Faits-divers

Incendie du Maïdo : "Coordonner nos efforts"

Protéger au mieux les 12.400 Hectares du Maïdo, voilà la mission que se sont de nouveau assignés jeudi après-midi les différents acteurs institutionnels concernés par l'incendie du Maïdo. Pour tous, il s'agit avant tout d'éviter l'épisode catastrophique de l'incendie majeur de 1988 qui avait détruit pas moins de 6.000 Ha dont 1.800 de forêt de tamarins.


Conseil général, commune de Saint-Paul, ONF ou encore Préfecture. Tous les acteurs de la préservation du site du Maïdo étaient réunis ce jeudi après-midi au PC incendie situé sur le parking de départ de la randonnée du Grand Bénare.

Les pompiers de l'île ont presque atteint leur niveau de saturation

Alors que la député-maire de Saint-Paul, Huguette Bello, évoque la coordination des différents acteurs, elle est venue rappeler le soutien de la ville aux hommes combattant le feu. Mais elle ne manque pas de s'interroger sur l'opportunité de construction de retenues d'eau plus nombreuses dans le secteur du Maïdo. En effet, les camions-citerne doivent se ravitailler principalement à des bouche-incendie au niveau du Parc du Maïdo, connu pour ses luges.

Le conseiller général, Patrick Erudel, quant à lui, se félicite des efforts du Conseil général en faveur de l'installation de poches d'eau dont l'utilité a été prouvée ces quatre derniers jours. Il évoque le fait que cet incendie, malheureusement, fait figure de piqûre de rappel pour le Conseil général, "propriétaire d'une bonne partie des forêts de l'île".

Benoît Hubert, le directeur de cabinet du Préfet appelle, pour sa part, les Réunionnais à toute la prudence requise. "Nous allons atteindre la saturation de l'emploi des sapeurs pompiers de l'île si des imprudents ou des pyromanes se mettent à déclencher des incendies un peu partout dans l'île", souligne-t-il.

Du fait de cette saturation, le commando du feu métropolitain débarqué jeudi matin n'est pas de trop.

Un type de végétation comparable à la végétation méditerranéenne


Outre les 8 tonnes de matériel débarqué dont des motopompes pour créer des points d'eau artificiels ou encore des bâches héli-transportables, "il s'agit bien de s'appuyer sur leur expérience de ce type de végétation que l'on peut comparer à celle de la côte méditérranéenne", ajoute confiant Hervé Houin de l'ONF.

Enfin, le tableau des institutionnels ne serait pas complet sans l'action de la régie communale d'eau de Saint-Paul. A sa manière, elle participe à l'effort de soutien des soldats du feu. Ainsi, il est envisagé "la réduction du débit d'eau depuis cette nuit sur les zones habitées du Maïdo et de la Petite France", rappelle un représentant de La Créole.

Et si le besoin en eau se faisait sentir plus fortement, des coupures de nuit pourraient être effectives ces prochains jours sur la commune de Saint-Paul. Une manière pour la député-maire de Saint-Paul de "rendre solidaire tous les habitants de la commune envers les soldats du feu".

Incendie du Maïdo : "Coordonner nos efforts"
Vendredi 15 Octobre 2010 - 07:47
Ludovic Grondin
Lu 1993 fois




1.Posté par noe974 le 15/10/2010 08:51
Tiens , Huguette Bello , qui essaie de mettre son grain de sel pour éteindre l'incendie .

SVP , laissez faire les Pros , Mme la Députée .

Vos conseils sur les retenues collinaires ne sont que de la poudre aux yeux (les élections approchent et PV veut mettre son fils à votre place)

Réveillez-vous !!

2.Posté par nomwintriss le 15/10/2010 09:37
je me demande si il y avait des permanences de guet dans le mirador du maïdo, ou si cette tour ne sert qu'à orienter les randonneurs.le mirador, tour de guet permettant de surveiller et signaler le départ éventuel d' incendie,doit revenir trop cher s'il est doté en personnel. conséquence:........

3.Posté par Zia le 15/10/2010 21:39
Et un canadair ? J'ai entendu dire, mais je ne sais pas si c'est vrai que le préfet aurai dit qu'il n'est pas nécessaire de faire appel à cet engin.
Si cela est vrai: Pourquoi?
Si cela est faux: Pourquoi pas?
Il s'agit du patrimoine mondial non? alors demandons à la région la plus proche, l'Afrique du Sud qui elle possède ce type d'appareil

4.Posté par Dionysien le 15/10/2010 23:30
Le canadair n'est pas adapté à la géographie de la Réunion (vaste plan d'eau sans vague,peu de relief....) malheureusement,ici il reste les hélico (pas en nombre suffisant)

5.Posté par made974 le 16/10/2010 00:07
c'est vrai ou pas que le préfet a déclaré que l'appel à un canadair n'était pas nécessaire ???
si oui c'est totalement irresponsable !!!!

6.Posté par Zia le 16/10/2010 16:28
Recherche effectuée, pas de canadair en Afrique du Sud ( lors de gros incendie chez eux, les canadairs venaient de Russie), et altitude du Maïdo trop haute pour qu'un tel engin monte la haut

Nouveau commentaire :
Twitter

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales