Politique

“Indépendance et séparatisme, deux épouvantails contre Paul Vergès”

Vendredi 8 Mai 2009 - 19:21

Selon l’historien Eugène Rousse, quand le fondateur du PCR a proposé le statut d’autonomie, c’était pour une application adaptée des mêmes droits français à La Réunion. “Ses adversaires se sont servis de l’indépendance et du séparatisme pour rejeter son projet statutaire”.


“Ceux qui ont œuvré pour La Réunion devienne département français, pensaient à l’assimilation, ils pensaient avant tout aux mêmes droits appliqués en France, ils voulaient l’égalité des droits…”
Eugène Rousse précise tout de même que les défenseurs “d’une égalité sociale” n’exigeaient nullement une application stricte et aveugle de ces droits, comme l’avait indiqué à l’époque Aimé Césaire.
A en croire l’ancien enseignant du Port, Paul Vergès et ses camarades proposaient un cadre pour parvenir à cette assimilation et à cette égalité. “Mais, lorsque le PCR parlait d’autonomie pour l'île, ses adversaires répétaient que les communistes demandaient l’indépendance de La Réunion”.
Cette stratégie s’était révélée payante à l’époque car “le camp adverse disposait de beaucoup de moyens. Soutenus par le représentant de l’Etat et Radio Saint-Denis, ils pouvaient ainsi développer leurs thèses, à outrance”.
“C’est ainsi que pendant très longtemps, les hommes politique, adversaires de Paul Vergès ont brandi le spectre de l’indépendance et de séparatisme, ils entretenaient ainsi la peur de la population réunionnaise”.

Jismy Ramoudou
Lu 716 fois



1.Posté par thierry le 08/05/2009 20:16

Un beau spécimen cet "enseignant historien retraité", ils vont l'exposer à la MCUR ?

Le débat sur l'autonomie est lancé, je ne serais pas surpris qu'il prenne de l'ampleur avec les conclusions des états généraux...

"Application adaptée du droit français, pas d'application stricte et aveugle du droit français"....joli bordel en perspective, avec l'espoir sous jacent de rendre présentable toutes les discriminations et préférences possibles...la république bananiére pei est en marche !!!

2.Posté par pimanzoizo le 08/05/2009 20:26

pas besoin d épouvantail contre un épouvantail en chef et ses zépouvantables

3.Posté par etjosedire le 09/05/2009 02:53

Ramoudou est allé sortir Eugène de la naphtaline. Ce Eugène est impayable comme le Claude Hoarau de service qui affirmait hier soir que la PCR a toujours défendu les thèmes de l'économie durables...

Il vaut mieux être sourd plutôt que d'entendre ou de lire des contre vérités pareilles.

Les champions de la désinformation sont de sortie. Un congrès PCR en plein EG, il n'y a rien de tel pour embrouiller un peu plus les esprits embrumés.

J'ai idée que Félicité de Saint Paul ne va pas se faire des amis en voulant réhabiliter la vérité historique en citant les Evenor Lucas, Ponama.....en tant que véritables combattants de la première heure.

Mais ne demandez pas à Eugène. Il n'a connu et vu que Vergés.

Allez Eugène prend tes cachets du matin et va conter l'histoire de grand-mère Kal à tes petits enfants.

Message à Ramoudou: escomptez vous faire cadeau de vos vidéos de Eugéne Rousse à la MCUR ? Ce serait souhaitable car les chercheurs pourraient se pencher sur le cas et tout le monde comprendrait que l'histoire de la Réunion revue par de tels margoulins transpire la vérité absolue.

Allez Eugène, une dernière et repose toi après.

4.Posté par FRANCO le 09/05/2009 06:12

L’Histoire façon « ex-pays de l’est » … et façon inacceptable MCUR
Ce brave « historien » de service du P.C.R. version Paul Vergès s’autorise de belles « libertés » plus que partisanes avec l’Histoire de la Réunion et celle du P.C.R.. Tous ceux qui ont connu l’authentique vie interne du P.C.R. de ces 50 dernières années, et qui ont le courage d’en faire état sans crainte et sans le culte de la personnalité, savent pertinemment que l’ambition et le goût du pouvoir de Paul Vergès ont totalement infléchi au fil des années les stratégies et les objectifs de SON organisation pour assurer SA conquête de la Réunion, comme le firent dans leurs pays respectifs, Lénine en Russie, Mao en Chine, Ho Chi Minh au Vietnam, Castro à Cuba pour assurer « les lendemains qui chantent » à leurs peuples respectifs. Noble mais vaine ambition.

Dirigeant politique dès son plus jeune âge, et avec les débuts d’une carrière politicienne que chacun lui connaît, Paul Vergès s’est effectivement identifié à l’histoire du parti communiste qu’il a fondé pour mieux asseoir son rôle « révolutionnaire » au service du peuple réunionnais dont il a toujours rêvé d’être le grand libérateur. Cette conquête du pouvoir au service de ses convictions, le combat d’une vie, n’est pas sans mérite. Indépendantiste et anticolonialiste, certes il l’a été, quand l’ancien monde colonialiste s’effondrait à travers le monde. Mais très vite, face au manque de richesses et de moyens de la Réunion, son réalisme l’a effectivement amené au combat pour l’égalité politique au sein du département de la République Française, égalité politique qui lui a apporté en toute sécurité les moyens de l’atteinte de ses ambitions. Grand timonier incontesté et sans partage du Parti Communiste qu’il a fondé, maire, député national, sénateur, président de région, député européen, avec toujours le même réalisme politique incontestable, abandonnant toute inutile et vaine revendication d’indépendance, pour asseoir son pouvoir personnel et clanique, il a conduit le combat pour l’égalité sociale et arracher les transferts sociaux et les aides européennes colossales sans lesquels la société réunionnaise serait restée une île du tiers monde, comme ses voisines. L’hégémonie sur son parti tout à ses ordres et sa conquête de la région ont assuré de façon déterminante sa mainmise sur le monde économique de la Réunion grâce à laquelle il a pu détourner le combat pour l’égalité économique d’une population dont plus de la moitié vit sous le coup d’une inégalité et d’une injustice scandaleuses face aux richesses et aux privilèges d’une minorité à laquelle, lui-même, sa famille, ses partisans, ses alliés alimentaires accèdent sans limites aujourd’hui.

Les 100 000 chômeurs, les 110 000 illettrés, les 300 000 bénéficiaires de la CMU, les 30 000 sans logements, les milliers de surendettés, l’absence de création de richesses par l’exportation et le tourisme et les importations massives, ne sont que le résultat probant de la faillite d’une politique économique prioritairement favorable aux possédants, vestiges de la colonie et aux apparatchiks de la nomenklatura d’un parti. Ne voit-on pas le paupérisme de plus de 400 000 Réunionnais ne servir que de prétextes et d’alibis au nouveau mot d’ordre du P.C.R. et de son grand timonier : « Réconciliation et Fraternité » ! Mais quelle fraternité entre un président de région qui cumule son indemnité à ses retraites de maire, député français, sénateur, député européen, qui a assuré à ses enfants, petits enfants, partisans, des emplois et des revenus opulents, entre un secrétaire général et ses retraites d’enseignant, de maire, de professeur, aspirant à une indemnité de député européen … et les Rmistes, les chômeurs, les emplois précaires, les 52% de familles vivant sous le seuil de pauvreté ?

Ainsi, notre historien de commande, focalisé sur les combats passés de l’égalité politique et de l’égalité sociale, se garde bien de parler du grand combat qu’il reste à conduire dans l’intérêt général de la grande majorité des Réunionnais : celui de l’égalité économique et de la fin des rentes de situation et des privilèges de la minorité qui dirige cette île pourtant française et européenne.

5.Posté par MoA le 09/05/2009 09:16

Il est si facile de réécrire l'histoire !
Le PCR parlait à l'époque de "créolisation" des cadres à la réunion? Aujourd'hui après 11 ans de présidence de la région rien n'a changé.

6.Posté par thierry le 09/05/2009 12:57

Franco a dit:
abandonnant toute inutile et vaine revendication d’indépendance, pour asseoir son pouvoir personnel et clanique, il a conduit le combat pour l’égalité sociale et arracher les transferts sociaux et les aides européennes colossales sans lesquels la société réunionnaise serait restée une île du tiers monde, comme ses voisines.

€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€€
exact, et en bon ingrat l'envie de mordre la main qui le nourrit ne s'est pas envolée, son boulot maintenant c'est de travestir la réalité pour entraîner les réunionnais dans la haine de l'autre et l'exclusion.

7.Posté par Petit Pierre le 09/05/2009 16:10

Comment Monsieur Rousse peut il espérer nous faire prendre des vessies pour des lanternes ! L'art de manipuler l'histoire et l'adapter en fonction des besoin d'un parti, d'une famille. Monsieur ROUSSE êtes vous capable de vous regarder dans une glace en tant qu'historien ? Je crois malheureusement que vous êtes de la trempe des historiens faussaires d'un parti.
Je souhaite qu'un jour vous fassiez un débat public sur le thème de l'histoire du parti PCR et Paul Verges. Chiche ?

8.Posté par nicolas de launay de la perriere le 09/05/2009 19:12

Maurice est elle une île du tiers monde..?

9.Posté par FRANCO le 09/05/2009 19:19

thierry, je n'ai pas à être ingrat car la main de M. Vergès ne m'a en rien nourrie, comme c'est peut-être votre cas. C'est la solidarité nationale française et donc l'Etat qui m'ont versé mon salaire sur-rémunéré que mon statut de professeur et de conseiller en formation continue ont justifié sans jamais atteindre les 14 000 € mensuels de Mlle Françoise Vergès. Quant à dresser les Réunionnais contre les zoreils, je pense que ce n'est pas de mon fait comme l'a montré le samedi 18 avril à St Paul le commando des défenseurs alimentaires de la CMUR et de la région tellement bien payés qu'ils ont refusé publiquement d'indiquer leurs salaires. Sachez thierry que je suis pas contre l'dée, le principe, les objectifs et les ambitions du projet CMUR mais contre la façon antidémocratique, spoliatrice ( voir les expropriés), népotique et partisane de concevoir LEUR projet personnel, familial, clanique et partisan. Pour moi la réunion dans son ensemble, avec tous ses lieux d'histoire est une île des Civilisations et l'unité des Réunionnais s'y fera par la mobilisation des communes, des associations, des populations citoyennes comme au lazaret de la grande Chaloupe, l'éocle frano chinoies de St Paul, Maison rouge à St Louis, les musées existants et en difficultés !

10.Posté par BOUCAN le 10/05/2009 16:58

MR Rousse nous offre une lecture qui est bien risible!
IL lui faudra reconnaitre un mérite c'est sa constante dans sa réecriture de l'histoire .et la foi avec laquelle il a servi le Fils de R aymond li meme bon dié la ter!
Mais le post 8 m'a bienfait rire!!!!

11.Posté par Cicéron Céparré le 10/05/2009 21:11

Comment faut-il l'écrire, en braille ?

Comme le rappelle ici Franco, nous sommes nombreux à le répéter sans cesse : ce n'est pas le projet MCUR qui dérange, mais les porteurs de projets supra-rémunérés pour des emplois fictifs, et la monopolisation des outils collectifs par un clan, deux ou trois familles, la Cour.

Tant qu'il le faudra, nous le répéterons. Peut-être serons-nous entendus avant 2010...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter