Société

Insécurité : "Les Réunionnais se sentent peu protégés"

L'Insee a publié les résultats d'une enquête anonyme pratiquée sur un échantillon de 1500 Réunionnais âgés de 18 à 75 ans concernant la violence sur l'île. Une étude qui montre qu'un tiers des Réunionnais a été victime de violences en 2009 ou 2010 et que le sentiment d'insécurité est supérieur à celui de la métropole. Un Réunionnais sur dix est touché par une atteinte sensible (agression sexuelle, etc...), notamment les femmes.


Insécurité : "Les Réunionnais se sentent peu protégés"
Selon une enquête intitulée "cadre de vie et sécurité", il y a moins de victimes de violences à la Réunion qu'en France métropolitaine. Cette enquête anonyme qui porte sur un échantillon de 1500 Réunionnais âgés de 18 à 75 ans est une "photographie de la société réunionnaise", indique Benoît Hubert, directeur de cabinet de la Préfecture. Une étude qui n'émane pas des statistiques des forces de l'ordre mais est anonyme, "ce qui laisse une entière liberté de parole", ajoute Sophie Elizeon, déléguée régionale aux droits des femmes.

"Plus il y a de violences sensibles, moins il y a de plaintes"

Entre 2009 et 2010, 195.000 adultes réunionnais ont été exposés à des violences, au moins une fois, que ce soit dans leur ménage ou en dehors. Les victimes représentent ainsi 36% des personnes âgés de 18 à 75 ans, contre 43% en métropole. Cependant, l'étude révèle que le sentiment d'insécurité est plus prégnant à la Réunion. En effet, 18% des personnes déclarent se sentir souvent ou de temps en temps en insécurité dans leur quartier, contre 11% en métropole, et 17% à leur domicile, contre 8,5% en métropole. "Il s'agit d'un ressenti", précise Valérie Roux, directrice régionale de l'Insee. "Sept victimes de violences intra-famililales sur dix sont des femmes", précise Sophie Elizeon, qui indique que "c'est dans le foyer où on est censé être en sécurité que la femme l'est le moins. Plus il y a de violences sensibles, moins il y a de plaintes", regrette la militante.

En deux ans, 18% des Réunionnais ont été victimes d'atteintes personnelles. Et les violences sensibles, qui sont les exhibitions, gestes déplacés, baisers volés, atteintes sexuelles hors ménage et violences intra-ménage touchent près de 10% de la population, contre 6% en métropole.

"Le taux d'élucidation d'affaire est largement au-dessus de la moyenne national"

De plus, "les Réunionnais se sentent peu protégés", indique Anne Levet, chargée d'étude à l'Insee. En effet, 51% des interrogés se disent insatisfait de l'action de la police et de la gendarmerie dans la société française. "Il faut dire qu'on nous demande beaucoup de choses, des affaires qui ne nous concernent pas et qui sortent du cadre de notre fonction et les gens ne comprennent pas forcément pourquoi on n'intervient pas", explique Sophie Rozis, adjudant à la gendarmerie de Saint-Denis. "Le taux d'élucidation d'affaire est largement au-dessus de la moyenne nationale", précise Benoît Huber, "mais la situation insulaire et la surmédiatisation des faits-divers à la Réunion peut expliquer ce sentiment exacerbé d'insécurité".

Il n'y a pas de profil type de victime. Toutes violences confondues, les hommes et les femmes sont touchés dans les mêmes proportions.
Jeudi 5 Juillet 2012 - 14:07
Lu 1213 fois




1.Posté par FAIVRE Daniel le 05/07/2012 16:13
Le gouvernement actuel,et l'ancien n'aimes pas les victimes,ils les méprise, la justice n'existe plus
les avocats,et les juge et procureur, n'aimes que les violeurs,les criminels,les délinquans,les polititiens corompus, peut'ètre qu'avec la racaille il y a plus d'argnt a gagner, les victimes, justice,gendarme,et policier leur marche dessus, mais pour nous rackétter, sur la route ils sont fort c'est plus simple de remplir une contravention que de courrir après des criminel, sa leur fait trop de travail, ras le bol d'ètre escroquer par des gouvernement qui gaspille

2.Posté par kada le 05/07/2012 17:11
LES DROITS DE L’HOMMES
Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression.
Considérant qu’il est essentiel d’encourager le développement des relations amicales humaines

L 'INSECURITE EST ENORME A LA REUNION SUR TOUT LES PLANS , la raison les lois ne sont pas appliquées ! la surmédiatisation des faits-divers non, si les medias parlaient de la réalité la Réunion serait deja en guerre civile !

les Réunionnais se sentent pas du tout protégés",

3.Posté par noe le 05/07/2012 19:20
Dommage que nous n'avons pas confiance en nos Forces de l'Ordre ...
Est-ce que pour cela que beaucoup règlent leurs comptes durement avec le sabre , le couteau ou le fusil ?

4.Posté par UN OBSERVATEUR 974 le 05/07/2012 19:53
Attendez, ce sont les forces de l'ordre présentes à la Réunion qu'il faut mettre en cause. Ils ne font rien hormis prendre le soleil et des points retraite sup pour un séjour dans la DOM et point barre. Ils se battent pour avoir une mutation dans les DOM tellement les avantages sont nombreux.

Vous téléphonez au 17 et ils vous raccrochent au nez, je suis témoin et j'ai prévenu le procureur sur ces faits. J'en ai bcp à dire sur le 17 à la Réunion. J'ai demandé au Procureur pour plusieurs dates d'écouter les bandes d'enregistrement pour constater les comportements lamentables des fonctionnaires employés dans ce centre des appels d'urgence basé à St Denis.

Vous appelez la gendarmerie, ils débarquent une heure après, la tete enfarinée. Surtout, ne les dérangé pas la nuit, oh la la malheur pour vous. A la Réunion, ce sont des fonctionnaires, ce ne sont plus des militaires. 8h - 12h et 14h - 18h.

La différence est énorme entre le comportement d'un gendarme à la Réunion et un gendarme en métropole.

Ne parlons pas des commandants de certaines brigades de gendarmerie à la botte de certains maires pour tels ou tels avantages reçus par les mairies : repas gratuits etc ....

Faut constater le nombre de délits dans un petit département comme la Réunion. C'est hallucinant. Combien de meurtres sont dus parce que les gendarmes n'ont certainement pas été à l'écoute pour prévenir des risques existants. Aucune prévention à la Réunion. Ils savent mais ils ne font rien.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 16:50 Les écoles de Saint-Louis au bord de l'explosion

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales