Faits-divers

Infanticide à St-Benoît: Il venait d'apprendre qu'il n'était pas le père de Mattéo

En fin de matinée, le procureur de la République, Philippe Muller, a tenu une conférence de presse suite au terrible drame qui s'est joué hier à Saint-Benoît. Selon les premiers éléments en sa possession, Jean-Charles A. aurait pu agir par vengeance. L'auteur présumé du meurtre du petit Mattéo aurait appris par la mère du petit garçon qu'il n'était pas le père, provoquant sa colère. L'autopsie de Mattéo était toujours en cours en fin de matinée.


Infanticide à St-Benoît: Il venait d'apprendre qu'il n'était pas le père de Mattéo
On est loin du rite sacrificiel évoqué en premier lieu. Selon le procureur de la République, Philippe Muller, le meurtrier présumé
du petit Mattéo aurait pu agir par vengeance. "Au départ il s'agit d'un conflit entre la mère et l'auteur présumé. La mère lui aurait appris qu'il n'était pas le père de l'enfant. S'en est suivi des violences dirigées sur la mère puis sur l'enfant", explique Philippe Muller. Une thèse avancée après l'audition de la mère, toujours hospitalisée, en fin d'après-midi de ce mercredi. "Le drame ne serait pas interprétable comme étant un rite sacrificiel. On penche sur un crime qualifié de vengeance. L'auteur aurait retourné sa colère contre l'enfant", poursuit Philippe Muller.

Après avoir frappé la mère de l'enfant, Jean-Charle A. s'est retranché dans la maison avec Mattéo. C'est à cet instant que la mère est partie chercher du secours. "Selon les premiers éléments, le drame a eu lieu à l'intérieur de la maison", souligne le procureur. Les traces de sang importantes relevées dans la maison font penser aux enquêteurs que Mattéo aurait été décapité et éventré à l'intérieur de la maison. Mais sur les faits, le procureur n'est pas en mesure d'indiquer le "déroulé" exact. "Il n'y a eu aucun témoin direct du drame", poursuit-il. Toujours selon les premiers éléments de l'enquête, Jean-Charles A. n'était pas sous l'effet de l'alcool. "Des analyses de sang sont en cours pour savoir si l'auteur était sous l'emprise de drogues et/ou de médicaments", précise Philippe Muller.

Rien ne permet également de savoir si l'enfant a été brûlé. "On a retrouvé des papiers brûlés à l'intérieur de la maison et près du corps de l'enfant", avance le procureur.

Recherché par les forces de l'ordre depuis fin avril

Une certitude, Jean-Charles A. était connu de la justice pour des faits de vols avec violence, mais était également sous le coup d'un avis de recherche de la part des autorités. Condamné à six mois de prison ferme dans une affaire d'exhibition sexuelle, il ne s'était pas rendu à son entretien avec le juge d'application des peines (peine aménageable si inférieur à deux ans ndlr). "On lui avait notifié sa condamnation en janvier 2013. Il devait prendre rendez-vous avec le juge dans les deux mois, mais il ne s'est pas présenté", explique Philippe Muller. Jean-Charles A. était donc recherché par les gendarmes depuis la fin du mois d'avril en vue d'une interpellation.

Toujours placé en garde à vue à Saint-Benoît, Jean-Charles A. ne se prononce pas sur les raisons qui l'ont poussé à passer à l'acte. "Il est calme, mais tient des propos incohérents à certains moments", précise le procureur. L'auteur présumé devrait être déféré dans la soirée ou dans la matinée de demain.

Les qualifications retenues sont le meurtre sur enfant de moins de 15 ans accompagné d'acte de torture et de barbarie. Jean-Charles A. devrait être également poursuivi pour violence volontaire aggravée sur la mère de Mattéo. Il risque la réclusion criminelle à perpétuité.
Jeudi 20 Juin 2013 - 11:58
Lu 14086 fois




1.Posté par le mur des cons le 20/06/2013 14:37
Pendant ce temps là un manifestant anti mariage pour tous prend 2 mois ferme .
J'me suis dit : y'a une justice quand même.

2.Posté par dexter le 20/06/2013 15:13
et alors quel est le rapport avec les homos la???

3.Posté par Indigné le 20/06/2013 16:17
Il risque la réclusion criminelle à perpétuité.


Il prendra 20 ans max, il en fera la moitié...

4.Posté par Anonyme le 20/06/2013 16:21
Donc on vit dans une société où on peut être condamnés à de la prison ferme mais être libre de ses mouvements ?

5.Posté par Kréol le 20/06/2013 16:51
Il était recherché par les gendarmes qui ne l'ont pas trouvé!! Donc à la Réunion on peut ne pas se présenter au tribunal sans être vraiment recherché sérieusement... La justice et les gendarmes mais aussi les gens qui n'ont pas dénoncé ce malade tout en sachant qu'il était déjà recherché sont tous coupable de la mort de l'enfant!!

6.Posté par un papa, une maman le 20/06/2013 17:46
Dix ans après, il revint tout ému
Et dit à son père,
" Devine ce que j'ai vu ! "
Dans la plantation,
On vient d'embaucher
Plus de cinquante filles
Du village d'à côté

Hélas mon pauvre enfant
Les Dieux sont contre toi
Toutes ces filles sont tes sœoeurs
Et ta mère ne l'sait pas

Oh Papa, quel malheur
Quel grand malheur pour moi
Oh Papa, quel scandale
Si Maman savait ça

7.Posté par FAIVRE Daniel le 20/06/2013 19:46
la réclusion criminelle à perpétuité, sa n'existe pas dans 15 ans il sera embauché en priorité dans une mairie, la justice, et les gendarme, et tous les services de l'état n'aime pas les victimes, la ministre ding ding vat décoré d'une médaille ce criminel, ils l'on déjà fait.

8.Posté par franck974 le 20/06/2013 20:18
ce type doit être puni comme il se doit

9.Posté par Thierry le 20/06/2013 21:14
On dirait que même la justice tourne l'affaire à une sauce bizarre ... il n'y a qu'une chose qui soit sure, l'enfant lui est mort ... et dans d'atroces conditions ... après l'histoire du loup-garou et cette blague " il était brûlé" maintenant ne le serait plus !!! que doit-on en penser ?

Par "blague" vous comprendrez que le mot n'est de circonstance que pour s'interroger...

10.Posté par L'Ardéchoise le 20/06/2013 23:59
Otez-moi d'un doute : je croyais que le "ti-père" était le "beau-père", j'ai du rater un épisode durant mes années à La Réunion...
Le crime est tellement horrible que l'on se demande pourquoi, comment, on peut lui trouver des circonstances atténuantes, comme hélas on peut le lire sur certains commentaires des différents articles concernant ce sujet.
C'est du grand n'importe quoi.
Une chose est certaine, c'est relié par les médias nationaux et Internet. le mal est fait : une fois de plus, La Réunion prend du plomb dans l'aile.

Reste le fait : un crime sans nom, peu importe où il se passe, il y en a d'autres aussi insoutenables ailleurs.

Oui, partout, il y a des fêlés graves, des femmes qui feraient mieux, quitte à passer pour des guenons, de s'accrocher à des bananiers , parfois des hommes victimes aussi de violences qu'on ignore.

Quelle justice, et même que veut dire justice dans un tel cas ?

L'aîné de mes petits-fils a 4 ans. Je ne garantis rien de ce que je serais capable de faire si une telle chose devait arriver, je ne suis pas sûre que je ne serais pas capable moi également du pire vis-à-vis de l'auteur d'un tel niveau de violence, quitte à y brûler le reste de ma vie.

Je ne souhaite qu'une chose, c'est que l'on ne mette pas en avant l'irresponsabilité du meurtrier, parce qu'alors il vivrait des jours tranquilles dans une structure psychiatriques durant quelques années avant d'être relâché dans la nature...
...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:53 Le CROSS évacue un marin philippin par hélicoptère

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales