ???

14.Posté par Vieutang412 le 16/11/2013 10:44
@POST 10 MERCI "une reconversion de la filière canne".
il est temps pour la Réunion de penser à son autonomie alimentaire plutôt que de continuer à importer de la malbouffe.


JE SUIS ENFIN D'ACCORD AVEC LUREL CE QUI REMONTE UN PEU MON ESTIME ET ENVIE DE DIRE MERCI A UN SOCIALISTE QUI A DES COUILLES.

Il faudrait par la même occasion profiter de cette opportunité pour mettre en place un régime spécial de TVA à 95% pour tous les intrants chimiques ou autre poisons comme l'alimentation des animaux vivants en batteries les engrais et tout ce qui nous empoisonnent
l'interdiction absolue des produits issus du groupe MONSANTO....


15.Posté par Kaf Malbar le 16/11/2013 12:05
Monsieur Minatchy que tout le monde connait bien a Sainte-Marie, comme tous les Minatchy y défend ses intérêts avant tout , dans le reclassement des agriculteurs de Mapérine il a eu les meilleurs terres avec son beau frere le patron de CBO l'ex entreprise de 2 vieux châteaux. Monsieur Minatchy attends son heure et veut nous embrouiller encore qu'il passe son chemin car il nous a mis 30 ans dans la vue avec ses prises de positions qui a empêcher la Réunion de faire sa transition agricole et d'avancer. band boug Kom sa y fé mal a nou arret el sa.

16.Posté par ? le 16/11/2013 13:15
Bravo Mr LUREL continuer comme cela et Mr MINATCHY cessera de pleurer comme tous les agriculteurs
Trop de subventions pour les agriculteurs Réunionnais, mais leurs produits toujours plus cher

17.Posté par SIMPLE REUNIONNAIS LAMBDA le 16/11/2013 14:17
Décidément un communiste restera toujours un communiste capable de tenir un discours cohérent, ,toujours démagogue comme ce n'est pas possible : hier il ne tenait pas ce discours admettant que le gouvernement a toujours défendu" la filière -cannes" ! Le P.CR. comme tous ses militants à la tête de différentes organisations satellites NE CHANGERONT JAMAIS !!!

18.Posté par jean-francois le 16/11/2013 16:14
vivement les prochaine municipal pour changer tout ca!!!

19.Posté par Vieutang412 le 16/11/2013 18:09
Ce qui est dommage c'est que les prochaines élections on verra ressurgir ces professionnels de la politique plus baiseurs les uns comme les autres, la point 1 pou tirer "le peuple par le peuple pour le peuple " c'est un doux rêve d'avant 1789 inscrit dans la constitution a contre coeur par les bougeois que néna rien a foutre de la démocratie,

le peuple lé là comme un couillon la seule chose que li néna c'est un bulletin de vote de l'autre côté na toujours ces memes bourgeois que lé là pou zot gueule rien que zot gueule, la fini rempli zot poches ec l'argent des cons-tribuables, des travailleurs bernés, par les banques, les gros zozos et les multinationales, qui décident qui ça y sera en place,

si ou lé oki et y fo ou sa vende out case ou ou ca fé in pret pou finance out zelection, nora toujour le meme merde en place, si au moins créole té comprend in fois pou toute kosa i lé in bulletin de vote et si pou in fois dans zot vie zot té regarde ot chose que la télé, les medias menteurs, nou nora in vré révolution

y fo foute en l'air ce bande pro de la politique rode in bougue ou in femme sans parti, aide a li, mette a li en l'air, suive in liste qui represente le peuple vote pou aine ti candidat sans parti, sans machine a fric dans son boyo in moune qui veut fait bouge sa commune que lé capab propose in autre modèle de société zot va trouver!!! mais siouplé arrete ec ce bande requins su le retour rouve zot yeux....

DROITE GAUCHE NOU NA RIEN A FOUTRE REUNIONNAIS EN L'AIR, ENSEMBLE

20.Posté par Frigidaire le 16/11/2013 19:01
Avant d'applaudir LUREL il faut aussi que le rhum des Antilles soit dans le même "bertel". La canne à sucre est un désastre pour les terre de la Réunion depuis que la population ait atteint la barre des 700 000. Les surfaces cultivables auraient être replantées en agrumes et légumes sauf que Monsieur De Chateauvieux (encore lui) faisait la pluie et le beau temps avec l'aide de Verges, Lagourgue and co. Maintenant qu'il est installé au Vietnam, le problème n'est plus le sien mais des planteurs qui ont cru aux gros blancs. Il ne faut pas oublié l'histoire de la Réunion.

21.Posté par jumeau_974 le 17/11/2013 23:52
La réalité des propos de Lurel est la suivante : les aides spécifiques aux DOMs vont être amenés à se redistribuer et tout est fait pour sauver la filière banane antillaise, au détriment du sucre réunionnais (je suppose que le sucre antillais n'est pas concerné).

La banane antillaise est "foutu" : contamination des sols au chlordécone, pas de mécanisation possible, baisse des rendements, et forte concurrence de la banane dollar mais également celle des autres RUP. Il lui faut donc plus de subventions, ce que les autres pays de l'UE ne veulent plus payer. Donc le gouvernement va payer et veut le faire à budget constant, donc on le prend à la Réunion !

Tant que la betterave européenne aura ses subventions, je ne verrais pas pourquoi la Réunion ne les aurait pas ! Je voudrais poser une question à ces 20 personnes précédentes qui ont applaudi : quel secteur à la Réunion n'est pas sous perfusion et exporte ?

La canne à sucre réunionnaise, contrairement à ce que l'on dit, est entré dans une démarche de compétitivité depuis la réforme OCM de 2003 : augmentation de la taille des parcelles, mécanisation et améliorations foncières, irrigations, formation technique, ce qui a permis de maintenir le niveau de production malgré la forte baisse des surfaces cultivés, afin d'arriver d'encaisser cette baisse de 38% du prix !

Durant cette dernière décennie, quel autre secteur a fait cette démarche de compétitivté ? La fonction publique sur-rémunéré ? le secteur BTP sous perfusion de la défiscalisation ? C'est bien d'ouvrir les yeux, mais il ne faut pas le faire à moitié ! Toute la politique nationale a malmené la production de biens et de services à la Réunion ! Il n'y a que les importations qui sont encouragés (Vindémia : premier groupe de la Réunion !).

Quant à la transition vers les productions nationales et végétales, la filière ne tient que parce qu'il y a l'octroi de mer. Ce qui compte c'est le côut de production : on n'est pas compétitif avec Madagascar ou les autres pays de la région. La logique aurait voulu que l'on fasse cette démarche en même que celle de la canne, mais le conseil général ne l'a pas fait.

Et ce n'est pas en remplaçant 25 000 hectares de cannes par des légumes que l'on y arrivera. Il faudrait des serres agricoles hydroponiques capables de compenser le coût de la main d'oeuvre locale par des forts rendements.

Mais ceci coute cher ! : 100 000 euro/Ha pour une serre plastique à 1 000 000 euro/Ha pour les plus élaborés. Qui a les moyens ?! Il faudrait des subventions mais vous n'en voulez pas il me semble ! D'ailleurs le gouvernement n'en veut pas : trop cher, et il ne veut pas priver les groupes métropolitains (Bonduelle et cie) d'un marché pour ses conserves !

Il y a ce qui se voit, et il y ce qui ne se voit pas : les deux faces de la pièces.
Pour finir, je dirais que ces agriculteurs vivent à la réunion, consomme à la Réunion, épargnent à la Réunion. Ils concourent donc à l'activité économique de l'île ! Et arrêter de croire qu'ils sont tous milliardaires : un travail difficile, où l'on travaille toute l'année à crédit que l'on paie à la fin de l'année si la récolte a été bonne sinon c'est la ruine, exposé à des problèmes sanitaires importants (recrudescence des cancers dû aux pesticides). Bref, une vie pas si rose que celà : je ne connais aucune personne échangeant son travail bureaux climatisé contre cette vie ...

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales