Social

Indianité en outre-mer : "il faut combattre la culture de l’oubli"

Hier, se tenait à la délégation interministérielle à Paris, un colloque sur le thème : "De la migration à l'intégration: les apports de l'indianité à l'outre-mer français". Comme l'a souhaité Jennifer Lépage, organisatrice de l'événement et présidente de l'association "Agir Ensemb pour une France de toutes les couleurs", le débat a surtout pris des allures de "devoir de mémoire". La culture indienne a été ensuite mise à l'honneur par un spectacle de danse suivi d'un cocktail aux couleurs de l'Inde.


Indianité en outre-mer : "il faut combattre la culture de l’oubli"

Hier, les hindous fêtaient le Maha Shivaratri, une journée de jeûne suivie d’une nuit de veille, en l’honneur du dieu Shiva. Cet événement, bien que célébré d’une manière discrète à la Réunion, rappelle toutefois que nos sociétés ultra-marines sont composées d’immigrés issus des quatre coins du monde, parmi lesquels certains sont venus de l’Inde.


J. Pélage, P. Karam et Jean Sahai
J. Pélage, P. Karam et Jean Sahai

Afin de remémorer ce pan de l’histoire du peuplement de l’outre-mer, Jennifer Pélage, présidente de l’association Agir Ensemb pour une France de toutes les couleurs, a réuni à la délégation interministérielle à Paris, avec le soutien de Patrick Karam, des réalisateurs, écrivains et autres intellectuels, autour du thème : "De la migration à l'intégration: les apports de l'indianité à l'outre-mer français". "Ce type de réflexion participe à un devoir de mémoire", argumente-t-elle en introduction. "Il faut combattre la culture de l’oubli", a plus tard renchéri Henri Hazaël-Massieux, historien et écrivain. En présence de Jean Sahai, chercheur, essayiste et modérateur du colloque, et, avec le président-fondateur en France de GOPIO (Organisation Mondiale de la Diaspora Indienne) Augustin Radjahpandien Benoît, le cadre de l’audiovisuel et chercheur Jude Sahai, le doctorant en civilisation indienne et initiateur du concept de l’indianité Gilbert Francis Ponaman, ainsi que le producteur-réalisateur Barcha Bauer, il a tenté de "relater l’histoire oubliée" des indiens de l’outre-mer.


Indianité en outre-mer : "il faut combattre la culture de l’oubli"

Après un exposé des conditions dans lesquelles s’est effectuée cette migration forcée vers la Réunion, la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane, les intervenants se sont ensuite concentrés sur l’indianité aux Antilles. Leurs échanges ont d’ailleurs été précédés d’une projection de la première partie d’un documentaire intitulé "Les Indiens de la Guadeloupe et de la Martinique". Documentaire réalisé par Barcha Bauer et Gérard César.


Comme des esclaves, les engagés subissent des conditions de travail très difficiles

Jean Sahai et H. Hazaël-Massieux
Jean Sahai et H. Hazaël-Massieux

On y redécouvre que les travailleurs indiens ont été "apportés" pour pallier le manque de main d’œuvre auquel devaient faire face les planteurs après l’abolition de l’esclavage en 1848. On y apprend ensuite que leur sort ne s’est pas avéré plus enviable que celui des anciens esclaves et que les "coolies" (ainsi étaient surnommés les contractuels indiens) ont connu les mêmes humiliations et mauvais traitements. "En réalité, sous Napoléon III, divers décrets vont contrarier la liberté dont sont censés bénéficier les engagés", explique Henri Hazaël-Massieux. A tel point que leur situation ressemblera de très près à une situation d’esclavage. Et ceci sans qu’ils ne bénéficient, contrairement aux affranchis, de la nationalité française. Cette nationalité, ils vont finir par l’acquérir au terme du long combat mené par un homme cher aux yeux des indiens de la Guadeloupe : Henry Sidambarom. "Son œuvre est immense, grandiose, exemplaire et humaniste", a affirmé Gilbert Francis Ponaman en rendant hommage à ce guadeloupéen d’origine indienne qui a su se faire une place dans la société guadeloupéenne.


Valeurs tamoules mais aussi valeurs créoles

Jude Sahai et G.F. Ponaman
Jude Sahai et G.F. Ponaman

Aujourd’hui, il est admis que les indiens ont contribué à la formation de la société créole antillaise contemporaine. Ils en font partie, autant qu’ils la font. "Nous conservons nos valeurs tamoules mais nous avons aussi nos valeurs créoles", précise Gilbert Francis Ponaman. "La communauté indienne aux Antilles est importante mais mal connue. Pourtant nous intégrons parfaitement ses apports, tel que ses apports culinaires comme le colombo", a fait remarquer pour sa part Patrick Karam.


A droite : B. Bauer
A droite : B. Bauer

Par ailleurs, les indiens se sont unis à des personnes d’autres origines. Pour Barcha Bauer, "par ce métissage, ils sont bien représentés au niveau des médias, même si cela ne se voit pas forcément". Cependant le réalisateur met en garde sur un autre point : "sans l’aide publique, ce type de documentaire, relatant l’histoire oubliée, ne pourra plus se faire". Le délégué interministériel l’a alors rassuré en annonçant la création, en 2011, d’une agence gouvernementale pour la promotion et la diffusion des cultures d’outre-mer. 2011 sera aussi l’année de l’outre-mer ainsi que l’avait souhaité le Président de la République, Nicolas Sarkozy, lors de ses vœux pour l’outre-mer le 19 janvier dernier.


Augustin Radjahpandien Benoît et Jennifer Pélage
Augustin Radjahpandien Benoît et Jennifer Pélage

Après le colloque, mise à l'honneur  de la culture indienne avec un spectacle de danse suivi d'un cocktail aux couleurs de l'Inde
Après le colloque, mise à l'honneur de la culture indienne avec un spectacle de danse suivi d'un cocktail aux couleurs de l'Inde
Samedi 13 Février 2010 - 08:06
Bérengère Lefèvre
Lu 4239 fois




1.Posté par creolia le 13/02/2010 08:50
Enfin, on reconnaît qu'il y a eu des indiens qui ont marqué une partie de l'histoire des DOM. On a trop tindance à l'oublier. Figurez-vous qu ceux qui sont allés déposer une stèle à Pondicherry, ce mois de janvier 2010 n'ont pas pensé aux descendants d'indiens de la réunion , ni aux engagés. Ils ont mis devant l'Institut Français de Pondicherry, à vie , un tableau représentant : 1 chinois, un cafre et un malbar.
Pourqoui ? Pour nous nous effacer à vie.

2.Posté par OPAK104 le 13/02/2010 13:09
Bonjour Creolia votre remarque est pertinente mais s'apparente à du communautarisme. Moi-même suis petite fille d'aînés engagés. Mon arrière grand-mère qui vient de l'Inde et sa famille ont contribué à l'épanouissement de l'économie de l'Ile par le biais de la plantation de la canne à sucre. Figurez-vous qu''en étant à la Réunion, dans les conditions que nos aînés ont vécu, nous ne pouvons plus prétendre à ce qu'ils étaient de purs indiens. Car si vous balayez leur histoire, il y a eu du métissage à l'époque avec d'autres esclaves dont en parle le moins souvent : les cafres qui ne sont que des malgaches, des africains. Puis les chinois. Il me semble parfaitement louable que ceux qui sont allés déposer la stèle à Pondichéry l'ont dédié en représentant : le chinois, le cafre et le malbar. L'histoire de la Réunion ne se constitue pas uniquement par le malbar et avec le malbar, sachez-le! Depuis mon arrière grand-mère indienne il y a eu du métissage avec des cafres, des yabs. Moi-même suis née d'une maman malbaraise (déjà métissée avec une cafrine) et d'un père cafre. Ce n'est pas autant que je revendique plus une origine par rapport à l'autre. Mon métissage ne m'a jamais posé de problème, je n'ai jamais eu honte de mon métissage. Le cafre, le malbar, le chinois et le zarabe qu'on oubli ont autant leur place à la Réunion que n'importe qui! Et tous ont fait de la Réunion ce qu'elle ait aujourd'hui : le miroir des cultures, le miroir des couleurs, le miroir d'une cohésion et d'une harmonie sociale. Arrêtez en revendiquant que le malbar est plus qu'un autre. Car je trouve qu''en ce moment on s'en approprie plus par phénomène de mode. Le malbar et tout ce qui le compose autour n'est pas un zoo à partir duquel on peut exposer une catégorie de la population car elle représente une valeur ajoutée politiquement. Qu'on reconnaisse au malbar ce que de droit et rien de plus. Le malbar n'a jamais rien demandé! Tout autour on en fait un tapage car la population malbar représente une manne non négligeable à toutes les sauces! Ils sont allés à Pondichéry faire leur simagrées à aucun moment, nous malbar, nous malbar caf, nous malbar métissé leur avons solllicité pour une telle opération pour nous médiatiser sans nous les véritables concernés! Car qui faisait partie de cette délégation? Où étaient ces malbars, ces malbars cafs, ces malbars métisses qui ont vraiment oeuvrés pour l'économie de la Réunion? Non personne de cette catégorie était présente. Que des personnalités qui ont des mandats au sein des institutions, des alimentaires, des veilleurs de coques, des familles influentes, des propriétaires terriens, des amis, des familles des alimentaires et de ceux qui ont un mandat. Allez cherche le p'tit malbar vendeur de bazar : n'a point!, le malbar coupeur de canne, agriculteur, éleveur, chômeur, le malbar la perd la race : n'a point. Ce n'est purement et simplement qu'un cirque qui est allé faire leur numéro et se donner en spectacle en Inde avec l'argent du contribuable. Et ces contribuales ne font qu'engraissés ce genre de profiteurs! Encore une fois les malbars tous confondus de la Réunion n'ont jamais rien demandé à ce titre. Car si c'était le cas toute la communauté des malbars aurait été concerné. Là encore ça s'est fait par affinités, sur une sélection très sélective, sur le poids du malbar (sa capacité financière, sa capacité à influencer...) en comité restreint, en misouk. Sachez que sans toute cette comédie, que le malbar, le malbar caf, le malbar métissé se porte bien, est heureux, s'épanouit, n'est pas un mendiant, est un fin artisan, un fin économiste, un fin penseur, et s'en sortira toujours sans toute ces publicités mensongères et exploitatrices. Comme si nous ne sommes pas assez marqués comme ça, qu'il faut jouer avec les stigmates de notre histoire pour récolter le fruit de notre labeur et de notre souffrance! Désolée mais les engagés, les descendants d'indiens de la Réunion ne sont demandeurs de rien, n'ont à ce jour sollicités aucune institution pour ce genre de reconnaissance. Tout ce qu'ils peuvent demander : le respect, l'entente, la fraternité, le partage, une cohésion sans distinction de races. Car depuis l'histoire à ce jour, le seul qui soit capable de regrouper toute une population multiraciale, c'est le malbar, le malbar caf, le malbar métissé. Le seul à partager sa religion, le seul à ouvrir les portes de son kovil sans repousser l'autre qui n'est point malbar, qui ne pratique pas l'hindouisme : c'est le malbar, le malbar caf, le malbar métissé. Le seul à partager pendant des jours un repas avec toutes les races confondues, riches, pauvres, SDF, rebus de la société sans les vendre : c'est le malbar, le malbar caf, le malbar métissé. Le seul à ouvrir son coeur à toutes les races c'est le malbar, le malbar caf, le malbar métissé car c'est le seul depuis l'histoire qui n'a jamais eu honte de se mélanger, de fusionner sa race avec l'autre, les seuls à ne pas imposer leur religion soit à leur épouse, époux, qui laissent libre choix à l'un et à l'autre de pratiquer sa religion en fonction de sa foi, de sa sensibilité. Les seuls à pratiquer 2 religions (catholiques et hindouisme) et à les respecter même si cela leur a été imposé car ils n'avaient pas le choix au cours de l'esclavage, de l'engagisme. Se sont encore les seuls qui gardent les traces de cette exploitation : les autres ont leur unique religion! Se sont les seuls qui ont accepté dans le silence qu'on déforme et transforme leur nom de famille car ils n'étaient rien et ne représentaient rien pour le pays, et qui a réparé tout ce zèle, toute cette discrimination : personne! Ils sont les seuls à avoir vécu dans la confusion : identité destruite, affiliation détruite, pratique de la religion à interdite obligation de se vouer au catholicisme à l'époque, obligation de modifier son prénom en mettant toujours devant pour une fille : Marie et pour un garçon : Jean, culture détruite, histoire détruite. Les malbars, les malbars cafs, les malbars métissés ont toujours été décriés car ils étaient toujours montrés du doigt, accusés de sorcier, ils étaient toujours associés au mal. Et pourquoi? Par ignorance, parce qu'on ne connaissait et ne voulait pas comprendre son histoire, sa culture. Ils étaient méprisés ce jusqu'à aujourd'hui : parfois on nous interdit le tambour lors des cérémonies car c'est trop bruyant mais à aucun moment on a adressé ce genre d'attaques aux autres communautés qui sont aussi bien plus bruyantes que nous. Aujourd'ui l'engagisme est aboli, mais on essai de nous contrôler sous une autre forme en passant cela sur le droit : interdiction de faire du bruit à tel heure, interdiction de jeter ci et ça là et j'en passe... Nous sommes abominables et des barbares car nous sacrifions des animaux... Mais les autres qui font aussi ce genre de pratique dans d'autres religions ne sont pas des barbares! On trouve des objets, ou présences mystiques : ben c'est le malbar, le malbar sorcier, le malbar qui essai de nous faire du mal! Le malbar a toujours bon dos pour endosser toutes sortes de dérives. Et là encore il a bon dos pour asseoir son électorat, pour assoir son pouvoir, pour se faire une reconnaissance à son insu. Et tout cela sans faire l'aumone, sans aller pleurer auprès de personne pour avoir quoique se soit! Tout se fait avec l'entente des familles, avec les dons des fidèles, des coreligionnaires, avec amour, dans la tolérance, avec foi sans mauvaise intention! Pour tout cela, merci de respecter nos aînés, merci de respecter les malbars, les malbars cafs, les malbars métisses car nous sommes heureux ainsi malgré les souffrances que vous nous avez imposés contre notre gré en nous mentant sur notre engagement pour venir promouvoir l'économie de la Réunion. Nous avons tous abandonnés là-bas en croyant à un décence sociale, et pouvoir retourner à notre terre natale sans problème après la fin de notre engagement. Mais nous avons été trompés, volés, torturés, maltraités avec toutes sortes d'interdits. Aujourd'hui par respect, laissez-nous sauvegarder notre histoire, le peu qu'il reste de "notre patrimoine" hors ses abus, hors cette exploitation qui pour beaucoup n'en ait pas une mais pour nous c'est encore une forme d'exploitation moderne. Pour le repos de nos aînés, pour le respect des malbars, des malbars cafs, des malbars métisses, arrêtez cette mascarade et merci par pitié!

3.Posté par mon dieu seigneur le 13/02/2010 16:56
mon dieu seigneur

je trouve que c'est bien mais je pense qu'on pourrait faire ce genre de colloques ici non?Ca a couté combien et a qui tout çà?

4.Posté par Ded le 13/02/2010 17:56
Juste une petite remarque pour faire part de mon étonnement à Créolia.
A propos du voyage à Pondichery elle dit:"ils n'ont pas pensé aux descendants d'indiens ni aux engagés" et plus loin elle dit qu'il y a sur ce tableau , un Malbar!!
Je ne comprends plus! Je croyais que les Malbars venaient d'Inde , donc ils sont Indiens et je croyais aussi que la plupart d'entre eux étaient venus comme engagés.

Alors quoi, à moins que cette dame veuille parler des Indiens musulmans ( ils ne sont , si je ne me trompe, venus ni comme engagés ni comme esclaves) et ils sont une composante de la société réunionnaise ou alors d'autres Indiens Hindous peut-être.

A moins que pour elle ,il n'y ait qu'une "qualité" d'Indiens qui méritent de figurer sur ce tableau.

Je crains que ce genre de remarque, j'espère me tromper, relève surtout soit d'un manque de réflexion et de connaissances soit d'un esprit communautariste qui excut les autres , ce qui est pire et plus dangereux.
Le communautarisme n'est que le faux nez des nationalismes et des divisions. Qui veut règner a intérêt à diviser , pensez-y.

5.Posté par créolia le 13/02/2010 18:15
Tout mon respect. Chapeau. J'ai apprécié. Mais en écrivant je nê pas soulevé l'idée que vous vous soulevez. Je ne revendique rien. Je suis fière de mon pays, qui a été la terre de repos de mes grands parents. C'est pour cela que je me prénome Créolia.
Et j'ai eu chaud au coeur en aprenant qu'il ya eu 1 colloque à Paris au sujet de notre histoire.
Il y a eu une stèle au Mozambique, en projet il y aura aussi en Chine. Mais il n'y a pas eu cette représentation etnique en Afrique. C'était juste un constat.

6.Posté par AYIO le 13/02/2010 18:56
C'est vrai qu'on aurait pu parler des descendants d'engagés métissés. Ils n'ont pas été représentés !

7.Posté par erick le zoreil le 13/02/2010 19:26
moi je suis contre les minarets en suisse....

8.Posté par créolia le 13/02/2010 20:01
Les décideurs du Programme Pondicherry 2010 ont voulu marquer des points . De ce port de Pondicherry, à lépoque de la compagnie des Indes il n' y a eu que des engagés du sud de l'Inde qui ont embarqué pour notre île.
On ne refait pas l'histoire. Ou alors je perds mon tamoul. Non, je l'ai déjà perdu.

9.Posté par OPAK104 le 14/02/2010 13:10
bonjour, merci de m'avertir des échanges à ce sujet, suis très sensibles de connaître pourquoi les malbars, les malbars cafs, les malbars métissés sont devenus tout à coup intéressants aux yeux de certains grands penseurs tant à l'échelle locale que nationale et bientôt sur le plan mondial! Et suis d'accord avec le post de MonDieuSeigneur, ce colloque ne pouvait-il être tenu à la Réunion? Bonne journée.

10.Posté par singanmalon le 14/02/2010 14:36
il faut le faire à la réunion

mais féliciter karam et pelage pour l'organisation à paris
il ya des indiens dans l'ensemble des DOM: guadeloupe, martinique, guyane et en métropole, et pas seulement à la réunion

il est donc cohérent que le colloque se soit passé à paris

C'EST UNE GRANDE PREMIERE

BRAVO ET MERCI

11.Posté par Monsieur Nono le 14/02/2010 15:23
J'admire l'Inde,
La plus grande démocratie au monde,
C'est un pays laïc,
Multiculturel,
A mojorité hindou, son 1er minitre n'est pas hindou, et son président non plus
Ils portent tous deux des signes religieux.
L'Etat indien a plusieurs langue officiel et reconnait ses diversités
C'est cela la tolérance mes cheres français...
Arretez de faire la leçon aux autres et de présentez votre model comme le meilleur!

12.Posté par cafré au lait le 03/03/2010 08:10
C'était un beau colloque apparemment.Pourquoi ne pas nous livrer les textes des communications surtout des chercheurs comme Ponaman et Sahaï, plus connus aux antilles qu'ici? Cela pourrait rapprocher les membres de la diaspora.A quand la généralisation du PIO pour tous les réunionnais d'origine malbar?

13.Posté par Jennifer PELAGE le 25/12/2010 23:48
Merci pour vos remarques et interventions...
Avec l'immense bonheur de constater que ce sujet a provoqué des réactions vives et fort intéressantes . Nous préparons un prochain colloque prévue pour decembre 2011 à paris ..Si vous souhaitez aider à l'organisation et ou avoir des renseigments complémentaires n'hesitez surtout pas, à prendre contact avec nous, pour de plus amples renseignements.

Association Agir Ensemb
Pour une France de Toutes les Couleurs
siège social: 18 rue Pierret
92200 Neuilly sur seine

Correspondance : 3 rue du Semaphore
97460 Saint Paul Ile de la Réunion
0692671537

14.Posté par Gajik le 26/12/2010 01:57
Monsieur Novo, j'apporterais une nuance à votre propos sur l'Inde qui serait " la plus grande démocratie du Monde " selon vous.

Grande par le nombre d'habitants, ok. Mais ne confondez pas système électoral et démocratie. Car il n'existe que très peu de vraies démocraties au delà des systèmes électoraux. c'est la plus grande supercherie que les puissants occidentaux voudraient nous faire gober, que de voter "librement" est la seule condition nécessaire et suffisante pour dire : çà y est tel pays est une démocratie.

Non, l'Inde (ou plus exactement LES Indes comme on disait au temps des anglais) n'est pas une démocratie accomplie, loin de là ! Des exactions, des crimes, des gens qui meurent dans les rues sans secours, des castes richissimes, des hommes de main qui font régner la terreur, des soldats et des magistrats corrompus etc etc ... l'Inde en regorge.

Je pense connaître bien ce pays depuis longtemps et les évolutions ne sont pas égales et constantes partout. Ne soyons pas trop angéliques sur ce thème de la "démocratie", çà ne cadre pas vraiment à la réalité de ce pays (de quel pays d'ailleurs pourrait se targuer d'être une démocratie ? les Etats Unis sont des criminels internationaux, la France avec des cocos au pouvoir comme Sarkozy, Besson et Hortefeux, n'en parlons plus ... peut-être le petit royaume du Bouthan, qui a inventé le PIB calculé en indice de bonheur, mais malheureusement qui n'est pas parfait car il exploite des réfugiés népalais ...)

15.Posté par PELAGE Jennifer le 26/10/2011 23:18
Nous preparons un prochain colloque intitulée "sur les routes de l'inde ..qui se tiendra a l'assemblée nationale en décembre prochain pour ceux qui sont intéressés à assister ou participer a ce colloque merci de me contacter au 0629438638 ou par mail jennifer.pelage@gmail.com
Cordialement
Jennifer PELAGE

16.Posté par Jennifer PELAGE le 11/12/2011 14:43
[https://www.facebook.com/events/313526041996701/

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales