Economie

Impôts : "La justice fiscale doit être un élément de justice sociale"

Les syndicats Snui-Sud Trésor Solidaires se sont réunis ce matin pour leur rentrée et revenir devant la presse sur la politique fiscale menée en France depuis 1999. Pour les syndicats, cette politique a "plombé" les finances publiques et l'urgence est de trouver et remettre à niveau la fiscalité en France, à travers une réforme fiscale plus juste.


 
C'est la rentrée scolaire, mais également la rentrée syndicale. L'union Snui-Sud Trésor Solidaires s'est réunie ce matin à Saint-Denis pour critiquer, mais également apporter une réflexion, sur la politique fiscale prônée en France depuis plus de 10 ans. "La baisse des barèmes d'impôts sur le revenu a entrainé en 10 ans une perte de 125 milliards d'euros pour les finances", explique Pascal Valiamin, secrétaire départemental du Snui-Sud Trésor.

Pour l'union syndical, la baisse de ces taux a provoqué une chute des recettes de l'Etat qui, en temps de crise économique, auraient pu être maintenues si les taux d'impositions étaient restés les mêmes. "Avec le même barème de 1999, l'Etat engrangerait 15 milliards d'euros par an supplémentaire", précise Jocelyn Cavillot, délégué régional de Solidaires.

S'attaquer à la fraude fiscale

Pointés du doigt, les niches fiscales qui font perdre à l'Etat près de "75 milliards d'euros", selon le syndicat. La fraude fiscale représenterait un manque à gagner de 40 à 50 milliards d'euros par an. Une fraude qui est pratiquée par les entreprises mais également par les plus hauts revenus en France. "Le gouvernement préfère s'attaquer à la fraude sociale qui est évaluée entre 500 et 800 millions d'euros, au lieu de s'attaquer à la fraude fiscale. Ne traiter que la fraude sociale n'a pas de sens et révèle des objectifs politiques cachés", souligne Jocelyn Cavillot.

A la Réunion, la fraude en général s'élève entre 290 et 360 millions d'euros par an selon les chiffres des syndicats, une fraude qui pourrait être enrayée mais ne l'est pas "faute de moyen". Dans notre île, l'impôt qui rapporte le plus est la taxe foncière, estimée à 340 millions d'euros par an, loin devant l'impôt sur le revenu et l'impôt sur les sociétés. Pourquoi ? "Avec la baisse des taux d'impositions, les niches fiscales… l'ensemble de la population est pénalisé par l'augmentation annuelle de l'imposition locale", explique Pascal Valiamin.

En conclusion, l'union syndicale demande une réforme fiscale plus juste. Cette réforme doit mieux financer l'action publique et corriger davantage les inégalités. "La justice fiscale doit être un élément de justice sociale !", conclut l'union syndicale.
Vendredi 19 Août 2011 - 12:33
Lu 980 fois




1.Posté par David ASMODEE le 19/08/2011 12:49
Nous va demande un médaille pou ces bons travailleurs de l'Etat (quand l'a appelle Makro, néna deux trois la charge coup de brouette !)

2.Posté par muppets le 19/08/2011 17:38
Sont forts ces syndicaliste, ils connaissent même le montant de la fraude fiscale,et pourquoi ils vont pas la chercher eux mêmes ? Timidité, manque de conviction ...

Mais c'est vrai que les dérogations syndicales ne laissent que peu de temps pour bosser sur le sujet !

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 2 Décembre 2016 - 17:47 La Réunion monte à bord du Train des Outre-mer

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales