Société

Incendie au Maïdo : 11 espèces endémiques ou indigènes touchées

Suite à l'expérience malheureuse de l'incendie qui a ravagé le Maïdo l'an dernier, tous les acteurs sont sur le pied de guerre pour réagir au plus vite. Le Parc national fait partie de ses acteurs. Les agents effectuent notamment des reconnaissances, ce qui permet dès maintenant d'effectuer un premier bilan des conséquences sur la végétation. Voici le communiqué du Parc national.


L'orchidée terrestre, Habenaria chloroleuca, fait partie des espèces indigènes touchées par l'incendie.
L'orchidée terrestre, Habenaria chloroleuca, fait partie des espèces indigènes touchées par l'incendie.
 
"Le coeur du Parc national, inscrit comme "Bien" du Patrimoine mondial, est touché par plusieurs incendies. Aussitôt l'alerte donnée le mardi 25 octobre dans l'après-midi, le Parc s'est mobilisé pour mettre à la disposition du poste de commandement des services de lutte contre le feu toutes les informations sur les habitats naturels les plus remarquables des différents sites, afin que leur préservation soit intégrée dans le plan d'intervention.

Sur le massif du Maïdo, le territoire situé au-dessus du gîte des Tamarins, jusqu'à la Glacière et le Piton rouge est riche en espèces indigènes ou endémiques remarquables. A cette altitude, la végétation éricoïde ("landes à bruyères"), est dominée par les branles verts et les fleurs jaunes. On y trouve également des sophoraies, poches de Petits tamarins des hauts.

Des reconnaissances ont été effectuées dans la matinée par les agents du Parc national avec l'ONF. Les premières constatations montrent que 11 espèces remarquables, dont 2 endémiques ont été touchées sur les 18 stations (lieux dans lesquels des espèces indigènes ou endémiques ont été recensées précédemment) situées sur la zone.

Les 2 espèces endémiques sont :
• la Campanule de Rivalz (Heterochaenia rivalsii) un arbuste endémique de La Réunion
• et la Marguerite des pétrels (Faujasia squamosa).

Les autres sont des plantes indigènes :
• 7 fougères rares,
• 1 orchidée terrestre (Habenaria chloroleuca),
• 1 ortie (Parietara debilis).

Le coeur même du parc national désormais touché

Le début de l'été austral est aussi le début de la période de reproduction pour les animaux. Parmi les quelques 100 espèces animales qui vivent dans cette zone, on trouve beaucoup d'insectes, des oiseaux, ainsi que le lézard vert des hauts. Les colonies de Pétrels de Barau qui nichent dans le rempart du massif du Grand Bénare en creusant leurs terriers dans l'avoune ne sont pour le moment pas menacées. Elles font l'objet d'une surveillance attentive.

Ce matin, la directrice du Parc national, Marylène Hoarau, s'est rendue sur les lieux pour participer à la réunion du PC de crise, évaluer les premiers dégâts et confirmer la présence d'une vingtaine d'agents du Parc national. Ils sont sur le terrain, en appui des services de lutte contre le feu :
• en veillant à ce que des piétons ou des véhicules ne se mettent pas en danger en empruntant les nombreuses voies d'accès qui mènent vers le Grand Bénare,
• en aidant au creusement de tranchées pour éviter la propagation de l'incendie,
• en apportant aide et conseil pour la création de pistes de contre-feux.

A la Grande Chaloupe, 2 départs de feu sur le chemin des Anglais ont entraîné un incendie qui menace désormais directement le coeur du Parc. Une reconnaissance de terrain par des agents du Parc national avec le Département et le Conservatoire du Littoral est en cours. Sont potentiellement menacées les reliques de forêt semi-sèche, un des habitats naturels les plus rares sur l'île."
Mercredi 26 Octobre 2011 - 16:00
.
Lu 1289 fois



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 16:50 Les écoles de Saint-Louis au bord de l'explosion

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales