Economie

J-Y Minatchy : "Les incendies sont criminels, mais les agriculteurs n'ont rien à voir avec ça"

Jean-Yves Minatchy, président de la Chambre d'agriculture, a accepté de s'exprimer sur ce début de campagne sucrière, et notamment sur les foyers d'incendie qui ont ravagé quelques champs de l'Est.


Image d'archives
Image d'archives
Voilà deux jours que la campagne sucrière a démarré. Les champs de canne seront au fur et à mesure coupés et le paysage transformé. Alors que l'activité à l'usine du Gol démarre à partir du 15 juillet, celle à l'usine de Bois Rouge bat son plein. Capable de broyer près de 8.000 tonnes en 24 heures, c'est 45 à 48.000 tonnes de cannes à sucre qui peuvent être englouties chaque semaine par la centrale. Les agriculteurs l'avaient annoncé, cette récolte devrait être bonne...

Encore faut-il que les champs restent intacts. En début de semaine, certains ont pu observer des fumées noires s’élever des champs de canne et des particules de paille carbonisées se disperser dans l’air. Les trois incendies qui se sont déclarés à Sainte-Anne et à Sainte-Marie ont fait quelques dégâts... "Les cannes qui ont été brûlées représentent 7 à 8.000 tonnes", affirme Jean-Yves Minatchy.

Pour le président de la Chambre d'agriculture, il s'agit sans aucun doute d'incendies criminels. Et certainement pas, pour lui, d'actes d'agriculteurs, comme l'affirment bien volontiers certains. "Moi aussi j'ai entendu beaucoup de gens dire que ce sont les agriculteurs eux-mêmes qui mettent le feu car au final ce serait intéressant pour eux. Mais je vous assure que la perte financière est importante", explique Jean-Yves Minatchy.

Le brûlage : Une pratique réelle et ancienne

Pourtant, l'ouvrier qui s'adonne au brûlage est une pratique, réelle et ancienne. Payé suivant un barème calculé en fonction de la surface récoltée, il opte pour ce mode de récolte qui s’est largement répandu depuis plusieurs dizaines d'années, pour gagner plus. Avec la mécanisation, le brûlage apporte ses avantages : Une meilleure visibilité pour le chauffeur de machine car toutes sortes d'ordures et de débris se retrouvent parfois dans les champs, une plus grande vitesse de travail et un meilleur amortissement de la machine soumise à moins rude épreuve.

Mais depuis plusieurs années, pour des incidences environnementales, des gênes pour la société et aussi parce que les techniques de récolte évoluent, le brûlage de pré-récolte de la canne est en constante régression et de plus en plus décrié.

Jean-Yves Minatchy insiste, au bout du compte, le gain ne serait pas si intéressant : "les agriculteurs le savent, après avoir brûlé la canne, ils doivent rapidement trouver de la main d'œuvre et utiliser plus de machines pour récolter et transporter. Ils perdent en richesse et en tonnage".
Mercredi 7 Juillet 2010 - 12:02
Melanie Roddier
Lu 1213 fois




1.Posté par polémique Victore le 07/07/2010 12:13
Ben voyon.......les imbéciles aiment mettre le feu aux cannes juste comme ça.......
Que cela rende service aux agriculteurs? un hasard tout simplement....
Il n'y a pas de fumé sans feux...dit le proverbe......

2.Posté par bwarouz le 07/07/2010 14:11
moui ....ah qui profite le crime alors ??

3.Posté par polémique Victore le 07/07/2010 21:01
Tu ne lis pas les articles........bwarouzzzzz.....

4.Posté par grangaga le 08/07/2010 02:31
Ils sont gagnant surtout , pardon! sur tout, Mr Minatchy...... D'autant plus qu'il y a un quota de tonnages à la semaine, par hectare et propriétaire, alors que les cannes brulées sont prioritaires........

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales