Société

Interdiction de baignade et d'activités nautiques: "Je n'avais aucun autre choix", avoue le préfet

Interpellé récemment par le Syndicat des professionnels des activités de loisirs (SYPRAL) concernant les conséquences de l'arrêté préfectoral réglementant la baignade et certaines activités nautiques dans le cadre du risque requin, le préfet de la Réunion répond point par point dans un courrier adressé au SYPRAL.


Interdiction de baignade et d'activités nautiques: "Je n'avais aucun autre choix", avoue le préfet
"L'enjeu, en terme de vies humaines, ne me laissait aucun autre choix pour assurer la sécurité des Réunionnais", martèle le préfet. Une nouvelle fois attaqué, Jean-Luc Marx défend sa ligne de conduite dans le dossier du risque requin, ligne de conduite caractérisée par un arrêté particulièrement restrictif en direction de certaines activités en mer et de baignade.

"S'agissant de l'impact économique de la crise requin, je suis bien évidemment conscient des conséquences directes de cette dernière sur l'activité économique des professionnels de la mer, en particulier celle des entreprises de surf", écrit le représentant de l'Etat. "Pour autant, chaque décision a été longuement étudiée", rappelle le préfet.

"J'assume ces mesures d'urgence"

Dans son courrier, le préfet rappelle au syndicat que ses décisions ont largement été imposées par les termes de l'ordonnance du Conseil d'Etat du 13 août 2013, dans laquelle le risque d'attaque de requins a été qualifié de "situation exceptionnelle". En conséquence de quoi elle imposait aux autorités de "déterminer d'urgence les mesures de nature à réduire ce danger", fait-il savoir.

L'autre information importante qui ressort de ce courrier tient dans la prolongation de l'arrêté que Jean-Luc Marx n'hésitera pas à reconduire si la situation n'évoluait pas d'ici le 15 février 2014, date d'échéance du présent arrêté.

"Ces mesures d'urgences, je les ai prises. Je les assume et les prolongerai aussi longtemps qu'elles seront nécessaires", annonce-t-il.

------
Un extrait du courrier adressé aux professionnels des sports de loisirs :

Interdiction de baignade et d'activités nautiques: "Je n'avais aucun autre choix", avoue le préfet
Mercredi 16 Octobre 2013 - 11:36
.
Lu 1597 fois




1.Posté par breizhatoll le 16/10/2013 13:01
et zéro requin péché dans le cadre de la recherche sur la ciguatera depuis juillet c'est de la faute a pas de chance peut être !
Mauvaise foi et incompétence font décidément bon ménage a la préfecture ces temps ci !

2.Posté par jean francois Ducon le 16/10/2013 14:53
1.Posté par breizhatoll
et zéro requin péché dans le cadre de la recherche sur la ciguatera depuis juillet c'est de la faute a pas de chance peut être !


voila bien une reflexion de bureaucrate: pecher pour pecher alors que depuis on a confirmé que la peche etait inutile (confirmation par le sud africain specialiste en drumlines) puisque les requins ne sont pas sédentaires. Bien evidement le bureaucrate a les yeux scotché sur sa feuille de route et reste déconnecté de la realité et de l'argent public qu'il croit sans fond.

3.Posté par noe le 16/10/2013 15:06
Bravo M. le Préfet !
J'adhère à votre bon sens !

Préférons la baignade dans les piscines ou la douche ...c'est plus prudent !

4.Posté par ZEA le 16/10/2013 15:41
Pendant ce temps, aucune mesure sérieuse n'est prise.. on attend on regarde et quand on ne verra plus de requins peut-être un jour, je vous autoriserai à retourner vous baigner, jusqu'au prochain accident.. Ils n'ont pas grand chose à faire des réunionnais et de la vie bordmer.. On attend que le temps passe.. en attendant, trouvez autre chose.. Depuis 2010 ça dure.. Désolant..

5.Posté par breizhatoll le 16/10/2013 16:51
a post 2

décidément vous méritez parfaitement votre avatar.

Jamais cliff n'a affirmer que le bouledogue n'était pas sédentaire et pour ce qui est des études charc elles démontrent bien la sédentarisation des bouledogues (les tigres ont toujours été connu pour voyager étant des pélagiques). Pour ce qui est de l'idiot bloqué a sa feuille de route vous en etes un parfait exemple !

6.Posté par Nono le 16/10/2013 17:19
2.Posté par jean francois Ducon
ya pas de doutes tu mérites ton pseudo....
"pecher pour pecher alors que depuis on a confirmé que la peche etait inutile"

la régulation est une action de pèche qui a un impact sur le comportement et le nombre des requins....pas besoin d'être un scientifique pour le savoir..tous les pécheurs le savent.

7.Posté par Dominique TOUSSAINT le 16/10/2013 17:31
Deja de 1: Je répète en copié collé ce que j'ai dit ailleurs et n'épargne pas le préfet à la botte des écolos fanatiques. ..
" Pas de langue de bois ! Tout sur la table ! Et même, utiliser la corde sensible de son insularité domienne et exploiter l'ambiguïté de son poste aux DOM , lui qui est originaire d'un d'entre eux (*) : Mr le Ministre, simple hypothèse, imaginez vous un instant en train de decreter l'interdiction de la baignade sur les côtes de votre département d'origine, alors que tous les pouvoirs publics seraient restés inactifs pour empêcher cela ? Quelle serait la réaction de vos concitoyens ?
(*) : sous entendu, s'il ne fait rien c'est parce que c'est pas son département d'origine...du coup il serait obligé d'en faire encore plus pour s'éviter des critiques de considérations partisanes, ce qu'un ministre "de tous les français domiens" ne peut se permettre. ..

De 2: C'est le fait d'avoir gérer la crise et de continuer à la gérer de la manière la plus stupide au monde qui rends notre cas unique. La seule chose que le préfet ait voulu sauvegarder, c'est son cul face à la décision du conseil d'état qui l'a mis en demeure de se faire son travail. il a attendu deux ans pour pour ça. On interdit pas la circulation sur l'ensemble du pays lorsqu'un carrefour est dangereux. I'interdiction c'est le moyen de refiler le problème aux surfeurs en pensant ainsi mettre sa responsabilité sous abri, il n'a rien réglé du tout.

De 3: Le probleme, c'est que pour partir loin c'est nous qu'ils fument ces cons ! Ils mentent sur ordre de la prefecture ou de la région, le mot d'ordre c'est pas un mot sur les attaques ni les requins, tenez on vous file 400 000 euros pour acheter la vaseline...MERCI alé baign dann bassin......Aprés le lagon sera en mode fosse sceptique avec tt ce monde. L'IRT quelle bande de comique SERIEUX...
Revenons aux "iles vanilles", enfin les autres ne le sont plus dangereuses, car elles ont réglé allègrement le problème des requins, à Mada, aux Seychelles et à Maurice, le requin est un poisson. C'est ça que Feyantoll oublie de dire!
C'est sa leur solution... JOUER LA MONTRE, ATTENDRE KON SE LASSE ET KON LAISSE TOMBER.... apré pu de pb. va touzour assiz si nout' kaboss kan mem é vomi su lé zinconscient 'blondiné' de l'ouest... Prochaine attaque ds le lagon, on mettra la faute sur la creme solaire Avene et subvention po alé achté la creme en squaléne chez Gargamel ds le Sud ki evité lé zatak rokin... Po lé gar gran et maigr, i conseille le spécial mayo laresse competition from 'DD'. Sa va déclencher un moovemen féministe car banna la pwin in mayo from 'DD'...alors les filles une idée du mayo anti rekin ke zot voudré?

Dernié po la route: Ca vous étonne encore qu'un spécialiste du bichique et une spécialiste du corail ne connaissent rien des requins ??? On veut tous connaître les motivations du maître d'ouvrage (l'état) à avoir attribuer le marché public "étude CHARC" à l'IRD. Qui peut nous transmettre le rapport d'analyse des offres, ainsi que le mémoire justificatif du titulaire du marché ? Est-ce que Monsieur SERET était mis en avant dans l'organigramme de l'équipe d'études vendue, et si oui, pourquoi lui a-ton mis une muselière, alors qu'il semblait être le seul spécialiste en requins de l'IRD ? Cette étude est quand même payée avec nos impôts, tous comme les scientifrics qui affichent tant de dédain/mépris à l'égard des usagers de l'océan, qui sont inquiets pour la survie des lagons, la protection de la biodiversité (menacée par la surpopulation de bouledogues), le tourisme,... Ce type d'expérimentation : développement d'une espèce invasive, ne vous rappelle pas l'épisode "mouche bleue", mais je crois que c'était le CIRAD qui avait fait de la Réunion, une terre d'expérimentation scientifique !!!

http://especes-envahissantes-outremer.fr/pdf/revue_presse/fev_avril2010.pdf

8.Posté par Ben là ouais làààà le 16/10/2013 18:18
QU'ON METTE CES POLITICO SCIENTIFIQUES A L'EAU EN BAIE DE ST PAUL. ET ON VERRA SI ILS NE TROUVENT PAS DE SOLUTIONS POUR SECURISER LES REUNIONNAIS!!

9.Posté par Dominique TOUSSAINT le 16/10/2013 18:55
La preuve que c'est un vrai zoiso!

"Je n'avais pas le choix" pfffffffffffffff....

Quand on est un responsable compétent, public de surcroît, payé par la communauté nationale pour assurer la sécurité des citoyens qui plus est, chargé de tant de pouvoirs et de responsabilités, on agit, on fait preuve d'anticipation et ON SE DONNE LES MOYENS DE NE PAS SE RETROUVER DANS UNE SITUATION QUI NE VOUS LAISSE PAS LE CHOIX.
Il avoue lui-même non seulement son impuissance et donc son incompétence crasse (après tout s'il avait agi mais dans le mauvais sens, il pourrait toujours dire qu'il s'est trompé, et on pourrait peut-être faire preuve de tolérance, à voir...), mais il avoue au contraire sa négligence coupable qui, j'espère, le traînera devant les tribunaux.
Mais ne crions pas victoire si tôt, souvenez-vous du nuage de Tchernobyl ou du scandale de l'amiante, et autres sang contaminé, les principaux responsables, hauts fonctionnaires notamment, élus, tous relaxés voire même pas inquiétés... sans chercher à jouer les Cassandre, je ne suis pas très optimiste.
Et d'ailleurs, au final, même si la condamnation des responsables amènerait un tout petit peu de consolation aux familles des victimes qui verraient leur statut reconnu, alors qu'elles ont été vilipendées par ces salauds, c'est surtout d'éviter de prochains drames dont nous avons besoin.
L'action judiciaire, oui, mais l'action de sécurisation des lieux de baignade et d'activités nautiques, urgent !

10.Posté par savalli hugues le 17/10/2013 06:40
Et en plus il a l'air content, c'est le premier MARX d'extrème droite, Karl doit se retourner dans sa tombe. Le droit au littoral est un droit constitutionnel, "SAUF A LA REUNION".

11.Posté par lou le 17/10/2013 11:21
bordel ben allez y vous baigner!!vous nous gonflez carrément maintenant!!vous voulez quoi?????detruire les requins la loi vous l'interdit!!vous ne vouliez plus d'accident le Prefet a pris que vous le vouliez ou non les mesures qui s'imposait et arretez avec vos tremolo d'ecolo bobo !!!on peut pas vous interdire de rentrer dans l'eau ben allez y mais ne venez pas faire un scandale si un de vous se fait croquer!!!maintenant y a des choses beaucoup plus importante dans la vie que votre petit loisir!!et ne vous en déplaisent l'ocean appartient aux poissons donc aux requins aussi!!!!!

12.Posté par polo974 le 17/10/2013 14:06
Je viens de relire l’arrêté. c'est interdit sanf dans le lagon et dans les espaces aménagés et zones surveillées.

Donc les surfeurs peuvent s'organiser pour mettre en place une surveillance et pouvoir ainsi retourner surfer...

Au-lieu de cela, ils pleurent et demandent à ce que ce soient tout le monde qui supportent le coût de leur activité commerciale selon le bon vieux principe de la socialisation des coûts et de la privatisation des bénefs...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales