Société

Incendie : Les agriculteurs satisfaits des engagements pris pour les sinistrés

Les agriculteurs ont jugé "satisfaisantes" les mesures mises en place par l'Etat et les collectivités territoriales pour venir en aides au 16 agriculteurs sinistrés par l'incendie des hauts de l'Ouest.


Incendie : Les agriculteurs satisfaits des engagements pris pour les sinistrés
 
La Chambre d'agriculture s'est dit satisfaite "des engagements forts" de l'État, de la Région et du Département pour venir en aide aux agriculteurs sinistrés par les incendies des hauts de l'Ouest. Ce matin, une délégation des éleveurs sinistrés, de la Chambre d'agriculture, de la CGPER et de la FDSEA ont participé à une réunion à la Direction de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de la Réunion (DAAF). Avec les services de l'Etat, de la Région et du Département, participaient également différents groupement de producteurs : Sica Revia pour l'élevage ou encore Sica Lait.

16 agriculteurs sinistrés

Pour l'heure, la Chambre d'agriculture a identifié 16 agriculteurs concernés par un sinistre dans le cadre de l'incendie des hauts. Une majorité d'entre-eux sont des éleveurs de la Chaloupe Saint-Leu, comme Mickaël Ethève qui a participé à la réunion ce matin. L'éleveur est satisfait de la réactivité qui a permis l'organisation rapide de réunions de crise. Il attend maintenant du concret, lui qui a notamment perdu plus d'un kilomètre de clôture et environ 5 hectares de pâturage. Lundi une commission d'experts se réunira pour évaluer plus précisément les pertes de chaque sinistré. Le bilan pourrait d'ailleurs s'alourdir, la Chambre d'agriculture a dépêché un correspondant directement au PC de crise. Il est chargé de faire remonter les informations concernant d'éventuelles dommages causés aux agriculteurs.

Incendie : Les agriculteurs satisfaits des engagements pris pour les sinistrés
40 kilomètres de clôture détériorés et 100 hectares de prairies brûlés

Depuis le début de semaine, la Chambre d'agriculture s'est mobilisée pour solliciter les différents responsables politiques. C'est ainsi que Jean-Yves Minatchy, le président de la Chambre, a écrit à Marie-Luce Penchard, ministre de l'Outre-mer, afin de lui signifier l'état du sinistre pour les agriculteurs. Actuellement, la Chambre a comptabilisé 40 kilomètres de clôture détériorés et 100 hectares de prairies brûlés. C'est donc la prise en charge d'un stock fourrager qui apparaissait le plus urgent. Hier, les mesures d'urgences prises par la Région ont prévu une enveloppe de 300.000 euros pour l’acquisition de fourrage ou la réparation de ces clôtures.

Ce matin, l'ensemble des mesures demandées par la Chambre d'agriculture ont "reçu une validation de principe", selon les termes du communiqué de la Chambre. Outre, la prise en charge du stock fourrager, les agriculteurs ont obtenu un pack vétérinaire comprenant des vitamines et de l'alimentation concentrée. Par ailleurs, les éleveurs ont eu un accord de principe concernant la réfection de l'ensemble des prairies et le remplacement des clôtures. A priori, les contrats aidés pourraient participer au redressement des exploitations agricoles sinistrées.
Vendredi 4 Novembre 2011 - 15:40
Lilian Cornu
Lu 758 fois




1.Posté par jeff le 04/11/2011 15:25
Saluons l'efficacité de notre Président de Région. Il démontre qu'il peut prendre des mesures immédiates. On va comme toujours avoir notre lot de pleureuses qui ne vont pas manquer de critiquer.

L'ancien Président hyper cumulard n'aurait probablement pas agit aussi vite, il aurait d'abord calculé à quel copain cela pourra profiter.

2.Posté par NEMO le 05/11/2011 06:58
Comme d'habitude, le Président Minatchy a été immédiatement en première ligne, non pour hurler avec les loups, mais pour soutenir ses troupes et trouver des solutions rapides,dans le dialogue, avec les bons interlocuteurs.
Ceci dit, il incombe de la responsabilité des éleveurs de réaliser les indispensables travaux de prévention qui consistent à protéger leurs biens, en effectuant des zones pare-feux autour de leurs propriétés, afin d' éviter,le cas échéant, des pertes de temps et surtout des prises de risques inutiles aux services de secours.
La saison des pluies approchant devrait permettre de redonner des couleurs à la nature qui survit toujours à plus ou moins long terme, aux incendies accidentels ou ,hélas,criminels ou bien provoqués tels que l'écobuage...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 16:50 Les écoles de Saint-Louis au bord de l'explosion

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales