Economie

Import/export : "Une contraction des échanges" en 2009


Import/export : "Une contraction des échanges" en 2009
La crise économique globale a eu comme conséquence "une contraction des échanges" en 2009. Mais les résultats de l'exportation hors métropole sont, selon le préfet Michel Lalande, "encourageants" ce premier trimestre 2010. On observe, pour les trois premiers mois de cette année, une hausse de 48% des exportations hors métropole.

Le pouls de l'économie réunionnaise est "mou" et axé sur les échanges de services

En 2009, le taux de couverture (exportations/importations multiplié par 100) reste faible, il est similaire à 2008, soit 6%, contre 7% en 2007. Le taux d'importation est "17 fois supérieur à l'exportation", indique Pascal Chevalier de l'Insee. Un déséquilibre "frappant", souligne Michel Lalande, qui qualifie le pouls de l'économie réunionnaise comme étant "mou". La Réunion se situe incontestablement dans "l'échange de services", souligne Thierry Blin, directeur général du commerce extérieur.

L'import a représenté un chiffre global de 4.181.052.710 euros en 2009, contre 4.514.933.702 en 2008. La différence est amputée aux deux Boeing 777 acquis aux Etats-Unis par la compagnie régionale Air Austral, et le transit des téléphones portables à destination de Mayotte.

Importations des produits pétroliers en chute

Les produits pétroliers figurent en tête de file des importations, soit 470 millions de tonnes qui proviennent notamment de Singapour, depuis la mise aux normes européennes de leurs produits. En valeur monétaire, cela représente 317.769.960 euros en 2009 soit 7,60% des importations totales, contre 484.412.395 euros en 2008. Une baisse due sans aucun doute au ralentissement de l'activité économique.

Cela est visible au vu de la part de l'industrie automobile qui a chuté de 24%, ce qui explique une baisse de 33,1% de la consommation des combustibles et carburants.

On note une évolution de 116,92% des importations des composants électroniques, imputable à l'avancée du projet Gerri et du secteur photovoltaïque.

En matière d'importation par groupe de produits en industrie, on note une baisse globale de 7,6%. L'importation des biens d'équipement représente 27%, soit 875 millions d'euros, contre 686 millions d'euros en 2008. Un recul de 12,3% qui est évaluée à 13% si l'on compte l'acquisition des deux Boeing.

Baisse de la consommation des ménages

Les biens de consommation chutent de 6,8%, à cause de la baisse de la consommation des ménages qui ont eu plus de mal à accéder au crédit, les banques ayant été frileuses pendant la crise de confiance qui a induit la crise de liquidité. Du côté des entreprises, elles ont réduit leur stock...

La baisse du prix des produits céréaliers a visiblement entraîné une baisse de 10,6% de l'importation, qui s'explique aussi par "la baisse des volumes de production", indique Pascal Chevalier de l'Insee.

On importe surtout de métropole

Les importations émanant de la métropole représentent 54,21% de l'ensemble, soit une valeur monétaire de 2.266.364.987 d'euros. Une baisse de près de 10% tout de même par rapport à 2008. L'acquisition des deux Boeing par Air Austral amène l'importation avec les Etats-Unis en deuxième position, soit 7,31%. La mise aux normes européennes des produits pétroliers de Singapour place le pays en troisième position en terme d'échanges, ce qui représente 7,02% des importations globales. Les échanges commerciaux avec la Chine sont en hausse de 1,01%, grâce à la hausse de la vente des produits de mer congelés.

Les échanges avec la zone Océan Indien "trop faibles"

Les échanges avec la zone Océan Indien, en y incluant l'Afrique du Sud, l'Australie et l'Inde restent timides, soit 5,05% des importations, de surcroît en baisse de 11,07%.

Près de 8/10 par voie maritime

Les marchandises qui arrivent par bateaux représentent 79,67% de l'ensemble des marchandises. Une baisse de 7,34% par rapport à 2008. Le reste arrive par avion mais connaît une baisse comparable, soit 7,62%. Encore une fois, la faute à la crise.

L'importation des véhicules de tourisme chutent de 22%, soit 21.916 véhicules en 2009 contre 29.006 en 2008.

Du côté de l'exportation, la palme revient au sucre de canne qui représente 30,24%, soit 74.657.067 euros, mais en baisse de près de 9% tout de même. Grâce aux aides communautaires, les produits de la pêche sont en deuxième place avec 18,45%, soit une baisse modérée de 4,15%.

Exportation des véhicules de seconde main vers les îles voisines en hausse

Arrivent ensuite les voitures d'occasion qui sont revendues aux île voisines, à savoir l'île Maurice et Madagascar, ce qui représente 6,75% des exportations, soit une hausse de 2,44%. Le rhum n'arrive qu'en quatrième position avec un taux 6,41%, une hausse de 10,83%.
Mardi 15 Juin 2010 - 15:37
Karine Maillot
Lu 2813 fois




1.Posté par Tcherno-Bill le 15/06/2010 15:54
4181 Millions d'euros d' importations , dont presque la moitié hors Métropole ( 46% )
246 Millions d' Exportations , dont 74 de sucre , soit un taux de couverture de 6%
Un Déficit commercial de 3935 Millions d'Euros !
Ce déficit est possible grace aux transferts financiers venus de Métropole sous forme de salaires , prestations sociales , indemnités de chômage etc...
Un tel degré de dépendance est simplement........fou !

2.Posté par Citoyenne écoeurée le 16/06/2010 03:40
On ne donne pas les chiffres de nos exportations de déchets?!? Il y a 4-5 ans, c'était notre première exportation (en volume)! Depuis, vu l'augmentation de notre production, on nous donne plus l'information! Nous sommes donc devenus des 'consommateurs à outrance', qui ne produisons pas de 'biens' notables...

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

4, cité Fontaine
97400 Saint-Denis

06 93 010 810
contact@zinfos974.com


- Contact

- Signaler un abus

- Mentions légales