Faits-divers

Incendies du Maïdo: Patrice Nirlo n’en était pas à son coup d’essai

Depuis ce matin a débuté le procès aux assises de Patrice Nirlo, le pompier supposé pyromane à l’origine des incendies qui ont ravagé le parc national du Maïdo en 2010 et 2011. Les audiences ne font que débuter, mais les révélations tombent peu à peu.


Sous le feu des questions de Pierre Martello, l’avocat général, l’ancien sapeur-pompier se fige peu à peu. Le magistrat commence par soulever la "démarche de sincérité" dont fait preuve Patrice Nirlo: "vous avez facilité l’enquête, en passant aux aveux, vous avez reconnu des faits" . Mais l’avocat général met le doigt sur une question jusqu’alors restée floue. Était-ce le premier incendie allumé par le sapeur-pompier? En était-il à son coup d’essai ?

"Oui, il y a eu d’autres incendies"

"Vous devez aller plus loin dans vos explications, combien d’incendies il y a-t-il eu !", insiste Pierre Martello. À ce moment précis, Nirlo apparait tiraillé par sa conscience et lâche un timide "oui, il y en a eu d’autres". Moment de stupeur dans la salle d’audience et dans la foulée l’ancien pompier reconnaît un incendie en 2008 dans une ravine près de chez lui. Il reconnaît également être à l’origine de 3 à 4 départs de feu tous les ans en période sèche.

2008 est l’année de sa prise de fonction au sein des sapeurs-pompiers. L’homme n’a eu de cesse de répéter pendant les auditions qu’il était frustré des missions de sapeur-pompier, pour qui les incendies ne représentent que 8% des sorties.

L’explication de tels gestes reste la même depuis le début du procès. Patrice Nirlo affirme ne pas avoir eu conscience des dégâts. "Je ne le voyais pas comme je le vois maintenant. C’est vrai que ce n’est pas facile à comprendre, mais je ne voyais que la partie travail. Combattre le feu, c’était ma mission,  ma passion. Ma tenue ne me quittait jamais, elle était comme cousue sur moi".

Une allumette dans la main, et le lendemain une lance à incendie

Dans une logique de double vie, Patrice Nirlo avait une allumette dans la main, et le lendemain une lance à incendie dans cette même main. Il rentrait chez lui le soir et les incendies du Maïdo faisaient partie de la conversation du dîner.

Depuis ce matin, la défense n’a eu de cesse de souligner le dévouement qui au final a perdu le sapeur-pompier. Le statut social de l’homme surnommé "l’encyclopédie" reposait entièrement sur sa fonction. Aujourd'hui, après deux ans de détention, il déclare avoir "sacrifié sa famille et trahi tout le monde. J’ai honte".

Mercredi 3 Février 2016 - 18:28
Laurence Gilibert
Lu 3328 fois




1.Posté par lilou le 03/02/2016 19:44 (depuis mobile)
Pauvre boug li aime jouer ek dofer et la la brule a li in cou.Mes dans la vie toulmonde fai des erreur.Jesper que sa punition va le guerrir et va le calmer sur le feu.

2.Posté par môvélang le 03/02/2016 22:53
Et les primes de feu, combien çà lui a rapporté, c'est vrai que les sortie de feu représentait 8 % de ses activités, au moins qu'il dit qu'il passait la plupart de son temps à glander à la caserne et que pour 24 h à se gratter les nouilles il avait encore 24 heures de repos à encore se les gratter !

3.Posté par siana974 le 03/02/2016 20:43
Perso, je n'ai pas pitié car la Réunion mettra des décennies à s'en remettre. En plus, venant d'un pompier, pas de clémence.

4.Posté par L'agriculteur le 04/02/2016 00:15 (depuis mobile)
Lu fait pitié pauvre Mr Nirlot ce qui il a fait au maïdo et inexcusable. Mais il avait aussi un passe temps sur ste Marie allumer des feux dans les champs des agriculteurs. il mettait le feu chez c''est propre camarades. Il a ce qu il mérite.

5.Posté par dommage le 04/02/2016 01:57 (depuis mobile)
Faux. Il n''a pas fait grand mal mais voulait s''entrainer pour sauver ou perir. Il a deconne et peri. Mais - que nous. Commentaires de .. qu''on est. (1 humain mort vaut pire qu''une foret qui va repousser.)..

6.Posté par Gloubi le 04/02/2016 06:17
Un belle exemple du recrutement maison en matière de sapeur pompier. Combien de boug de ce genre encore dans le sdis 974 entre magouilleurs de vacations et pyromanes le SDIS 974 paye 30 ans de recrutement sans concours uniquement par apointance politique. Dormez tranquille le feu couve.

7.Posté par Eno2016 le 04/02/2016 07:25
tel est pris qui croyait prendre !
On a finalement trouver son ADN dans les fumées du Maïdo !

Il mérite une bonne punition : replanter !

8.Posté par JUSTICE pour TOUS. le 04/02/2016 08:07
BRAVO à l'équipe d'enquêteurs de la Gendarmerie Nationale qui, grâce à un formidable travail sur le terrain a permis de neutraliser ce criminel qui a défiguré La Réunion à tout jamais.

Que la Justice fasse désormais son travail en mettant hors d'état de nuire pendant au minimum 20 ans et en confisquant ses biens, cet incendiaire récidiviste qui a fait honte à l'uniforme des sapeurs pompiers !!!

9.Posté par BELLEPIERRE le 04/02/2016 10:48
SVP les INFOS ET AUTRES arretez de nous balancer les infos sur NIRLOT .... a entendre tout cela c'est lui la victime !!!!! imaginez que nos hommes rouges (des pompiers ) se sont tués dans ses incendies !!! il a fait il doit PAYER ... je le condamnerai jusqu'à ce que les arbres qu'il a brulé soit à nouveau de taille adulte .;; donc au moins 20 ans et aussi le condamnai a payer les frais du dash qui est venu pour ses incendies....

10.Posté par Simandèf le 04/02/2016 10:54
Ok Patrice Nirlo a avouer et il doit payer d'une manière ou d'une autre cependant on oublie que le Dash a été refusé à la Réunion sous ordre du préfet de l'époque. A quoi cela sert d'être français si on est traité de la sorte ? Pour un parc national classé patrimoine mondial de l'unesco c'est une bien bizarre gestion du drame qui s'est produit.

11.Posté par polo974 le 04/02/2016 10:56
""" Sous le feu des questions de Pierre Martello, l’avocat général, ... """

Excellent...

12.Posté par Kaya le 04/02/2016 11:34
Kan Hallyday la di "Allumez le feu", devan son piblik, na ène, dan son délire-passion-pyromanie- jouissif, la pren lo kozman pou larzen contan. Kan isi dofé t arèt pa, pié-d-bwa dan’ Maïdo la pa kompri poukoué la fé flanm’ son rasin, la fé plèr la forè ziska lo kèr son piblik, son ban’n zabitan.
Vréman FORT MINABLE

13.Posté par Choupette le 04/02/2016 13:04
Il mérite une déchéance de la nationalité pour avoir attenté à sa propre patrie.

Rien que l'idée de côtoyer ou de vivre aux côtés d'un type comme ça me fait horreur.

Aucune réflexion sur la biodiversité qu'il a détruite. Rien. Il ne voyait que les flammes. Un pervers.

Il a fait vivre l'enfer aux autres, il mérite le même châtiment.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2016 - 08:15 Saint-Paul: Un scootériste décède

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales