Société

Incendie du Maïdo : Le travail du Parc national ne fait que commencer...

Après plus de trois semaines d'intervention des pompiers, il n'y a plus de flammes visibles dans les hauts de l'Ouest et un des deux bombardiers Dash 8 n'est plus requis. Mais il reste néanmoins quelques point chauds qui sont encore sous haute surveillance du Parc national.


Incendie du Maïdo : Le travail du Parc national ne fait que commencer...
L'incendie criminel qui s'est propagé au coeur de la forêt de Maïdo, il y a maintenant 24 jours, est certes aujourd'hui sous contrôle, mais tout n'est pas encore rentré dans l'ordre. Les agents du Parc national, qui sont en permanence sur le terrain, sont très attentifs aux points chauds qui peuvent encore faire repartir l'incendie avec l'aide des Alyzés.
 
Un impact "énorme"

 
"L'impact est énorme", assurent les responsables du Parc national, d'autant que le milieu est exceptionnel : beaucoup d'espèces protégés et endémiques ont été détruites ainsi que des espèces animales. Ils craignent que les espaces soient recolonisés par des espèces exotiques invasives tel que le raisin marron ou la jonc d'Europe.



Les espèces qui sont au coeur de la forêt et qui jusqu'ici ne sont pas très impactées ont des chances de reconquérir le terrain avec de la végétation endogène. Par contre, sur les pourtours où les joncs d'Europe étaient déjà présents, "il y a des craintes à avoir", indique Yann Le Padellec, garde moniteur du secteur Est au Parc national.
 
L'ORA (Observatoire Réunionnais de l'Air) a été sollicité par l'ARS (Agence Régionale de Santé) pour mesurer la qualité de l'air à proximité de l'incendie du Maïdo et les répercussions de la fumée sur sa qualité. Il y a eu quelques pics de pollution de l'air, la nuit, en raison des phénomènes de brises de terre qui ramenent les fumées directement de l'incendie à la Chaloupe Saint-Leu. Des mesures qui ont été transmises à l'ARS.
 
Du monoxyde de carbone et de fines particules en suspension dans l'air ont été enregistrés du 2 au 11 novembre dernier sur la Chaloupe Saint-Leu, mais seulement la nuit. Des quantités qui ont globalement respecté la réglementation en vigueur. "Un seuil a été dépassé le 3 novembre, le seuil d'information et de recommandation pour les fines particules en suspension", précise tout de même Fabien Georgel, chargée de communication de l'ORA. La conséquence éventelle sur la population de la zone est des irritations respiratoires.
 
La crainte : les espèces envahissantes

 
Une fois que l'incendie sera éradiqué, la mission du Parc national sera de suivre "la dynamique du territoire", c'est-à-dire observer si ce sont les espèces endémiques qui reconquièrent l'espace ou des espèces envahissantes.
 
La prévention des incendies en milieu de forêt passe par la sensibilisation auprès de la population. Cela fait partie des mission du Parc national qui collabore avec l'ONF, notamment le dimanche sur les zones de pique-nique où les gens font du feu.



Par ailleurs, l'Unesco suit de très près l'évolution des événements grâce aux informations relayées par le Parc national. Mais pour l'instant, la Réunion reste bien évidemment inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco.
Jeudi 17 Novembre 2011 - 08:00
Lu 1301 fois




1.Posté par Cambronne le 17/11/2011 09:28
Le travail du Parc national ne fait que commencer... MDR qu'ont ils fait avant ...A quoi sert un parc national des hauts ?
qu'ont ils fait depuis la création des Parcs, je pense qu'il y aurait eu mieux à faire pour la réunion ou du moins que le Parc ne fut qu'une étape, mais cela aurait supposé de la volonté politique.
Cette denrée étant rare chez nos élites pétant dans la soie à la Réunion, bien évidement quelques alimentaires diront que le Parc est mieux que rien et grosso modo pour nos incompétents ils estiment remplir correctement leur fonction principale, qui était de préserver le foncier face au développement économique de la Réunion .
Néanmoins cette sanctuarisation entraîne manifestement une hostilité de la population.
Le Parc n'attire pas franchement les espérances de touristes qu'il y a 20 ans , l'échec est devant nos yeux , ainsi la Réunion serait -elle devenue aujourd'hui une réserve zoologique pour touristes en savates deux doigts.

2.Posté par usager du bien public le 17/11/2011 10:14
toujours fidele a ses habitudes de trahison, le parc envisage de lancer l’enquête d'utilité publique de sa charte pendant les vacances de fin d'année.


La face cachée des parcs nationaux:

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 10:02 Cap requin: Trois requins prélevés

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales