Social

Indulgence des banques pour les ex-salariés de l'Arast

Après à peine une heure de rencontre autour d'une table au siège de la Caisse d'Épargne, à Saint-Denis, le Collectif contre les abus bancaires a pu obtenir la promesse des banques qu'elles feront preuve de compréhension face au cas des ex-salariés de l'Arast. Mais jusqu'à quand ?


Le Collectif contre les abus bancaires a rencontré Christian Fara, président sortant de l'association des banques de La Réunion, cet après-midi, à 14h. La présidence à été reprise ce matin par Daniel Deguin de la BNP.

Étude aux cas par cas

Ressortis trois quarts d'heure après, le Collectif a pu obtenir la promesse de l'étude "au cas par cas" des situations des ex-salariés de l'Arast qui ne perçoivent plus aucune rémunération depuis fin novembre 2009.

La décision avait en fait déjà été prise ce matin, lors de l'assemblée générale de la FBF (Fédération des banques françaises). Une note sera transmise à l'ensemble des directeurs généraux des banques pour que chaque agent bancaire face preuve d'indulgence et de compréhension. D'autre part, un moratoire a été décidé et qui suspend les dettes des ex-salariés de l'Arast de fin novembre 2009 jusqu'au mois de janvier 2010.

Christian Fara reconnait que la situation des ex-salariés de l'Arast est "dramatique". "On peut chacun à son niveau faire un effort", assure le directeur régional de la Caisse d'Épargne. Mais ce dernier regrette "le manque de visibilité" dans cette affaire. En effet, personne ne sait quand est-ce que ces ex-salariés, victimes de la liquidation de l'Arast, percevront leurs indemnités de licenciement. "Il nous faut savoir une date limite, sachant que nous sommes des entreprises très encadrées par les procédures" tient-il à rappeler.
Mercredi 13 Janvier 2010 - 16:12
Karine Maillot
Lu 1467 fois




1.Posté par Vigileance le 13/01/2010 19:34
Je ne crois mais pas du tout que les banques joueront le jeu. Lorsque le monde économique s'est trouvé en difficulté, les petites entreprises, les banques ne leur ont fait aucun cadeau. Méfiez-vous de leurs promesses.

2.Posté par Choupette le 13/01/2010 21:11
@ 1.Posté par Vigileance

Dan' oui n'a point bataille..., les créoles le savent ça.

3.Posté par Denis Bigeard le 13/01/2010 22:50
il FAUT une Loi pour que tous les citoyens victimes d'un "accident de la vie" (licenciement, divorce, décès du conjoint, ...) soient protégés de la rapacité des banques qui profitent de ces situations pour ajouter agios, commissions, frais et autres..... La Loi devrait protéger les citoyens dans ce cas pendant 6 ou 12 mois par interdiction d'application d'autres frais que les simples agios normaux de découvert. Comme d'habitude, c'est trop simple !!

4.Posté par Basile le 14/01/2010 08:35
Je rappelle l'épisode précédent : ce sont les banques qui ont foutu le monde entier dans la merde !

Merci, les banques !


Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales